masculins / Troph�des Champions

Retour sur le premier trophée de la saison

Publié le 28 juillet 2005 à 10:26 par R.B

[IMG6085L]Pour la photo, les <b>Icaunais</b> repasseront, peut-être dans quelques semaines en championnat. En attendant, les Lyonnais ont montré que leurs crocs étaient toujours acérés et ce de belle façon. On a craint la fatigue pour les Champions de France de retour d'un épuisant séjour coréen ; on savait les Auxerrois handicapés par l'absence de nombreux titulaires. <b>Gérard Houllier</b> en faisant respirer ceux en manque de carburant...

Pour la photo, les Icaunais repasseront, peut-être dans quelques semaines en championnat. En attendant, les Lyonnais ont montré que leurs crocs étaient toujours acérés et ce de belle façon. On a craint la fatigue pour les Champions de France de retour d'un épuisant séjour coréen ; on savait les Auxerrois handicapés par l'absence de nombreux titulaires. Gérard Houllier en faisant respirer ceux en manque de carburant a gommé ces stigmates inquiétants dus au manque de soleil, à la chaleur, l'humidité. L'OL a donc maîtrisé son sujet et confisqué souvent le ballon, mélangeant patience, technicité, intelligence et réalisme. 4 buts en 18 tirs ; 5 frappes cadrées dont 3 buts pour l'immense John Carew.



Sans Wiltord, Essien, Diarra, Réveillère, Cris, Abidal, Juninho, Malouda… le collectif a répondu présent souvent orchestré par le pied gauche d'un Hatem Ben Arfa au jeu en pleine mutation. Le gamin a mis son talent au service des siens, comprenant qu'il pouvait tout autant briller sans exagérer ses insolences de magicien. Hatem confirmant ainsi ses prestations coréennes. Carew ? Il fut énorme. De voir ce géant accélérait comme un gazelle est un émerveillement ; pour le reste, il impose sa masse physique, cherche à passer les bras, protége son ballon, dévie à la perfection… et quand à ce registre, il ajoute un réalisme effrayant, on se dit que le numéro 9 olympien, successeur à ce poste des autres étrangers Elber, Anderson, Grassi, pourrait bien planter des buts importants pour atteindre les objectifs du président Jean-Michel Aulas.



A Auxerre, l'OL a donc conservé son Trophée des Champions pour la quatrième saison de rang, le record dans l'hexagone. Il a donné aussi un avertissement aux prétendants à sa succession, dissipant les interrogations, on ne pardonne jamais rien à un Roi, nées d'une mauvaise première demi-heure contre Tottenham en finale de la Peace Cup. L'OL a montré la richesse de son groupe. Il faudra peut-être s'habituer à ne plus parler d'équipe type au regard de la richesse de l'effectif. Avec on l'espère une soixantaine de matchs à disputer liée aux ambitions de plus en plus élevées, le luxe n'existe pas. Le trophée de retour dans la vitrine du club, la journée de repos ce jeudi permettra aux organismes de souffler un peu et au aux esprits de s'évader. Le déplacement au Mans est à portée de crampons pour l'ouverture du championnat. Dans la Sarthe, ce sera la 3ème levée d'une semaine un peu folle. Comment imaginer autre chose qu'un succès face à un promu aux noms souvent inconnus. Après et seulement après, les Olympiens retrouveront pour quelque temps un rythme un peu plus tranquille. Au Mans, Gérard Houllier aura l'embarras du choix pour constituer son groupe ; un groupe avec ou sans Essien… telle est la question !



Les chiffres du match :



Corners OL : 3

Corners Auxerre : 3

Hors jeu OL : 2

Hors jeu Auxerre: 0

Coups francs OL: 16

Coups francs Auxerre : 16

Tirs cadrés OL : 12

Tirs cadrés Auxerre : 7

Tirs non cadrés OL : 7

Tirs non cadrés Auxerre : 6

Coupet Arrêts : 10



Carew, 5 tirs cadrés ; Ben Arfa, 5 tirs ; Frau, 3 tirs ; Govou, 2 tirs ; Clément, Diatta, Diarra, Nimar, 1 tir.



R.B