feminines / Ligue des Champions féminine

Retour sur Potsdam - OL féminin...

Publié le 23 avril 2012 à 14:10 par OT

Les Lyonnaises se sont qualifiées pour leur 3e finale de Ligue des Champions consécutive, hier à Potsdam.

L'OL A SOUFFERT
Après le succès 5-1 lors du match aller au Stade de Gerland, les Lyonnaises devaient résister à Potsdam. Prudentes, se contentant souvent d'attendre leur adversaire, les joueuses de Patrice Lair se sont exposées à la domination du Turbine. Heureusement, les Allemandes n'ont jamais réussi à concrétiser leurs temps forts, la faute à une grande Sarah Bouhaddi, et à une forte solidarité lyonnaise.

Impériale dans les airs, la gardienne de l'OL a prouvé qu'elle était bien l'une des meilleures à son poste. Elle profita aussi des sauvetages de Corine Franco et de Sonia Bompastor sur la ligne (48e, 74e), et d'un peu de réussite sur le coup-franc de Kerschowski, et la reprise de Nagasato repoussés par la barre (54e, 82e).

THOMIS SE PRIVE DE FINALE
Elle aurait pu inscrire l'un des buts les plus importants de sa carrière, dès la 2e minute de jeu. Mais à l'image de ce face à face manqué après un rush exceptionnel, rien n'a souri à Elodie Thomis, hier. Sans doute frustrée par son manque de réussite, épuisée par ses efforts incessants dans le couloir droit, l'attaquante lyonnaise commit l'irréparable en deux temps. Deux fautes grossières en l'espace de 7 minutes (53e, 60e), deux cartons jaune mérités, et voilà Elodie Thomis privée de finale. Une grande tristesse pour elle, et un atout de moins pour l'OL.

FRANCFORT LE 17 MAI
Pour la 3e année consécutive, l'OL féminin retrouvera un club allemand en finale de la Ligue des Champions. C'était Potsdam en 2010 et 2011, ce sera Francfort le 17 mai 2012, au Stade Olympique de Munich. Vainqueur à Arsenal 2-1 lors du match aller, Francfort a confirmé sa supériorité en l'emportant 2-0 au retour.

Vainqueur de l'épreuve en 2002, 2006 et 2008, le géant allemand est de retour en finale, grâce à un effectif de haut niveau. Des internationales allemandes Garefrekes, Behringer, Bajramaj, jusqu'aux Suédoises Thunebro et Landström, en passant par la Japonaise Kumagai, Francfort possède bien des atouts. La finale sera de très très haut niveau...

Sur le même thème