feminines / Ligue des Champions féminine

Retour sur Sparta Prague – OL féminin

Publié le 04 novembre 2011 à 11:45 par OT

Les Lyonnaises se sont imposées en grandes d’Europe (6-0), lors de leur 1/8 de finale aller de Ligue des Champions.

UNE EFFICACITE RETROUVEE
En panne d’efficacité lors des matches nul concédés à Montpellier (1-1), et à Paris (0-0) en championnat, l’OL féminin a retrouvé le chemin des filets, à Prague. Dominatrices, les Lyonnaises ont su concrétiser les occasions au bon moment. Le premier but de Lotta Schelin (20e) a débloqué la situation, permis à l’OL de prendre confiance, et d’enchaîner avec des nouveaux buts de Schelin (25e), Thomis (55e), Le Sommer (57e, 83e), et Franco (74e).


TACTIQUE PAYANTE
Patrice Lair avait annoncé à ses joueuses qu’il faudrait d’abord remporter les duels, avant de s’imposer techniquement. L’entraîneur lyonnais a mis en place une équipe physique, avec le duo de défense centrale Georges-Renard, et le trio du milieu de terrain Henry-Rosana-Cruz.

Jamais les Tchèques n’ont pu s’imposer dans les duels, malgré beaucoup d’engagement : « On a fait un très bon début de match, on a tout de suite rivalisé avec elles dans les duels, on a rapidement pris l’ascendant, ce qui était prévu », estime Patrice Lair. « On s’est dit qu’il ne fallait pas penser à faire du beau jeu, mais être des guerrières, et on l’a fait », explique Lotta Schelin.

Ensuite, comme l’avait demandé Patrice Lair, ses joueuses sont passées par les côtés pour trouver des espaces et déstabiliser la défense du Sparta Prague. 4 des 6 buts sont venus de centres.

EFFECTIF AU COMPLET
Mis à part les indisponibilités de Sandrine Dusang (genou) et Camille Abily (cheville), l’entraîneur de l’OL disposait de l’intégralité de son effectif. Cela lui a permis de faire tourner son effectif, avec notamment la capitaine Sonia Bompastor sur le banc. Pour son grand retour en Ligue des Champions après quelques semaines d’absence, la Suissesse Lara Dickenmann a illuminé la première mi-temps, avec deux passes décisives à la clef.

La Brésilienne Rosana s’est montrée très à l’aise en position de numéro 10, et Corine Franco a sans doute réalisé son meilleur match depuis son retour de blessure : « On m’a beaucoup reproché de ne pas faire jouer Corine, explique Patrice Lair. Mais il faut du temps pour revenir d’une grave blessure. Je ne fais pas jouer les filles qui ne sont pas au niveau physiquement, pour ne pas les griller. Là, c’était le bon moment. »

Corine Franco a d’ailleurs inscrit un superbe but : « C’est aux attaquantes de marquer, mais nous, on est là sur les coups de pied arrêtés. Il faut profiter, car ça n’est pas souvent que j’en mettrai des comme ça ! »

Sur le même thème