masculins / Lorient - OL J-1

Retrouver la pêche en Bretagne...

Publié le 17 août 2007 à 18:01 par R.B

Après le scénario catastrophe au Stadium de Toulouse, direction le Morbihan pour une pêche délicate aux Merlus toujours invaincus après 3 journées. Mais comment envisager un retour bredouille ?

En une semaine, le remplaçant de Cris n’a pas été trouvé, ni l’attaquant souhaité par Alain Perrin, ni le 2ème gardien de but. Wiltord ne joue pas mais est toujours licencié au club. Müller n’a pas retrouvé les pelouses d’entraînement. Govou ne prendra pas de risques après sa petite alerte toulousaine. Enfin Kim Källström purgera son match de suspension. Tout ceci limite forcément les choix d’Alain Perrin qui ne peut toujours pas compter sur Fred, pied cassé et pensées contrariées.

Il n’y aura donc pas de nouveautés, ni de retours dans le groupe ; assurément des changements au coup d’envoi et un peu plus de jeunesse sur le banc. Restera aussi à définir le schéma de départ, 4-3-3 ou 4-4-2, en redonnant certainement du temps de jeu aux «reposés » comme Clerc, Ben ArfaSquillaci-Bodmer formant l’axe central de la défense. Juninho aura bossé une semaine de plus pour se rapprocher de son véritable potentiel. Un grand « Juni », avec pourquoi pas un nouveau but décisif dans un stade où il n’a pas encore marqué et face à un gardien qu’il n’a jamais trompé, ferait un bien fou à cette troupe olympienne. Si tout n’est pas rose en ce début août chez le sextuple champion de France, peut-on parler pour autant de sinistrose ? Cela semblerait exagérer…

Les Lorientais vont bien. 7 points en 3 matchs disputés dont 2 à l’extérieur. Cela fait 3 unités de mieux que la saison dernière à la même époque. Un collectif quasiment inchangé par Christian Gourcuff, bénéficiant déjà des automatismes passés « nous avons conservé l’ossature »; de l’apport du Tahitien Vahirua, « pagayeur » et passeur sur 4 des 5 réalisations du groupe ; du réalisme de Saïfi (3 buts) ; de l’activité en milieu de terrain d’Abriel qui en est désormais à 41 matchs de L1 de rang dans leur intégralité… Et puis n’oublions pas que ce bon départ s’effectue sans la poutre défensive Marchal, blessé. Le Football Club ne sera pas champion de France, ni sur le podium à la fin de la saison… mais tout ce qui est pris rapidement enlève les idées noires et permet de mieux s’exprimer. Une formation au budget riquiqui de 23 M d’euros, le plus petit de L1. Mais une formation aux idées bien trempées d’un entraîneur exigeant, compétant et expérimenté.

« Une grande équipe ne perd jamais 2 fois de suite… le talent, c’est le rebond… ». Vous connaissez la petite musique chère à Gérard Houllier. En championnat, une seule fois sous l’ère du Nordiste, l’OL n’a pas donné raison à son entraîneur. La fausse note ? A Toulouse, le 13 janvier 2007, puis contre Bordeaux, le 24 janvier… Cela ferait vraiment désordre que l’histoire se répète après ce voyage mouvementé sur les bords de la Garonne. L’histoire justement… au Moustoir, l’OL s’est toujours imposé en 3 visites de L1. 3 nouveaux points dans les conditions actuelles et… avant le derby, on prend tout de suite.
Sur le même thème