masculins / OL - Nancy J-1

Réveillère: "Le football décide toujours..."

Publié le 19 août 2005 à 08:52 par R.B

[IMG2861L]Bague au doigt depuis le mois de juin, yeux toujours aussi bleus, cheveux très courts… <b>Anthony Réveillère</b> a repris le couloir droit de la défense lyonnaise avec le même allant qu'il l'avait laissé en fin de saison dernière. Certes ses prestations lors de la <b>Peace Cup</b> ont été laborieuses. Depuis, il a retrouvé ses jambes de feu comme en témoigne sa prestation marseillaise. <b>Anthony</b> revient sur le début de saison avant d'être le <b>témoin</b> de cette 4ème journée du championnat

Bague au doigt depuis le mois de juin, yeux toujours aussi bleus, cheveux très courts… Anthony Réveillère a repris le couloir droit de la défense lyonnaise avec le même allant qu'il l'avait laissé en fin de saison dernière. Certes ses prestations lors de la Peace Cup ont été laborieuses. Au soir de la finale perdue contre Tottenham dans le hall de l'hôtel Intercontentinal de Séoul, il en convenait lui-même tout comme il acceptait de se faire chambrer par ce diable de Diarra qui trouvait qu'il « n'avançait pas ». «J'ai toujours des problèmes lors des reprises. En plus avec le climat en Corée, ce n'est pas évident… ». Resté dans les tribunes auxerroises pour le Trophée des Champions, l'ancien rennais a élevé son niveau de jeu tout en retrouvant ses jambes de feu. Finis les torticolis devant des adversaires trop affûtés, les approximations défensives, le souffle court… « Antho » est bien présent. Une passe décisive pour Wiltord au Mans ; une touche décisive pour Carew contre Strasbourg ; une action individuelle somptueuse au Stade Vélodrome qui aurait pu donner les 3 points de la victoire, sans parler de 2 sauvetages défensifs et de nombreuses montées sur son côté droit. Sans oublier son petit carton jaune lors de la première journée. D'une nature réservée, l'arrière droit lyonnais n'est pas du genre à s'emballer, ni à être catastrophé. Il revient sur le début de saison avant d'être le témoin de cette 4ème journée du championnat.



Anthony, tu sembles avoir trouvé la bonne carburation ?

« J'ai connu des débuts difficiles ; il a fallu digérer la préparation. A l'image de l'équipe, cela revient petit à petit. Le groupe monte en puissance comme la saison dernière. Désormais, je suis à 100% de mes moyens défensivement et offensivement ».



Un mot sur ta frappe marseillaise ?

« Je sais que je suis face au but. Elle part bien et après elle passe à côté. Cela aurait pu faire 2 à 1, comme la faute non sifflée sur Cris. Au final, nous repartons avec un bon point du match nul. Il faudra prendre les 3 points de la victoire contre Nancy. Mon action au Stade Vélodrome, je la fais à l'instinct en voyant que les Phocéens avaient anticipé. Et puis le coach nous répète qu'il faut terminer nos actions… ».



Ta touche en forme de passe décisive contre Strasbourg ?

« C'est la première fois que cela m'arrive. Mais, c'est surtout John qui fait tout le boulot. Je préfère la passe que je donne à Sylvain au Mans ».



Qu'as-tu envie de prouver cette saison ?

« J'ai d'abord envie de bien confirmer au niveau personnel. Je veux être plus costaud défensivement et étoffer mon jeu, notamment, sur le plan offensif en tentant plus de choses comme j'ai pu le faire à Marseille. D'un point de vue collectif, c'est d'aller chercher ce 5ème titre et de faire un bon parcours dans les coupes nationales et en Champions League ».



C'est ta 3ème saison à l'OL. Tu as encore un contrat de 2 ans. Penses tu à ton avenir ?

« Je vis au jour le jour. Je savoure les instants présents. Je constate que le temps passe. A 25/26 ans, tu bascules déjà de l'autre côté. Tu n'es plus un espoir. Alors, je souhaite prendre le plus de plaisir possible à chaque match. Je n'ai pas de projets aujourd'hui pour aller à tel ou tel endroit. Le football décide toujours. Il peut y avoir un jour des opportunités ou non. Ce que je sais, c'est que je suis dans la meilleure équipe française et que je m'y sens très bien. Ici… c'est magnifique ».



On a l'impression que les choses glissent sur toi, ne t'atteignent pas. Vrai ou faux ?

« J'intériorise beaucoup. Je n'aime pas laisser paraître les choses. J'ai toujours été comme cela. J'ai aussi ma fierté et confiance en moi. Je prends tout avec philosophie. Quand cela ne va pas, je n'ai pas envie de le montrer. Je ne suis pas du genre à me plaindre ».



<Un mot sur l'Equipe de France ?

« Quand je suis appelé, je suis content d'y aller. Je sais qu'à mon poste, il y a du monde comme Sagnol, Zebina… Je sais aussi que je fais partie d'une liste élargie. Mais, je ne rentre jamais sur un terrain en me disant que je dois faire un bon match pour être sélectionné ».



Passons à Nancy, l'adversaire de l'OL ce samedi. Connais-tu cette équipe ?

« Je connais Kroupi et Puygrenier qui étaient avec moi à Rennes. Je me souviens avoir joué contre ce club avec Rennes lors de la saison 98-99. Nous avions gagné 1 à 0 en Lorraine. Je ne me souviens plus de notre résultat à domicile (succès 2 à 1). Sinon, je ne sais pas grand-chose de cette formation. De toute façon, on veut simplement gagner ».



Un avis sur le début du championnat ?

« Monaco et le PSG sont là. L'OM a du mal. La surprise c'est de constater que Rennes ne décolle pas ».



Quel match as-tu choisi dans cette 4ème journée ?

« Bordeaux – Monaco. Ce sont deux équipes en forme ; deux formations à 6 points. Ce serait bien qu'une des 2 perdent, car on peut considérer que ces groupes sont des concurrents directs au titre. Il y a aussi ce match Rennes – OM. Bretons et Marseillais ont besoin de points. Rennes sera handicapé offensivement par l'absence de Monterrubio. Tout ceci pourrait donné un match assez fermé… et un match nul à la sortie ».



R.B