masculins / Metz - OL J-2

Réveillère: "Metz est en pleine confiance..."

Publié le 20 août 2004 à 14:10 par R.B.

Anthony Réveillère a disputé 173 matches de Ligue 1 entre Rennes (140) et L'OL (33) ; il a inscrit 3 buts, 2 avec Rennes et 1 avec l'OL contre Lens. Droitier pouvant jouer à gauche (15 rencontres sur un total de 42 disputées la saison dernière), il occupe en ce début de saison le flanc droit de la défense olympienne. Le nouveau sélectionneur Raymond Domenech l'a appelé sans le faire jouer pour le rendez-vous contre la Bosnie. « J'étais content d'être dans le groupe ; un peu déçu de ne pas avoir joué. Surtout à Rennes. Ma famille avait fait le déplacement. Mais le coach était tenu par le règlement concernant le nombre de remplaçants. C'est sûr que cela aurait fait une sélection de plus. J'espère qu'il y en aura d'autres. L'équipe s'est rajeunie. Il y a un bon coup à jouer, mais cela ne doit pas devenir une obsession. Et comme on le dit souvent : tout part des performances en club… »

En Ligue 1 depuis le 3 février 1998 (Bastia – Rennes), « Antho » sera en Lorraine ce dimanche. A son menu des Messins, leaders du championnat avec 6 points. Anthony Réveillère prend la relève de Coupet, Nice, et de Malouda, Sochaux, pour parler de l'adversaire du jour des Olympiens.



Anthony, quel souvenir gardes-tu du match de la saison dernière ?



« Les Lorrains étaient bien entrés dans la rencontre ; ils nous avaient bousculés. Ils avaient besoin de points pour assurer leur maintien. On a gagné à l'arraché après une première période difficile et une deuxième de meilleure qualité. Prendre les 3 points, c'était le plus important. Ce jour là, j'étais remplaçant au départ. Je suis entré à la 62eme minute de jeu (à la place d'Eric Deflandre). Dans ces cas là, il faut te mettre tout de suite dans le rythme et tout donner pour participer aux objectifs du collectif ».



Si je te dis Metz, à quoi penses-tu immédiatement ?



« Tout d'abord à l'époque des PP (Pouget-Pires) flingueurs ; je pense aussi à son président charismatique Carlo Molinari ; j'ai également à l'esprit cette défense de trentenaires très difficiles à bouger (Kastendeuch, Gaillot, Pierre…). Elle tenait la baraque !



Un mot sur le stade Saint-Symphorien ?



« Il est préférable de jouer Metz chez lui en début de saison ou en fin de saison comme l'année dernière. Il m'est arrivé de faire des rencontres en hiver avec Rennes. Il peut y avoir de la neige ; il fait super froid. C'est toujours délicat de s'adapter à de telles conditions. Là, à cette époque de l'année, c'est bien. La ville ? Honnêtement, je ne la connais pas »



A quel genre de rencontre t'attends-tu dimanche ?



« Les Messins sont bien partis dans ce championnat avec leurs deux victoires. Je ne connais pas leurs objectifs, mais je me dis qu'ils ne veulent certainement pas revivre les angoisses de la saison dernière en assurant leur maintien dans les dernières journées. Ils sont donc en pleine confiance. Ils ont toujours beaucoup de jeunes dans leur rang et des nouveaux ; on ne les connaît pas forcément tous. Ce sera une rencontre difficile. En plus contre le champion de France en titre, ils auront tous les ingrédients pour se surpasser. Nous on va là bas avec un esprit de conquête ».



R.B.

Sur le même thème