masculins / Stuttgart - OL

Revue de presse de ce mardi 23 octobre

Publié le 23 octobre 2007 à 12:00 par SC

La presse de ce mardi 23 octobre revient sur la rencontre de ce soir entre Stuttgart et l'OL.

[IMG41303#L]Aujourd’hui en France n’y va pas par quatre chemins…
Lyon n’a plus le choix, et de dire Lyon que ne peut plus décevoir. Un match décisif entre les deux cancres de la poule puisque le champion d’Allemagne a également perdu deux fois. Notre confrère poursuit : « un nouvel échec lyonnais ferait non seulement désordre mais les condamnerait pratiquement au chômage technique au printemps, pour la première fois depuis la saison 2000-2001. »

[IMG41305#L]En Une du Progrès, les joueurs de l'OL souriant et ce titre : OL : c’est ce soir ou jamais ! . Dans la rubrique sport, l’avant match est décrypté. L’OL doit s’imposer ce soir, martèle Antoine Osana.
On notera une remarque d’Alain Perrin : « Stuttgart est favori logique. » Stuttgart qui compte sur son buteur maison explique le quotidien local : « Mario Gomez, Super Mario qui symbolise la force de frappe d’une équipe qui n’a pas dit son dernier mot, » annonce Jean-François Gomez.

[IMG41308#L]L’Heure du Réveil : c’est le titre de l’Equipe. S'ensuit une photo de Benzema et Govou en discussion.
Lyon n’a plus le temps c’est aussi l’une des constatations de ce journal. « Ne pas perdre ce soir à Stuttgart, pour survivre à cette entame épouvantable, » affirme Sébastien Tarrago.
Karim Benzema a les honneurs de l’Equipe avec une longue interview. Dans cet entretien, il rappelle qu’il a inscrit son premier en Ligue des Champions le 6 décembre 2005 contre Rosenborg. Il portait le numéro 33.
Pour le Progrès Mario Gomez est Super Mario et pour le quotidien sport Gomez est le torero de Stuttgart, la gâchette numéro un de la Bundesliga.

[IMG41304#L]Enfin France Foot nous détaille les 50 candidats pour le Ballon d’Or 2007, une dizaine de favoris se détache pour succéder à Cannavaro comme Kaka.

La Ligue des Champions est abordée, le bi-hebdo constate que Stuttgart est un champion en déroute et que l’euphorie du cinquième titre semble bien loin.

Le magazine est consacré à l’association Football Avenir Professionnel (FAP). Une association qui regroupe sept clubs de l’élite. Elle sème le trouble dans la famille du ballon rond indique Rachel Perri. La FAP est pourtant censée aider les clubs français à mieux affronter la concurrence européenne, c’est l’un des points importants affiché dans son acte de naissance.
Sur le même thème