masculins / OL - Grenoble J-1

Revue de presse : la polémique enfle.

Publié le 25 mars 2010 à 10:45 par SC

Le report ou non du match face à Grenoble fait réagir

Le report ou non du match face à Grenoble fait réagir les Dauphinois par le biais de leur entraîneur Mehmet Bazdarevic qui dans le Progrès estime que cela devient n’importe quoi : « nous depuis le début, on joue le jeu du football français, mais ce qui est désolant, c’est qu’on ne pose pas la question : et qu’est ce qu’on fait de Grenoble ? » et il ajoute dans ce quotidien : « on subit les changements, et personne à la Ligue n’a appelé notre club. On demande qu’on nous respecte aussi. »

Le directeur général délégué du GF38, Pierre Wantiez, emboîte le pas de son entraîneur dans le Dauphiné : « on se réserve le droit de ne pas jouer ce match. Il y a un manque de respect vis-à-vis d’un des clubs du championnat. » Dans cette interview, Pierre Wantiez, souligne que 400 supporters Isérois ont déjà pris leurs billets pour vendredi soir mais que le club a suspendu la vente des tickets devant la situation devenue ingérable et il ajoute furieux : « on traite les supporters comme des chiens et après, certains s’étonnent qu’ils mordent. Moi je vois une chose : dans le sigle « LFP » il y a « P » de professionnel. On peut l’enlever quand on voit ça. »

Le président de M6 actionnaire de Bordeaux, Nicolas de Tavernost, lui monte au créneau pour son club et pour que l’OL/Grenoble soit programmé samedi : « Si la Ligue n’est pas capable de défendre l’équité sportive, à quoi sert-elle ? » une déclaration à lire dans l’Equipe.

On terminera ce tour de la presse avec Wendel qui dans Aujourd’hui en France explique que son club veut tout gagner. Il parle bien sûr du quart de finale de Ligue des champions face à Lyon : « il s’agira encore d’un gros match. Nous devons encore tout donner. Contre Lyon, c’est vraiment du cinquante-cinquante. Si on avait dû affronter Barcelone, l’Inter ou Manchester, cela aurait été du 10-90. »

Sur le même thème