masculins / Strasbourg - OL J-1

Sandrine Dusang: impressions et ambitions

Publié le 17 mars 2005 à 19:19 par SR

[IMG5022L]<b>Sandrine Dusang</b>, milieu de terrain défensif international de l'équipe féminine de l'OL nous raconte l'évolution de l'équipe Féminine Française; nous parle de celle de l'OL; de l'apport des américaines; de son séjour au Portugal et de l'Algarve Cup.

Sandrine Dusang, milieu de terrain défensif international de l'équipe féminine de l'OL nous raconte l'évolution de l'équipe Féminine Française; celle de l'OL; l'apport des américaines à l'OL; son séjour au Portugal et l'Algarve Cup. « J'ai joué 2 matchs sur 4 au Portugal. Le premier que nous avons joué contre l'équipe des USA était vraiment spéciale pour moi. Le fait de connaître certaines joueuses de l'équipe adverse, de les avoir en face plutôt qu'à mes côtés, c'était vraiment spéciale. Et en plus Christie (Welsh) a inscrit le seul but de la rencontre. Je suis contente pour elle; dommage pour nous! Bien évidemment, quel plaisir d'avoir marqué avec l'Equipe de France, contre la Finlande. Un but qui amène la victoire à la 84ème minutes; un but qui nous permet de jouer la 3ème ou 4ème place du tournoi. J'ai été doublement contente. L'équipe a progressé, comme le démontre l'action qui amène le but; une action bien construite collectivement. L'action est partie de notre camp avec un beau jeu de passe; ensuite j'ai receptionné un centre en retrait dans la surface adverse... un contrôle... une frappe ... et but. Je me sens bien au sein de ce groupe. L'intégration a été difficile, il y avait une barrière d'âge, une espèce de frontière au départ. Lorsque nous, les jeunes, nous sommes arrivées, ce n'était pas évident. Maintenant, il n'y a pas photo... on forme une unité. Le résultat ? Défaite 1-0 contre les U.S.A, ce n'est pas si mal puisque nous aurions perdu sur un score plus large il y a 1 où 2 ans en arrière...»



L'équipe de France, l'Algarve Cup, une bien belle expérience pour le milieu défensif de l'OL. De retour à Lyon, place à son club, au championnat et au Challenge contre Sarreguemines. «En championnat, Montpellier sera dur à rattraper. On ne peut plus compter que sur un faux pas de la part des Héraultaises pour leur chiper la première place. Tachons déjà d'assurer la deuxième place.» Les objectifs? « Construire pour l'an prochain, se souder. L'intégration des Américaines s'est bien déroulée; seul pépin, la langue. Elles comptabilisent un bon nombre de sélections, elles sont expérimentées. On s'aperçoit qu'ici en France, on a encore un peu de retard sur le Foot Made in USA. Le travail, le travail… Il nous faut travailler. Elles nous font du bien et nous poussent à nous surpasser. Encore le travail… toutes ensemble.» Les Américaines s'exportent; une expérience à l'étranger te tenterait ? « Si l'opportunité se présentait d'aller en Amérique pour jouer là-bas, c'est clair que je saisirais ma chance. C'est le Top pour le Football Féminin; c'est notre pays du foot, notre Brésil. Ce serait une belle expérience pro pour moi à bientôt 21 ans. Un voyage comme celui là forge quelqu'un; le niveau n'est pas encore top en France, alors qu'en Amérique, en Allemagne… »



Lorsque l'on lui demande, quelle équipe Sandrine redoute le plus, elle répond sans hésiter: « les U.S.A. Avec l'Allemagne, ces filles sont vraiment au dessus. Quelques étages en dessous, tu trouves la Suède, la Norvège, le Danemark… la France. On peut rivaliser aujourd'hui alors qu'avant, on ne faisait pas le poids. Cela est sûrement du au nombre de licenciées qui croît depuis que la France a été championne du monde, en 1998. »



D'actrice à spectatrice, Sandrine a son joueur préféré dans le championnat français. " Essien. Il joue à mon poste, ou plutôt l'inverse. Lorsque l'entraîneur m'a demandé de jouer milieu défensif, j'ai immédiatement analysé son comportement sur le terrain… Impressionnant. C'est vraiment une référence. Quant à ‘Juni', c'est ‘Juni', que dire. Ma joueuse préférée ? La tendance est plutôt envers les attaquantes. Celle avec qui je suis en confrontation directe sur le terrain comme les américaines Abby Wambach et Christie Welsh. L'allemande Prince aussi. »

Calme, sérieuse, souriante quand elle parle de foot, de l'évolution des équipes féminines de l'OL, de ses sélections, Sandrine conclut sur son club, l'OL: "Tenir cette 2ème place, progresser encore et décrocher le titre la saison prochaine...".



S.R

Sur le même thème