masculins / OL - MHSC 2-1

Satisfaction et inquiétude

Publié le 27 août 2011 à 23:03

Les Lyonnais s'imposent brillamment face au leader Montpelliérain mais le doute plane sur l'état de santé de Lisandro, sorti sur une civière.

Trois jours après la qualification pour la Ligue des Champions, les lyonnais remettaient le couvert en accueillant l’équipe de Montpellier, leader du championnat. Pour cette 4ème journée de Ligue 1 Rémi Garde avait pris le pari de reconduire son « équipe type ».

Les gones avaient clairement le pied sur le ballon dans les premières minutes de jeu. Michel Bastos confirma sa forme du mois d’août en régalant Gerland de gestes techniques puis en multipliant les appels sur son flanc gauche. Ce fut le Montpelliérain Giroud qui se créa la première occasion franche avec un ciseau acrobatique repoussé par Hugo Lloris (10e). Les joueurs de Rémi Garde répliquèrent sur corner dans la minute suivante avec un coup de tête de Bako Koné juste au-dessus du cadre. Giroud héritait d’un nouveau ballon dans le dos de l’arrière-garde olympienne mais le gardien olympien réalisa une intervention en deux temps (12e). L’avant-centre héraultais avait décidé de faire passer une mauvaise soirée à la défense de l’OL. Les gones se procurèrent plusieurs corners et coups francs intéressants mais sans en profiter. Anthony Réveillère fut l’auteur d’un énorme retour défensif sur Utaka et resta au sol quelques minutes avant de se relever (26e). Les occasions franches se raréfiaient après la demi-heure de jeu tant et si bien que les deux équipes regagnèrent les vestiaires sur un score nul et vierge.

Rémi Garde lança Miré Pjanic à la place de Jimmy Briand à l’entame de la seconde période. Le Bosnien n’a pas attendu longtemps pour faire parler la poudre. Décalé par Gomis, Bastos adressa un centre de l’extérieur du pied vers Pjanic qui marqua à bout portant (49e). Gerland exulta. C’était la première fois de la saison que l’OL menait au score. Les Héraultais se créèrent une occasion peu de temps après avec une frappe enroulée de Giroud captée en deux temps par Lloris. Les joueurs de René Girard poussaient davantage et cela donnait de bonnes contre-attaques à jouer pour les gones. La rencontre prenait une nouvelle dimension. Désormais ça allait d’un but à l’autre. Giroud toucha du bois à bout portant sur un corner de Dernis (60e). Les esprits s’échauffaient et Monsieur Gautier commença à distribuer les avertissements. Hugo Lloris réalisa une parade exceptionnelle sur un tir de Belhanda qui prenait le chemin de la lucarne (67e). Les coups pleuvaient de part et d’autres et Belhanda fut logiquement expulsé pour avoir fait un mauvais geste sur Pjanic alors qu’il n’était plus en possession du ballon (81e). Quelques minutes plus tard l’OL tuait le match avec Miralem Pjanic, encore à la manœuvre, qui centrait  pour la reprise de volée chirurgicale de Jérémy Pied (84e). Après l'euphorie, tout Gerland avait le masque en voyant Lisandro se tordre de douleur sur la pelouse. La cheville de l'Argentin était resté bloqué sous le postérieur d'Hilton et il fut forcé de quitter le stade sur une civière. Montpellier profita de ces minutes de flottement pour réduire la marque grâce à une frappe limpide de Bedimo. Au coup de sifflet final Gerland était partagé entre la satisfaction et l'inquiétude pour son Argentin.

Sur le même thème