masculins / #OLOGCN

« Savoir changer d’air pour mieux prendre son envol »

Publié le 21 mars 2015 à 08:01 par SC

Alassane Pléa ne regrette pas son choix d’avoir quitté le bercail lyonnais. Son atterrissage à Nice lui a permis de prendre un peu plus ses marques au haut-niveau, d’enchaîner les matchs. Samedi, l’attaquant de tout juste 22 ans sera pour la première fois de retour à Gerland.

Comment se passe ton expérience niçoise en dehors du terrain ?
« Je me suis bien adapté, même si c’est vrai que c’était bizarre au début, notamment au niveau du climat. Je viens de Lille. Et à Auxerre (club de son prêt en 2014), il y avait rarement du soleil...Même à Lyon, ce n’était pas pareil qu’à Nice. C’est un vrai changement, mais j’apprécie. Et la ville me plaît également beaucoup. »

Sur le terrain, es-tu satisfait de la saison que tu réalises ?
« Oui, même si je sais que je peux faire beaucoup plus. Je me sens de mieux en mieux, je sens que je progresse de match en match. Enchaîner les rencontres me fait du bien dans tous les domaines, mentalement, physiquement et techniquement. »


"On se déplace pour ramener quelque chose. C’est jouable. Ce n’est pas parce que c’est le leader qu’on va avoir peur. Il ne faut rien lâcher."


Comment as-tu géré ce changement rapide de statut, avec cette place de titulaire en Ligue 1 ?
« Je ne pensais pas être titulaire aussi rapidement, enchaîner autant de matches, surtout en tant qu’attaquant de pointe. Au début, ce n’était pas évident. Mais maintenant, je suis un joueur de Ligue 1, et il faut que je montre mes qualités au fil des week-ends. »

Comment s’est passé le départ de ton club formateur ? Est-ce que tu pensais que c’était le moment de prendre ce choix ?
« A un moment donné, il fallait prendre des décisions. Dans ma tête, dès que je suis revenu à Lyon cet été, c’était fait : il fallait que je parte pour m’épanouir. Quitter Lyon n’était pas une chose aisée, mais c’est le football. Parfois, il faut savoir changer d’air pour mieux prendre son envol. »

Est-ce que tu es surpris de la saison réalisée par tes anciens partenaires lyonnais ?
« Oui et non. On voit que l’équipe prend du plaisir. Les jeunes se lâchent, et avec leurs qualités, je trouve que c’est normal qu’ils se situent à cette position. Face à Marseille, c’était un peu compliqué, mais l’OL a su tenir le match, repartir avec un point et conserver sa place de leader, c’est bien. »

Est-ce que tu as encore des relations avec tes anciens coéquipiers ?
« Bien sûr. Samuel Umtiti est un véritable ami par exemple, quelqu’un que j’apprécie beaucoup. C’est lui qui m’a hébergé durant toute la préparation, lorsque j’avais quitté mon appartement et que je me préparais à partir. Pendant 2 mois, il m’a soutenu, m’a beaucoup parlé. Il y a aussi des gars comme Alexandre Lacazette, et Momo Yattara, avec qui je partageais la même chambre au centre de formation, ou encore la génération Clinton Njie, Nabil Fekir, Corentin Tolisso...Ça me fait plaisir de les voir à ce niveau-là et dans cette position. »


"Je me sens de mieux en mieux...Enchaîner les rencontres me fait du bien dans tous les domaines, mentalement, physiquement et techniquement"


Est-ce que l’équipe de Nice est en danger en cette fin de saison ?
« Il n’y a pas d’appréhension, mais perdre à la maison face à Guingamp nous a mis un gros coup derrière la tête. J’espère que tout le monde a pris conscience que ça ne va pas et qu’il faut reprendre les bonnes choses, parce que là ça devient vraiment difficile. Il faut vite se remettre dedans, nous devons changer certaines choses et repartir de l’avant, car ça va vite. Dans les deux sens. On n’est pas loin de la zone rouge, mais aussi des équipes de devant. Maintenant, il faut prendre un maximum de points, être en mode commando. Ne pas faire de détails et gagner les matches. »

Qu’est-ce que le retour de Bodmer et Digard peut vous apporter ?
« De la stabilité, de l’expérience, un certain vécu en Ligue 1. Mathieu Bodmer est déjà revenu dans le groupe face à Guingamp, ce qui est très bien. Globalement, que ce soit l’un ou l’autre, leur retour ne peut être qu’un plus pour le groupe. »

Comment vois-tu cette rencontre face à Lyon ?
« Ça va être un gros match. A Gerland, Lyon est très fort et ne perd pas beaucoup de matches. Ils ont concédé leur dernière défaite face à Lens, ça remonte à très longtemps (c’était le 24 août dernier). J’espère qu’on va aller là-bas pour faire taire les mauvaises langues qui nous voient déjà battus. On se déplace pour ramener quelque chose. C’est jouable. Ce n’est pas parce que c’est le leader qu’on va avoir peur. Il ne faut rien lâcher. »

Sur le même thème