club / Un métier à l'OL

Sébastien Gérin, l’ange gardien (1ère Partie)

Publié le 03 décembre 2013 à 15:52 par SC

Sébastien Gérin, l’ange gardien

7 photos

Il est le gardien d’un temple si singulier. Celui qui est entraîneur et responsable de la formation des portiers de l’Académie, veille avec passion et complicité sur ses poulains comme il aimait le faire sur sa cage. Sébastien Gérin ne les épargne cependant pas de travail et de pression.

Il a le destin des gardiens entre ses mains. Il les repère, les façonne, les exerce, les forge aussi, tout en gardant un regard complice et attentif sur eux. Un regard critique aussi. Le métier et le poste l’exigent. Sébastien Gérin a intégré le club en 2001, en tant que responsable de la préformation des gardiens d’abord, puisqu’il « n’y avait personne à ce poste alors que c’était une nécessité ». Puis, son terrain d’action s’est agrandi. Il s’occupe désormais de toute la formation, des U13 à la CFA, les catégories plus jeunes ne disposant pas d’entraîneur de gardiens. « Il y a des spécifiques à partir des U10. Mais, on préfère privilégier le jeu au pied ». L’ancien gardien de la Duchère ne se sert d’ailleurs presque plus de ses mains. Son pied, qui peut subir l’impact de la frappe plus de mille fois certains jours d’entraînement, est sans cesse sollicité. Prêt à faire plonger les gardiens qu’il entraine dans n’importe quelle zone de leur cage et de leur surface de réparation. Sébastien accorde beaucoup d’importance au jeu au pied. « Un gardien joue 80% des ballons avec les pieds durant un match. Il doit être un joueur de champ ». Effectivement. Mais, il est aussi un tout autre type de footballeur.

Le monde des gardiens, un univers à part


Ils s’entraînent le plus souvent loin du reste du groupe. Les gardiens ne sont pas des joueurs comme les autres. Ils restent entre eux, dans leur monde. Un monde à part à plus d’un titre. Sébastien Gérin connaît les moindres ressorts de ce poste si particulier. Fort de plusieurs années dans les cages, notamment à La Duchère et ce jusqu’en 2010, l’ancien professeur d’EPS se sentait bien dans cet univers. Il souhaitait y rester. Il n’a pas hésité lorsqu’on lui a proposé de vivre de sa passion, le football et de son leitmotiv, la transmission. « J’ai eu cette opportunité de basculer vers autre chose. La passion a fait que je voulais redonner aux jeunes ce que l’on m’avait donné ». Qui plus est à l’OL, réputé pour la qualité de son centre de formation, et plus particulièrement des gardiens. « J’ai la chance d’avoir eu de bons gardiens (Riou, Gorgelin, Lopes…), qui sont presque tous passés par la veille-initiation, la préformation puis la formation ». Trois étapes de la formation, dont Sébastien est désormais en charge. « Depuis cette saison je suis responsable de tout le centre, c’est-à-dire de U13 à CFA. J’ai aussi un œil sur la veille-initiation, avec un travail de repérage ».

Le travail ne manque donc pas. Il ne calcule pas les heures, ni les frappes qu’ils distillent chaque journée. « Faut être passionné. Ce poste demande beaucoup d’investissement, en dehors et sur le terrain ». Sébastien Gérin prépare les séances avec minutie et s’adapte selon les gardiens, leurs spécificités. « On a des axes de travail donnés. Mais, en fonction des gardiens, je vais axer plus sur les caractéristiques de chacun ». Il se réjouit d’ailleurs du rapprochement qui a été opéré entre l’Académie et les Pros. Cela l’aide à localiser les besoins et optimiser le travail. « C’est un confort car il est plus facile de pouvoir échanger avec Joël Bats et savoir quelles sont ses attentes. C’est constructif. Par exemple, on peut avoir un debrief d’après-match pour travailler ce qui n’a pas été ».

La spécificité du poste veut qu’il y ait forcément un titulaire et un remplaçant. Il faut leur faire comprendre qu’ils doivent accepter d’être sur le banc et que plus on se rapprochera du haut niveau, plus une hiérarchie s’installera, même si rien n’est figé. Il est important de tous les maintenir dans une perspective d’évolution

 Après un week-end de match, la feuille de route de la semaine d’entraînement est dans ses grands traits toute tracée. L’entraîneur des gardiens aime faire souffrir ses protégés, pour les mener au bout d’eux-mêmes. Cet effort, il le connait mieux que quiconque, pour être déjà passé par là. « Le lundi, c’est souvent de la remise en route avec du travail de déplacements, d’appuis, de prises de balle. On continue aussi à travailler le jeu au pied, c’est primordial. Le gros du travail est fait le mardi et le mercredi, avec une activité intensive, spécifique et athlétique ». Pour ingurgiter cette importante dose de travail, les gardiens sont solidaires. Ils peuvent compter les uns sur les autres. « Ça doit être une équipe de gardiens. Quand il y a une bonne émulation, tous tirent vers le haut ». Le rôle de Sébastien est justement de transformer une rude concurrence en émulation positive. « Il y a deux gardiens par équipe. La spécificité du poste veut qu’il y ait forcément un titulaire et un remplaçant. Il faut leur faire comprendre qu’ils doivent accepter d’être sur le banc et que plus on se rapprochera du haut niveau, plus une hiérarchie s’installera, même si rien n’est figé. Il est important de tous les maintenir dans une perspective d’évolution ».

Ils peuvent aussi compter sur leur entraîneur, un tuteur, un conseiller, un guide…Une relation tellement différente, un lien privilégié de proximité, qui contribuent forcément à installer une certaine confiance entre lui et ses protégés. « Lors d’un entraînement, il n’y a souvent que deux gardiens. L’échange se crée avec plus de complicité ». Pédagogue dans l’âme, sa soif de transmission prend alors tout son sens. « Il y a une volonté de leur transmettre l’envie d’entreprendre, de faire des choix, de s’épanouir le plus possible dans l’augmentation de leurs compétences. A moi de les emmener là où ils le peuvent ».  Avant d’ajouter, « Le poste demande tellement d’exigence sur le plan mental, il est donc important de les construire et de les suivre ».


Retrouvez la suite et la seconde partie demain (Un mental d’acier à forger) sur olweb.fr

Photos

Sébastien Gérin, l’ange gardien

7 photos

Sur le même thème