masculins / Interview

Sidney Govou : « Ce livre est l’occasion de tourner la page lyonnaise »

Publié le 17 juin 2011 à 14:23 par CC

A l’occasion de la sortie de son autobiographie, écrite avec le journaliste Edward Jay, l’ancien joueur de l’OL recevait la presse jeudi soir dans les salons du restaurant "Victoria Hall". dans le 7e arrondissement. L’occasion d’évoquer son actualité.

  Sidney, comment est partie l’idée de ce livre intitulé « Je ne pensais pas aller si loin » ?
Le projet est venu d’Edward Jay et de la maison d’éditions Jacob-Duvernet.  Je ne vous cache pas qu’au début, je n’étais pas très chaud. Ils ont su trouver les bons arguments pour me convaincre. Au final, je ne le regrette pas, ce livre est une mise au point. Cela m’a permis de me remémorer  certains souvenirs qui étaient enfouis et de retrouver quelques anecdotes.   Ce livre est une manière de tourner définitivement la page de l’Olympique Lyonnais et de mettre un point final à cette aventure.  J’ai passé 13 ans à Lyon, c’est long, et plutôt rare dans le milieu du football. J’ai tout appris ici : le football mais surtout ma vie d’homme. C’est la période la plus importante de ma vie.

Cette page a-t-elle été facile à tourner ?
Je l’ai tournée sans aucun problème. Je ne suis pas un grand émotif de nature ! Après 13 ans, c’était le moment de voir autre chose, cela s’est fait avec beaucoup de joie, dans la bonne humeur, tout en restant bien entendu en contact avec les copains du club. Je reconnais qu’en Grèce, cela n’a pas été rose tous les jours mais j’ai tendance à ne garder en mémoire que les points positifs. J’ai profité de cette saison pour changer d’environnement et découvrir  un nouveau pays, une nouvelle culture.

Ce n’est pas impossible en effet que je revienne en France

 

Comment as-tu vécu à distance la saison de l’Olympique Lyonnais ?
J’ai suivi les résultats du club comme un vrai supporter. De toute manière,  je serai toute ma vie supporter de Lyon.  Après, c’était un peu spécial parce que j’ai encore des amis au sein de l’équipe. Après, quand on aime le club,  ce n’est pas du tout évident. Il faut tout de même relativiser : tout n’a pas été négatif et, à l’arrivée, on se qualifie pour le tour préliminaire la Ligue des Champions. Cette régularité, cela veut dire quelque chose au niveau européen.

On parle beaucoup de ton retour en France, et notamment à Evian-Thonon Gaillard, est-ce réellement d’actualité ?
Ce n’est pas impossible en effet que je revienne en France. Il me reste un an de contrat plus un année optionnelle au Panathinaikos. Je vais quoi qu’il arrive repartir en Grèce pour la reprise de l’entraînement le 30 juin,  après il peut tout se passer.  Sachant que je peux partir libre du Pana, j’ai encore l’opportunité de voyager...Et que ce soit en France ou en Angleterre,  il faudra étudier calmement toutes les opportunités et prendre les bonnes décisions. Un retour à l’OL ? Cela me paraît compliqué (rires)...


Sidney Govou : « Je ne pensais pas aller si loin ».

Un livre écrit avec le journaliste Edward Jay.

Préface de Jean-Michel Aulas.

Editions Jacob-Duvernet. 285 pages.

19,90 euros.