masculins / Interview exclusive

Sidney Govou dénonce LYON MAG

Publié le 08 juin 2007 à 16:45

Une nouvelle fois Lyon Mag prend pour cible l’Olympique Lyonnais. Le mensuel se sert pour attaquer le club Champion de France de l’un de ses cadres Sidney Govou. Une attaque en règle avec un édito pour ouvrir la première brèche qui est sensé reprendre des propos de l’attaquant tricolore. « L’Olympique Lyonnais est en crise, un joueur ose prendre le risque de s’affranchir au risque au minimum d’être marginalisé au sein du club, voire sanctionné. Et même viré. »
Cette première salve provoque la réaction immédiate de Sidney Govou qui tient à préciser en premier lieu : « AU DEPART J’AI DONNE UNE INTERVIEW A UN JOURNALISTE DE LYON FOOT POUR PARLER DE FOOTBALL ET (UNIQUEMENT DE) FOOTBALL. LES PROPOS QUE L’ON ME PRÊTE NE SONT QUE PURE INVENTION. »

Estime-t-il avoir été abusé ? « ABUSE ? OUI ET NON. JE PENSE QU’IL A ETE TRES MALIN. IL A DETOURNE CERTAINS DE MES PROPOS. MOI JE SAIS CE QUE J’AI DIT ET JE PEUX LE REPETER SANS AUCUN SOUCI. J’ESPERE QUE EUX ASSUMERRONT CE QU’ILS ONT ECRIT. »

Dans cet article, Lyon Mag explique que l’attaquant lyonnais reprocherait à Juninho d’écraser les autres joueurs et que sa starisation perturberait l’équipe. Courroux de Sidney Govou : « JE NE ME PERMETTRAI JAMAIS DE DIRE DES CHOSES COMME CA. AU PIRE SI J’AVAIS ENVIE DE LE FAIRE JE M’ADRESSERAIS AU PRINCIPAL INTERESSE.
Sidney poursuit énervé, déçu mais remonté : « JUNINHO C’EST QUELQU’UN QUE J’APPRECIE. IL LE SAIT. CERTES C’EST QUELQU’UN AVEC QUI J’AI EU DES PETITS ACCROCHAGES AU COURS DE LA SAISON. JUNINHO PEUT LE CONFIRMER.
JUNINHO C’EST QUELQU’UN QUI A APPORTE ENORMEMENT A L’OLYMPIQUE LYONNAIS ET QUI VA ENCORE APPORTER ENORMEMENT.
JE N’AI PAS L’HABITUDE DE ME CACHER DERRIERE DES PARAVENTS QU’ILS SOIENT ECRITS OU PARLES OU QUOIQUE SE SOIT. JUNI SAIT TRES BIEN CE QUE JE PENSE DE LUI. C’EST UN GRAND JOUEUR QUI A EU UNE PERIODE DIFFICILE MAIS QUI N’EN A PAS EU CETTE ANNEE AVEC LE NOMBRE DE MATCHS QUE L’ON A FAIT. »

L’entretien se poursuit, Govou revient sur le qualificatif de « starisation » : « JE N’AI JAMAIS ETE JUSQUE LA. JUNINHO EST UN GAGNEUR. MAIS IL S’EST PASSE CERTAINES PETITES CHOSES CETTE ANNEE QUI L’ONT PEUT ÊTRE UN PEU AFFECTE, QUI NOUS ONT AFFECTES. DU COUP JUNI N’A PAS TOUJOURS ETE LE JUNI QUE L’ON CONNAIT.
NOUS SOMMES DES JOUEURS, DES HOMMES AVANT TOUT ET LE FOOT N’EST PAS UNE SCIENCE EXACTE. ON A TOUS DES PROBLEMES ET QUAND LES PROBLEMES SURGISSENT, ON EST PEUT-ETRE PAS HELAS CE QU’ON VOUDRAIT ÊTRE. C’EST COMME CA MALHEUREUSEMENT. MAIS JUNI EST QUELQU’UN QUI DONNE TOUT. ET CA ON NE PEUT PAS LUI REPROCHER. »

Autre sujet qui fâche particulièrement Sidney Govou : l’évocation par le mensuel d’une opposition à Jean-Michel Aulas : « LE PRESIDENT EST QUELQU’UN QUE L’ON RESPECTE TOUS, QUI NOUS A AMENES OU L’ON EST ACTUELLEMENT. JE NE PERMETTRAIS JAMAIS DE LE CRITIQUER.
LE PRESIDENT ME CONNAIT. JE SUIS FRANC. JE SUIS HONNETE. JE NE CRITIQUERAI JAMAIS UN CLUB QUI M’A PERMIS D’ATTEINDRE LE HAUT NIVEAU.
J’AI UN PEU DE CARACTERE. IL EN A ENORMEMENT. ON EST PARFOIS EN DESACCORD, MAIS NOUS SOMMES DEUX PERSONNES INTELLIGENTES. ON SAIT SE PARLER. JE N’AI DONC PAS BESOIN DES JOURNAUX POUR PARLER AU PRESIDENT. »
Avant de partir en vacances Govou tient à préciser ceci pour clore ce chapitre qui l’affecte particulièrement : « JE SUIS BIEN A L’OLYMPIQUE LYONNAIS. IL N’Y A JAMAIS EU DE SOUCIS. IL Y A DES ACCROCHAGES, COMME DANS UNE HISTOIRE D’AMOUR.
JE PEUX VOUS DIRE QUE TOUT SE PASSE BIEN. JE SUIS TRES HEUREUX D’ETRE A LYON. J’ESPERE QUE TOUT LE MONDE EST CONTENT AUSSI. »