masculins / OL - Lens J-2

Sidney Govou : "Gagner pour être dans les temps"

Publié le 27 septembre 2007 à 17:08 par BV

Auteur de trois buts, Sidney Govou a déjà plus marqué avec l'OL en neuf matchs que durant l'intégralité de la saison passée. Il revient sur son début de saison et évoque la "grosse semaine" qui attend les Lyonnais.

La réception de Lens, c’est bien entendu l’occasion rêvée pour l’OL de rejoindre Nancy en tête de la Ligue 1. Y pensez-vous ?
Oui. On sait que si on l’emporte face à Lens, on se retrouvera premiers ex-æquo avec Nancy. C’est ce après quoi on va courir. On sait ce que l’on a à faire. C’est un match à domicile. On doit absolument prendre les trois points si l’on veut être dans les temps en fin de saison.

Peut-être aussi l’occasion de retrouver de la confiance ?
Je ne pense pas que l’on soit en manque de confiance. On reste sur un match nul à la maison face à Lille. Au niveau du jeu, ce n’était pas mal. Il nous a juste manqué un peu de réussite mais la confiance est là.

Une rencontre d’autant plus importante que c’est Glasgow qui se profile à l’horizon, mardi…
On sait qu’avant un match de coupe d’Europe, il est important de faire un bon résultat en championnat. Face à Lens, à la maison, on a tout pour cela.

Lens a joué en Coupe de la Ligue hier. Cela peut-il constituer un élément déterminant ?
Ce n’est pas négligeable. Les Lensois ont eu un calendrier assez lourd depuis le début de la saison. Hier, face à Lille, en Coupe de la Ligue, ils ont dû faire pas mal d’efforts. C’est un élément dont il faudra se servir. Ils baisseront peut-être la tête en fin de match. A nous d’être patients afin d’en profiter.

En sept jours, vous allez affronter Lens puis les Rangers et Bordeaux. S’agit-il à vos yeux d’une semaine décisive ?
Effectivement, une grosse semaine nous attend. Contre Glasgow, on pourrait faire un pas vers une possible qualification mais on sait que cela ne va pas être facile. On ne va donc pas se mettre trop de pression. Il nous faudra juste être présents au bon moment.

Comment trouvez-vous le jeu de l’OL en ce moment ?
C’est un peu contradictoire : on entend beaucoup de mauvaises choses alors que j’ai l’impression que, en occultant le match de Barcelone, on ne joue pas mal. On crée pas mal de jeu. Mais, au niveau comptable, on n’est pas tout à fait dans les temps. Gagner face à Lens pourrait nous remettre vraiment dans le coup.

Vous avez déjà marqué trois buts cette saison en neuf matchs. Ce sont des statistiques qui doivent vous faire plaisir…
Pourvu que cela dure. Mais je l’ai toujours dit : je ne cours pas forcément après un titre de meilleur buteur. Il est vrai que ma performance de l’année dernière m’était un peu restée « en travers de la gorge ». Pour l’instant cela démarre correctement. J’espère que je vais continuer comme ça.

Comment expliquez-vous cette évolution ?
Je ne sais pas. Il y a peut être un aspect mental. C’est peut-être aussi le fait d’avoir plus de liberté au niveau offensif, cela me permet de mieux m’exprimer. Je commence souvent les matchs à gauche mais je me balade sur le front de l’attaque.

Comment vous sentez-vous dans ce couloir gauche ?
Cela ne me déplait pas. J’aime bien. Cela change ma vision du jeu. A droite, j’étais plus souvent enfermé dans le même registre. Me balader à gauche et au milieu du terrain me permet de plus me libérer, de tenter plus, de plus me retrouver en confiance.

Lors des deux dernières rencontres à domicile, vous avez permis à l’équipe de revenir au score. Ressentez-vous plus le besoin d’assumer un rôle de leader dans une équipe rajeunie à l’intersaison ?
Cela s’est certes concrétisé par des buts mais je n’ai jamais été un joueur qui lâchait mentalement. Ce n’est pas un aspect nouveau de ma personnalité. Depuis trois ou quatre ans, je me suis tout le temps senti investi dans l’équipe. C’est peut-être juste ce que l’on me demande sur le terrain qui a un peu changé par rapport à l’année dernière.

Sur un plan personnel, Alain Perrin nous a dit que vous étiez blessé. Où en êtes-vous ?
J’ai un problème à la cuisse depuis la rencontre face à Metz. Depuis mardi, j’ai ressenti une petite pointe plus intense mais ça va. J’ai passé un examen ce matin qui n’a rien révélé de grave.
Sur le même thème