masculins / OM - OL J-3

Sidney Govou : « Obtenir le titre le plus rapidement possible »

Publié le 03 avril 2008 à 19:07 par BV

Sidney Govou évoque le déplacement de l'OL à Marseille, « l’un des matchs les plus importants de la saison ». Un succès rapprocherait les Lyonnais d’un septième sacre consécutif et leur permettrait de « remettre les choses à leur place » après la défaite lors du match aller à Gerland.

Que pensez-vous de la rencontre que l’Olympique Lyonnais va disputer à Marseille dimanche ?
C’est une grosse affiche du championnat. Pour n’importe quel joueur, jouer à Marseille est toujours quelque chose de particulier. On a hâte d’y être. Pour nous, c’est l’un des matchs les plus importants de la saison parce qu’il y a une confrontation directe avec cette équipe mais également parce que l’on approche du but (en championnat). Si on pouvait continuer sur notre lancée, cela serait vraiment très bien.

Êtes-vous confiants au moment de vous déplacer au Vélodrome ?
On est confiants. On est confiants par rapport à nos performances. On est bien actuellement, on vit bien. Sur le terrain, on a retrouvé de la combativité ; on arrive à se serrer les coudes même quand on est en difficulté.

Le groupe donne l’impression d’avoir envie de profiter de sa fin de saison. Est-ce le cas ?
C’est vrai. Il ne reste que 7 matchs en championnat. On a aussi envie d’aller en finale en coupe de France. On veut en profiter. C’est en en profitant, en étant joyeux à l’entraînement ou dans l’approche des matchs, que l’on va bien finir la saison.

La victoire à Valenciennes vous a-t-elle ôté un peu de pression ?
La victoire à Valenciennes a confirmé notre état de forme actuel. On a vraiment envie de continuer en championnat pour, d’une part, avoir le titre le plus rapidement possible ; d’autre part prendre ensuite beaucoup de plaisir sur le terrain. On sait que, quand on joue relâché, que l’on prend du plaisir, on a plus de facilités à gagner.

Avez-vous le sentiment qu’en cas de succès au stade Vélodrome, le suspens pour le titre serait définitivement levé ?
Ca avance mais, mathématiquement, ce n’est pas encore sûr. Je pense que la seule équipe capable de nous rattraper est Bordeaux. Nous voir gagner à Marseille dimanche pourrait leur faire mal à la tête.

Plus que pour le titre, est-ce surtout pour le prestige que l’OL doit l’emporter au Vélodrome ? Non, c’est parce que l’on est des compétiteurs, parce que l’on joue tous les matchs avec la même approche : pour les gagner. On se rappelle qu’au match aller, on avait perdu à Gerland. Gagner là-bas remettrait les choses à leur place. Je n’aime pas parler de revanche mais on n’oublie pas les défaites que l’on a pu subir, surtout à Gerland, qui plus est contre Marseille.

Quelles leçons tirez-vous du match aller à Gerland ?
On avait fait un bon match mais ils nous avaient été supérieurs. Ils avaient su bien nous prendre. On n’a pas forcément de leçons à en tirer, c’était une autre époque. En ce moment, on est bien. On doit garder cette fraicheur dans la tête et sur le terrain pour réussir un résultat là-bas.

Que pensez-vous de l’absence de Mathieu Valbuena ?
C’est un joueur qui leur a fait énormément de bien, un joueur extrêmement difficile à prendre, qui percute tout le temps. Ces joueurs de petit gabarit ne sont pas évidents à attraper. Le fait qu’il ne soit pas là peut donc effectivement nous arranger.

Quel regard portez-vous sur cette équipe de l’OM ?
Ils ont eu une période durant laquelle ils étaient vraiment très, très forts. L’élimination en coupe d’Europe leur a certainement fait très mal à la tête. Actuellement, ils sont en train de se reprendre. Je pense qu’ils vont connaitre une bonne fin de championnat.

Pensez-vous aux records que l’OL pourrait battre cette saison ?
Personnellement, non. Cela ne m’intéresse pas. Ce qui m’intéresse, c’est de gagner. Battre des records fait plaisir aux uns et aux autres mais le plus important est de gagner, d’être champion, de, pourquoi pas, remporter la coupe de France. La coupe de France est-elle un objectif ? Il est très difficile d’avoir pour objectif la coupe mais, maintenant que l’on est en quarts de finale, on se dit que pourquoi pas. Une victoire apporterait un « plus » à notre saison. Même si, en regardant les chiffres, on s’aperçoit que l’on est en avance sur l’année dernière, à l’exception des buts encaissés. On réalise donc une très belle saison. Un doublé la rendrait encore meilleure.

Que pensez-vous la rivalité entre l’OM et l’OL ?
Dans les années 90, l’OM était l’équipe à battre, une équipe au dessus de toutes les autres. Depuis le début des années 2000, on a inversé la tendance. La rivalité est peut-être née de là.

On a l’impression que le retour de Cris a changé l’équipe lyonnaise. Est-ce également votre avis ?
Ce n’est pas innocent. Cris est quelqu’un qui, sur le terrain, rassure beaucoup. Qui ne parle pas beaucoup en dehors mais qui, sur le terrain, a un impact sur l’esprit du groupe. Quand on le voit tacler, dégager loin en touche ou crier sur tout le monde, inconsciemment, ça doit jouer sur l’état d’esprit de l’équipe. Ca nous a permis de plus nous relâcher, d’être plus combattant dans l’âme.

Concernant l’arbitrage en France. Avez-vous l’impression qu’il y a de plus en plus de problèmes ?
C’est surtout lié à l’enjeu car, d’un point de vue économique, gagner une ou deux places en championnat est très important pour certaines équipes. On ne peut pas leur jeter la pierre parce qu’ils font des erreurs : c’est humain. A leur place, je ne sais pas si on serait meilleur. Je ne pense pas qu’ils fassent mal leur boulot, ils le font le plus honnêtement possible. La seule chose que l’on pourrait faire, ce serait d’essayer de leur faciliter la tâche. Il y a des choses à faire de ce coté là mais ce n’est pas à moi de dire lesquelles.
Sur le même thème