masculins / ASSE - OL J-2

Sidney Govou : « On n’est pas inquiets mais… »

Publié le 29 octobre 2009 à 15:01 par BV

S’il concède n’attacher aucune importance au fait de n’avoir jamais perdu un derby, S.Govou reconnait qu’il s’agit d’une rencontre particulière, «le match le plus électrique de l’année». Après les deux revers face à Sochaux et Nice, «une erreur à Saint-Etienne serait problématique» dit-il.

L’équipe s’est-elle remise de la gifle reçue à Nice ? On verra samedi. On en a reparlé cette semaine, on a revu quelques images ce matin mais c’est en match officiel qu’on verra vraiment où on en est. Il ne faut pas tout jeter : même face à Nice, il y a eu des choses positives. Il vaut mieux oublier le résultat, considérer cela comme un accident et passer à autre chose en s’appuyant sur les certitudes nées de notre succès à Liverpool. On est surtout déçus de la manière dont on a géré la transition Champions League – Championnat. Ce sont des moments difficiles où on a moins de jus, où les efforts se font moins facilement, il faut alors avoir encore un peu plus envie. Le championnat demeure le plus important, c’est la priorité des priorités. Il faut être réaliste : on est loin d’être parmi les favoris de la Ligue des Champions, c’est un truc en plus qui nous permet de progresser. Ce que l’on a produit en Champions League face à Liverpool, on est capables de le refaire en championnat. On ne choisit pas entre les deux compétitions, la baisse de régime est souvent inconsciente. En tout cas, on n’a pas le droit de produire des matches comme ceux face à Sochaux et Nice. Il faut espérer que cela nous ait servi de leçon. On a vu qu’il n’y avait pas de matches faciles. Le championnat se gagne sur ces matches que l’on a tendance à jouer avant de les avoir disputés. Les grandes équipes sont celles qui parviennent à enchainer de grands et de plus petits rendez-vous avec le même résultat.

Peut-on considérer l’enchainement des trois matches qui arrivent comme un révélateur du vrai niveau de l’OL ?
Non, on a montré depuis le début de la saison que l’on avait une équipe très compétitive, que l’on pouvait redevenir champions. On va disputer trois matches extrêmement importants dont l’un peut nous permettre de nous qualifier pour les huitièmes de finale de la Ligue des Champions. En championnat, on a déjà perdu un match à domicile et un à l’extérieur, cela commence à faire beaucoup pour un club qui prétend à un titre de champion. Le fait que le prochain match soit un derby nous permettra peut-être d’être un peu plus concentrés mais il ne faut pas perdre de vue que l’objectif est de prendre trois points. Une erreur à Saint Etienne serait problématique. On n’est pas inquiets mais on a conscience que cette semaine pourrait nous amener très bas ou très haut. Trois gros rendez-vous nous attendent. En cas d’insuccès, on ne pourra pas se cacher derrière l’aspect mental.

Comment est le groupe physiquement ?
On a pas mal de soucis physiques. On a eu pas mal de discussions en début de semaine entre les joueurs et les membres du staff. Ils ont bien compris qu’on avait besoin de se ré-oxygéner, de travailler un peu moins afin de pouvoir enchainer jusqu’au mois de décembre. Pour expliquer ces blessures, beaucoup d’éléments ont été avancés, notamment les chaussures. Entre nous, on en parle mais c’est surtout pour en rire (Rires). Il ne faut pas dire que c’est de la faute d’un tel ou d’un tel. Cela peut venir des charges de travail, de la façon dont chacun se prépare et assimile un travail particulier. Je ne dis pas qu’il faut être en dedans mais le jour où cela va moins bien, il faut le dire et accepter de se reposer. On a groupe dans lequel les joueurs ne sont pas des tricheurs, dans lequel tout le monde accepte le travail. Cela a des bons cotés mais également des mauvais parce que quand certains vont moins bien, ils n’osent pas trop le dire. L’expérience, c’est de savoir, parfois, lever le pied. En tout cas, depuis le début de la saison, on a bien bossé. Physiquement, on termine très bien les matches, c’est le signe que la préparation a été bonne.

Le derby constitue-t-il toujours un match particulier pour les joueurs ?
C’est le match le plus électrique de l’année. Tout me plait dans ces ambiances-là. Tous les joueurs aiment disputer des matches comme ceux-là. On sent une tension particulière à l’approche de la rencontre. On a tous envie d’être sur le terrain. Pour moi, qui suis du Puy-en-Velay où règne une certaine attirance pour les Verts, et même si je suis 100% lyonnais, c’est marrant : mes amis sont, pour la plupart, stéphanois, et il est dur de les faire changer d’avis.

Que pensez-vous des performances actuelles de l’AS Saint Etienne ?
Sur le papier, c’est une très bonne équipe. C’est une équipe que j’ai du mal à juger. Ils ont un beau potentiel mais il est difficile de savoir ce qu’ils vont faire cette saison.
Sur le même thème