masculins / lundi 12 mai 2003...00h30

Sonny est Magique!

Publié le 12 mai 2003 à 00:03 par T.L. & S.T

[IMG29911#G]Dans une ambiance exceptionnelle, digne d'un certain Lyon - Lens de la saison dernière, l'OL a réalisé un pas de géant dans la course au titre. Géant, c'est bien le surnom qui pourrait coller à Sonny Anderson, auteur d'un but, le seul du match, tout simplement phénoménal. Oui, Sonny est magique, mais ce soir c'est l'ensemble des Lyonnais, les 40 000 supporters de Gerland compris, qui ont été magiques !



Paris avait jouer le jeu, plutôt bien d'ailleurs, la semaine dernière face à Monaco. Alors ce soir, on en attendait de même des joueurs de la Capitale. Et, c'est logiquement ce qu'ils ont fait. Mais, ce soir, il n'y avait sans doute rien à faire face à des Gones, soutenus par un Gerland en furie, qui pouvaient s'avancer encore un peu plus vers un exceptionnel doublé en championnat. Et, après un petit round d'observation, l'OL prenait ainsi sérieusement les choses en main. Il y avait tout d'abord ce bon une-deux entre Dhorasoo et Anderson, conclu par une tête du Brésilien déviée in extremis en corner (9'). Dans la foulée, c'était Juninho qui reprenait d'une belle demi-volée un centre de Deflandre, mais Alonzo s'interposait... pour rien puisque l'arbitre avait préalablement sifflé un hors-jeu discutable (12'). Mais, le gardien parisien devait encore intervenir face à Juninho, cette fois pour de bon, pour dévier au pris d'une belle envolée un coup-franc du Brésilien (20'). Autant dire que l'OL était sur le bon tempo.



Pourtant, bien que dominé, Paris ne refusait pas le jeu et se créait même une belle occasion, par l'intermédiaire de l'inévitable Ronaldinho, plaçant une tête juste au-dessus sur un centre de Leroy (22'). Mais cette action parisienne n'était qu'un petit interlude dans la domination lyonnaise. Car, ensuite, la magie allait opérer. Cinq minutes plus tard, en effet, Anderson était alerté dans le rond central. Un peu isolé, il s'en allait alors dans une chevauchée en solitaire et, arrivé à une trentaine de mètres des buts d'Alonzo, il décochait une frappe soudaine et d'une rare puissance qui ne laissait aucune chance au portier de la Capitale (25') ! Magnifique, tout simplement, comme la folie qui s'emparait alors de Gerland, ivre de bonheur !



Néanmoins, la réaction parisienne ne se faisait pas attendre et Déhu, sur un coup franc aux 30 mètres, obligeait Coupet à se détendre pour sortir d'une main ferme un bolide au ras de son poteau (29'). Gerland pouvait encore se lever pour remercier son fantastique gardien, tout juste élu comme le meilleur du championnat ! Paris poussait donc, mais les meilleures occasions étaient encore olympiennes, à l'image de ce centre de Juninho pour Sonnygoal, tout proche, à nouveau, de dévier le ballon au fond des filets, juste devant Alonzo (43'). On en restait donc, à la pause, sur ce score de 1-0 pour les Gones, ce qui avait le don de ravir Gerland, réservant une superbe ovation à ses protégés !



Au retour des vestiaires, Paris affichait beaucoup plus d'allant et Touré plaçait consécutivement deux bons tirs, stoppés néanmoins par un Coupet toujours impeccable (52' et 54'). Mais l'OL ne s'en laissait pas compter et répliquait immédiatement, d'abord sur une tête juste à côté d'Anderson (55') puis sur un coup-franc magistral de Juninho qui s'en allait mourir dans le petit filet d'Alonzo (57'). Mais la plus belle occasion du premier quart d'heure de cette seconde période était incontestablement cette frappe de l'insaisissable Anderson, servi par Juninho à l'angle de la surface, qui passait à quelques centimètres du poteau (59'). Capt'ain Sonny pouvait alors, dans la foulée, laisser sa place à Péguy Luyindula, non sans avoir été salué comme il se doit par les 40 000 lyonnais (60'). Puisqu'on en était à la période des changements, Fernandez faisait sortir Leroy et Ronaldinho, incorporant André Luiz et Hugo Léal (60').



La partie pouvait reprendre, avec une nouvelle occasion olympienne, Bréchet profitant d'une erreur d'Alonzo pour tenter une belle reprise du pied... droit, contrée de justesse par un dos parisien (66'). On s'approchait alors tout doucement de la fin du match et Paris commençait à se faire de plus en plus pressant. Heinze plaçait ainsi une tête juste à côté (69'), puis Ogbeche tentait un tir à l'entrée de la surface, mais Coupet veillait au grain (76'). L'OL subissait et Le Guen était contraint de sortir Govou pour renforcer son milieu en faisant rentrer Edmilson (78'). Néanmoins, cela ne changeait rien, Paris dominait toujours, et André Luiz venait concrétiser cette bonne période des hommes de la Capitale en catapultant une frappe terrible sur... la barre transversale (84') ! Cette fois, Gerland retenait son souffle, L'OL devait tenir pendant encore quelques minutes. Mais, que ces minutes paraissaient longues... Les corners parisiens se multipliaient et sur l'un d'eux, Heinze venait encore expédier une tête juste au-dessus (86').



Pourtant, sur un contre bien mené, l'OL n'était pas loin d'inscrire un deuxième but salvateur. Juninho obtenait, en effet, un bon coup-franc qu'il se chargeait lui-même de tirer et il fallait alors une parade décisive d'Alonzo pour éviter le K-O (90'). Le break raté, l'angoisse s'accentuait encore, alors que le speaker de Gerland annonçait 3 minutes d'arrêts de jeu. Cette angoisse se transformait même en stupeur quand Hugo Léal, à la suite d'un nouveau corner, trompait Coupet à bout portant (92'). Mais, heureusement, l'arbitre assistant avait déjà levé son drapeau. Cette fois, et malgré une ultime tentative de Potillon (93'), l'OL tenait sa victoire. Le stress ambiant, pouvait alors laisser la place à un immense bonheur. Gerland explosait: à deux journées de la fin, l'OL est, plus que jamais, sur la route d'un deuxième titre consécutif. Magique, on vous on a dit... !



LA FEUILLE DE MATCH





Ligue 1 - 36ème journée - match à 21h

A Lyon (Stade Gerland): Lyon bat Paris 1 à 0 (1-0)



Terrain: Bon

Temps: Pluvieux

Eclairage: Bon



Spectateurs: 40 000

Match à guichets fermés



Arbitre: M. Duhamel



Buts:

Lyon:Anderson 25'



Avertissements:

Lyon: Bréchet 68', Govou 74'

Paris: Andre Luiz 66', Ogbeche 92'



[IMG0#W]



Les équipes:



Lyon: Coupet - Deflandre, Müller, Caçapa, Bréchet - Violeau, Dhorasoo - Govou (Edmilson 79), Carrière (Balmont 86), Juninho - Anderson (cap) (Luyindula 60)



Paris-SG: Alonzo - Cristobal, Pochettino (cap), Heinze, Potillon - Déhu, Pédron - A. Touré, Cana (Ogbeche 46), J. Leroy (Hugo Leal 61) - Ronaldinho (Andre Luiz 61)