masculins / Barcelone - OL J-7

Souvenirs du Nou Camp

Publié le 04 mars 2009 à 08:09 par R.B

L’OL a déjà foulé deux fois la pelouse du Nou Camp… 2 défaites à la clef… aucun but inscrit… et toujours le souvenir d’un fabuleux Greg Coupet…

Le premier rendez-vous était fixé au 11 septembre 2001. En arrivant à Barcelone, la terrible tragédie new yorkaise bouscula le bel ordonnancement de la Ligue des Champions. L’entrainement au Nou Camp n’avait pas la saveur traditionnelle du jour précédent le match. En regardant les Lyonnais de Jacques Santini, les esprits étaient ailleurs et les discussions beaucoup plus sérieuses. Le match aurait-il lieu ? Finalement, toutes les rencontres seraient reportées à une date ultérieure.

L’OL n’a donc pas débuté sa campagne européenne en Espagne. Elle l’a fait en recevant le Bayer Leverkusen, défaite 1 à 0 avant d’aller s’imposer à Fenerbahce 1 à 0. Retour en Espagne le 10 octobre 2001. 75 000 personnes dans l’enceinte magique. L’OL va tenir une mi-temps grâce aux incroyables exploits de Greg Coupet, auteur en l’espace de quelques secondes d’un triple sauvetage. D’abord en détournant de la tête sur sa transversale une passe en retrait d’un de ses partenaires, puis en se relevant, il se couche sur une reprise à bour portant pour détourner la frappe espagnole en corner. Sur ce corner, il réalise une nouvelle parade d’anthologie. L’OL, sans Juninho, Carrière, Violeua, tiendra jusqu’à la 78ème minute. Kuivert de la tête ouvrait le score et Rivaldo pliait le match à minutes plus tard en transformant un penalty. Un match bizarre. L’OL, absent en première période, s’était incliné en seconde période où il avait montré un meilleur visage.

OL : Coupet – Deflandre, Edmilson, Cacapa, Bréchet – Linarès (puis Delmotte 83ème), Foé, Müller, Laigle – Anderson (puis Luyindula 48ème, puis Née 84ème), Govou.

Le 19 septembre 2007, l’OL revient dans la capitale catalane. C’est l’ouverture européenne. Un désastre ! Dépassé dans tous les domaines, le champion de France s’incline 3 à 0. 60% de possession de balle pour le Barca… 16 tirs à 6… de nombreuses erreurs. Heureusement, Rémy Vercoutre sauvera par 3 fois les meubles. Alain Perrin avait « innové » pour son 11 de départ. Grosso était sur le banc ; Belhadj jouait devant Réveillère, déplacé à gauche de la défense lyonnaise. Aucune occasion de but pour l’OL. 3 buts barcelonais. Le premier à la 21ème , Clerc contrant un centre de Messi. Puis Messi et Henry en fin de match alourdiront la note. Un peu plus de 78 000 spectateurs avaient assisté à cette rencontre. L’OL quittait le Nou Camp en suscitant de nombreuses questions sur sa véritable valeur.

OL : Vercoutre – Clerc, Squillaci, Bodmer, Réveillère – Juninho (cap), Toulalan, Källström (puis Keita 84ème) – Govou, Benzema (puis Ben Arfa 76ème), Belhadj (puis Baros 62ème).

Et chaque rendez-vous dans ce stade mythique est un enchantement. Un enchantement d'arriver aux abords du stade, de voir la foule déambuler. L'endroit est un lieu de vie avec la boutique du club, les restaurants, la patinoire, le musée... et ce bus avec les mannequins à l'intérieur à la mémoire de quelques uns des plus grands joueursz ayant porté la tunique blaugrana. Il y a encore la chapelle à l'intérieur du stade, l'immensité des couloirs, des escaliers... la qualité de la pelouse et le côté vertigineux que vous ressentait une fois installé tout en haut. Magique. Barca... plus qu'un club...