club / Communiqué

SQUILLACI mécontent sur son transfert, l’OL répond.

Publié le 28 octobre 2008 à 11:40

Marino Faccioli, le directeur administratif de l’OL, a tenu ce matin à réagir aux propos de Sébastien Squillaci qui affirme ce matin dans France Football que Jean-Michel Aulas n’aurait pas été correct avec lui sur les conditions de son transfert au FC Séville et qu’il aurait été obligé de céder la moitié de sa prime de champion pour clôturer son transfert. La mise au point de Marino Faccioli qui a négocié directement avec Séville et Sébastien Squillaci.

Sébastien SQUILLACI revient sur son transfert en disant que le club et son Président n’aurait pas été correct avec lui ?

« C’est curieux mais quand les joueurs parlent de manque de correction, il est toujours question d’argent et d’intérêt comme dans ce cas. L’histoire est pourtant simple. Jean-Pierre BERNES, l’agent de Sébastien SQUILLACI nous a fait part en fin de saison dernière que le joueur souhaitait quitter l’O.L. et nous étions d’accord pour étudier un transfert dont le montant ne pourrait être que supérieur à 5 M €. La situation a changé lorsque Claude PUEL est arrivé car il aurait aimé conserver le joueur qui a malgré tout confirmé sa volonté de partir. Nous avons donc négocié avec Séville sur un montant de 6,5 M €. ».

Est-il exact que Séville a proposé 6,250 M €,

« Tout à fait et nous avons refusé cette offre en confirmant notre demande de 6,5 M€. Sébastien SQUILLACI et son agent nous ont alors proposé d’abandonner une partie des primes d’objectif du joueur ce que nous avons accepté. Le transfert s’est donc conclu sur la base de 6,250 M€ à la charge de Séville plus pour l’O.L. une économie de 200 000 € sur les primes du joueur, d’où un total de 6 450 000 € proche de ce que nous demandions ».

Comment expliquez-vous alors les déclarations du joueur ?

« Je ne les explique pas et je ne les comprends pas. Sébastien a obtenu le transfert qu’il souhaitait en allant à Séville où il a certainement des conditions financières très intéressantes ce qui est bien pour lui. Mais l’O.L. a été correct, non seulement en respectant ses engagements (650 000 € de primes, un revenu global annuel de plus de 2 M€, ce sont des sommes qui méritent le respect même quand on décide d’abandonner 200 000 €, ) mais aussi en lui offrant la voiture envisagé en cas de doublé. Pour la petite histoire, il a bien attendu d’avoir reçu cette voiture pour faire ses déclarations, tout en se gardant bien de remercier ce qui n’a certainement rien à voir avec un manque de respect … ».