masculins / Retour sur les f�nines

Super... Lorrie Fair!

Publié le 06 mai 2005 à 09:23 par R.B

[IMG5065L]Elle ne marche jamais. Du début à la fin, aux quatre coins du terrain, <b>Lorrie Fair</b> promène sa silhouette gracile. Sa tresse joliment ordonnée sautille dans son dos… le jeu lyonnais frétille, s'emballe, rayonne. Récupération, pressing, marquage… relance, organisation… jeu court, jeu long… corner… elle est la reine du milieu. Elle a touché contre <b>Soyaux</b> un nombre incalculable de ballons. Et si par le plus grand des hasards, elle en rend un de temps en temps à ses adversaires, elle se précipite pour le récupérer...

Elle ne marche jamais. Du début à la fin, aux quatre coins du terrain, Lorrie Fair promène sa silhouette gracile. Sa tresse joliment ordonnée sautille dans son dos… le jeu lyonnais frétille, s'emballe, rayonne. Récupération, pressing, marquage… relance, organisation… jeu court, jeu long… corner… elle est la reine du milieu. Elle a touché contre Soyaux un nombre incalculable de ballons. Et si par le plus grand des hasards, elle en rend un de temps en temps à ses adversaires, elle se précipite pour le récupérer. Pied droit ; pied gauche ; tête ; tacles ; amorties poitrine… elle sait tout faire. Elle respire tout simplement le football. Dimanche dernier à Avion, Sylvie Poirier, l'entraîneur de l'équipe féminine d'Hénin avait fait ce compliment d'une spécialiste: «Elle est extraordinaire… c'est la plus forte». Une de ses coéquipières lyonnaises nous confiait l'autre jour : « quand je suis sur le banc, je la regarde jouer… j'apprends énormément… ».



160cm sous la toise, une puce au jeu de géante. Mahamadou Diarra a suivi cette demi-finale ; il a été émerveillé par l'Américaine. «Tu l'as vu la numéro 6… elle est partout ; regardes, regardes… elle va récupérer le ballon… elle est incroyable. Oh la, la, la… encore elle. Elle va être fatiguée et j'ai peur pour les Lyonnaises… Elle est encore là… c'est la plus forte… ». Super… Lorrie Fair ! Le Malien a apprécié aussi la performance de Danielle Slaton sur le côté gauche de la défense et d'Hope Solo dans le but olympien. Cette fille est une véritable « chatte ». Au sol, dans les airs, elle dégage une assurance de tous les instants. Elle aussi, dans ce monde rond, se trouve au dessus des autres.



Ces Lyonnaises américanisées ont eu jeudi après-midi les ressources mentales pour revenir dans une rencontre mal engagée en étant menées 2 à 0 au bout de 30 minutes. Elles se sont alors réunies, façon équipe de rugby qui vient d'encaisser une dizaine de points en peu de temps ; elles se sont parlées et sont revenues petit à petit dans la partie avec une réorganisation de la part de l'entraîneur Farid Benstiti doublée en seconde période d'un coaching payant. Séverine Creuzet-Laplante, hyper réaliste, a marqué son entrée en jeu d'un superbe hat-trick ; Ludivine Bruet apportant son activité et sons sens du marquage. Enfin, question condition physique, le rythme des partenaires de Cécile Locatelli a cuit à l'étouffée la formation de la charismatique Corinne Diacre. Reste maintenant à conserver ce Challenge de France samedi prochaine à Buzançay. Cela semble bien engagé...



R.B

Sur le même thème