masculins

Sur la Route de Frédéric Née

Publié le 24 mai 2012 à 07:42 par CC

L’ancien attaquant français garde un souvenir mitigé de ses années lyonnaises marquées par deux titres de champion de France et une grave blessure.

Frédéric, comment se déroule votre reconversion ?
Elle se passe plutôt bien. Je m’occupe cette année de l’équipe de CFA2 du Sporting Club de Bastia. C’est un immense bonheur de pouvoir transmettre ma passion et mon expérience aux plus jeunes. Il y a des valeurs à faire passer : le sens du collectif, du respect de l’adversaire et de ses coéquipiers mais aussi le rejet de la tricherie.

Quels souvenirs gardez-vous de votre passage à l’Olympique Lyonnais ?
Aujourd’hui, je préfère retenir les bons moments. Ces deux titres de champion de France qui sont deux lignes importantes de mon palmarès. Je savais en signant à l’OL que je débarquais dans un autre monde. J’étais le meilleur buteur de Bastia et je me retrouvais en concurrence avec de nombreux attaquants. Au final, mon regret est de ne pas avoir pu enchaîner les matchs. Il y a de bons souvenirs comme ce match remporté en Ligue des Champions sur le terrain du Bayer Leverkusen en 2002. Il y a surtout cette blessure en CFA - rupture du ligament croisé et trou dans le cartilage - qui a assombri la suite de ma carrière…



Vous avez le sentiment de ne pas avoir pu aller au bout des choses ?
Je ne me suis jamais remis vraiment de cette blessure. Ma fierté, c’est d’avoir réussi à regagner ma place l’année suivante et à être sur le terrain lors du deuxième titre de champion de France à Montpellier en 2003. J’ai décidé ensuite de retourner à Bastia pour me refaire une santé. Mais, la douleur était trop forte et j’ai dû finalement me résoudre à arrêter. J’ai eu la chance de pouvoir intégrer le staff de Bastia et aujourd’hui je profite pleinement de ma nouvelle vie.



Sur la Route de Frédéric Née. Extrait à retrouver jeudi 24 mai à 19h20 dans OL System.

Sur le même thème