masculins / OL - Caen J-1

Thomas Heurtaux : « On va avoir du boulot ! »

Publié le 10 février 2012 à 16:48 par BV

Le défenseur caennais revient sur la situation du Stade Malherbe et sur le match « très compliqué » qui attend les joueurs de Franck Dumas samedi.

Faîtes-vous partie des joueurs que le froid dérange ?
Non. Bien sûr, cela joue sur la dureté du terrain, mais sur moi, non, je ne crains pas le froid. Certains joueurs ont un peu plus de mal, mais ce n’est pas mon cas si je suis bien couvert. Dans ces conditions, le danger peut surtout venir des terrains qui sont souvent dans un mauvais état : on peut vite perdre nos appuis ou se faire mal en tombant. Il faut également bien se chauffer les muscles afin d’éviter de se claquer à froid.

Ces conditions climatiques rigoureuses vous ont-elles conduits à modifier vos entraînements ?
On n’a pas le choix. On se couvre davantage et l’on s’entraîne sur le synthétique, parce que nos terrains d’entraînement traditionnels sont enneigés et gelés. Ce sont d’autres appuis mais je ne pense pas que ce soit un inconvénient pour nous en prévision du match à Lyon. Avant d’aller jouer à Nancy ou à Lorient, qui ont des pelouses synthétiques, on s’entraîne sur notre terrain habituel, en herbe. Je pense donc que cela ne nous gênera pas.

Les terrains durs de l’hiver favorisent-ils les équipes qui attaquent ou qui défendent ?
Sur ce type de terrains, on n’est jamais à l’abri d’une glissade ou d’un mauvais appui. Défensivement, c’est sûr qu’il faut être plus attentif. Ces derniers temps, on a notamment vu des buts inscrits grâce à des glissades de défenseurs. Il faut adapter son jeu au terrain. Quand on joue derrière, il faut prendre le moins de risques possible dans les zones défensives. Les attaquants n’ont pas forcément de meilleurs appuis mais peuvent en revanche profiter de la moindre erreur, de la moindre glissade.

Le match a été avancé à 15h00. Est-ce une bonne décision selon vous ?
C’est mieux pour tout monde, notamment pour les supporters. Nous, les joueurs, on n’a pas l’habitude de jouer à 15h00 mais on s’adaptera : les horaires de repas seront différents mais on le faisait quand on était plus jeunes, on peut le refaire aujourd’hui que nous sommes professionnels.

Comment qualifieriez-vous la situation du Stade Malherbe (17e de la L1) ?
On n’a jamais été relégable cette saison, mais on n’a jamais oublié que notre objectif est le maintien. Aujourd’hui, on n’a plus qu’un point d’avance sur la relégation, on a conscience d’être en difficulté, dans une mauvaise période. On est dans une situation un peu compliquée, mais on a la chance que ceux qui étaient devant nous n’aient pas trop avancé. On sait que si l’on arrive à gagner un match, on peut vite recoller, qu’en faisant une série, on peut rapidement se replacer. On fait tout pour que cela tourne. J’espère également que l’on aura un peu plus de réussite que ces derniers temps.

Après un bon début de saison, comment expliquez-vous cette baisse de forme ?
C’est difficile à expliquer. On est les mêmes joueurs, la même équipe qu’en début de saison, mais on a perdu des points sur des erreurs d’inattention, notamment à la maison. On dirait que l’on parvient davantage à se libérer et à être solide à l’extérieur (Caen est 8e du classement à l’extérieur et dernier à domicile). A la maison, on veut faire le jeu mais on n’y parvient pas trop et on prend des buts qui nous coûtent cher. En tout cas, on continue de travailler car il va nous falloir des points rapidement et si l’on ne parvient pas à les gagner à domicile, il faudra aller les chercher à l’extérieur. En début de saison, on a fait de bonnes choses, on s’est montrés capables de bousculer de bonnes équipes grâce à notre jeu et notre envie. On a un peu perdu cela, il faut le retrouver, il faut se persuader que l’on est toujours la même équipe. On travaille dessus, cela va payer.

Avec quelles ambitions venez-vous à Gerland ?
On a une obligation de résultats, on a besoin de points. On va donc chercher avant tout à ne pas prendre de but. On s’attend à un match très compliqué, face à une grosse équipe qui possède de bons joueurs, un bon coach et une bonne mentalité. C’est le top de la Ligue 1, mais on est capable de créer la surprise.

Un match nul vous conviendrait-il ?
Oui. Moi, je signerais.

Même si vous vous retrouvez relégable au terme de cette journée ?
Beaucoup d’équipes vont perdre des points contre l’OL, surtout à Gerland. Un point serait donc un bon résultat.

Lisandro ou Gomis ? Je n’ai pas de préférence. Si je suis titulaire, je devrais jouer axe droit. Je prendrai donc celui qui se trouvera dans ma zone.

Connaissez-vous des joueurs de l’OL ?
Je connais Jérémy Pied car on était ensemble en sélection de jeunes. On s’entendait bien, c’est un bon mec.

En tant que défenseur central, vous pourriez avoir à défendre sur Lisandro ou Gomis. Lequel choisiriez-vous ?
Je n’ai pas de préférence. Si je suis titulaire, je devrais jouer axe droit. Je prendrai donc celui qui se trouvera dans ma zone. Ce sont deux très bons joueurs, très complémentaires. On va avoir du boulot.

Samedi, vous n’aurez plus joué depuis 15 jours alors que l’OL aura disputé trois matches dans cette période. Cela peut-il avoir une incidence ?
Bien sûr, mais des deux cotés, car même si l’on s’entraîne bien, cela ne remplace pas les matches. Entre les matches de coupes et de Ligue 1, l’OL s’est beaucoup dépensé. Cela peut nous avantager, même s’ils possèdent un groupe avec pas mal de choix pour remplacer les joueurs fatigués.


Source : Tribune OL

Sur le même thème