masculins / OL - Juventus Turin

Tiago Mendes Cardoso : « Le cœur me fait dire que l’OL peut battre la Juve »

Publié le 17 octobre 2016 à 13:59 par CC

Ancien lyonnais et turinois, le milieu de terrain de l’Atlético Madrid est un témoin privilégié du choc prévu ce mardi au Parc OL. Il profite de cet entretien pour clamer son attachement au club.

Tiago, tout d’abord comment vas-tu ?
Je vais très bien car j’ai retrouvé les terrains après une grave blessure la saison dernière (une fracture du tibia en novembre 2015). J’ai plutôt bien récupéré. Alors cette saison, je veux en profiter à fond. A 35 ans, j’ai la chance de jouer dans un club qui grandit chaque année. L’équipe est de plus en plus forte et c’est une fierté d’en faire partie. Tant que j’ai cette envie de jouer, que mon corps me le permet aussi, je ne me pose pas de question. Je termine cette saison et on verra bien où je serai l’année prochaine.

As-tu l’impression d’avoir quitté l’OL il y a déjà près de 10 ans ?
Je suis parti de Lyon en 2007 mais l’OL est toujours dans mon cœur. Je n’oublierai jamais mes deux saisons ici. Même si j’ai connu d’autres joies ailleurs, ces deux années à Lyon auront toujours un goût particulier. Dès que j’ai l’occasion de croiser un supporter lyonnais, il me rappelle mon but à Saint-Etienne. C’est vrai que c’était un moment fort et j’en ai vécu quelques-uns comme celui-là. Je me souviens encore du match de Fred contre le PSV Eindhoven ou encore de la fête du titre dans les rues de Paris…


Peut-on faire un parallèle entre le Lyon que tu as connu et l’Atlético Madrid d’aujourd’hui ?
Je ne pense pas. A l’époque, on survolait le championnat de France. On n’avait pas d’adversaire en Ligue 1. Avec l’Atlético, c’est loin d’être le cas aujourd’hui. Même si on a pu atteindre à deux reprises la finale de la Ligue des Champions, il y a un championnat très dur et de redoutables adversaires avec le Real Madrid et le FC Barcelone.

As-tu le temps de suivre les résultats de l’OL ?
Je me tiens au courant du classement du club mais je n’ai pas forcément le temps de regarder les matchs. Je connais Bruno Genesio qui était déjà là lorsque je jouais au club et je sais qu’il y a de très bons joueurs comme Lacazette et Grenier qui étaient encore dans l’Academy à mon époque.



Il y aussi un international Portugais avec Anthony Lopes…
Je le connais bien. J’étais encore en sélection lorsqu’Anthony nous a rejoints. Il était un peu timide au départ et ne parlait pas encore très bien portugais (rires). Aujourd’hui, il a fait sa place et cela ne m’étonne pas. C’est un super gardien et une personne que j’apprécie beaucoup.

Comment vois-tu le choc entre l’OL et la Juve ?
Je connais bien ces deux clubs et c’est un match particulier pour moi car j’ai eu la chance de porter ces deux maillots. Je pense sincèrement que Lyon peut l’emporter même si la Juventus fait partie des grands d’Europe. C’est en tout cas le cœur qui parle car si j’ai encore pas mal d’amis à Turin, Lyon restera toujours spécial pour moi, un vrai club de cœur. J’aimerai tant jouer contre Lyon, découvrir ce nouveau stade, retrouver le public.

Un message à envoyer à tous les supporters du club ?
Je les remercie encore pour les deux années que j’ai vécues ici. Je repense souvent à Lyon et j’aimerai pouvoir emmener un jour mes enfants pour leur faire découvrir la ville et leur raconter ces beaux moments que j’ai vécus en France.

 

...

L’anecdote avec Antoine Griezmann

« Lorsqu’il est arrivé à l’Atletico Madrid, il m’a dit qu’il voulait absolument mon maillot. Cela m’a surpris évidemment. En fait, avant de partir en Espagne, il adorait venir voir jouer l’OL et il était dans les tribunes lors de nos exploits en Ligue des Champions. Antoine est devenu un joueur incroyable. Il a une simplicité dans le jeu, c’est notre étoile. »

 

...
Sur le même thème