masculins / OL 2 - PSG 1

Toto Squillaci : "Nous n’avons rien lâché"

Publié le 26 octobre 2006 à 19:08 par BV

"Toto" Squillaci revient sur le huitième de finale de coupe de la Ligue qui a vu les Olympiens éliminer les Parisiens dans les derniers instants. Il évoque également l'impressionnante série de victoires des Lyonnais et l'équipe de Nancy que l'OL accueillera dimanche.

Vous attendiez-vous à un match aussi dur ?
Oui. On s’attendait à ce genre de rencontre car il s’agissait d’un match de coupe. On savait que Paris allait venir pour se qualifier. On s’attendait un haut niveau de difficulté. On a été servis. Il y a eu quelques contacts « à la limite » mais il n’y a pas eu de casse, c’est le plus important.

Si certains avaient des doutes concernant votre motivation en coupe de la Ligue, le cœur que vous avez mis en fin de match les a balayés.
Toutes les compétitions sont bonnes à jouer. On a l’effectif pour évoluer sur tous les tableaux.

L’OL a joué pas mal de grands matchs cette saison mais on a l’impression que vous avez ressenti la joie la plus intense hier contre le PSG.
Oui car la fin de la rencontre a exacerbé cette joie. Ce fut une rencontre pleine de péripéties. Nous menions ainsi 1 à 0 avant d’égaliser puis d’inscrire cet ultime but sur la fin. C’est le scénario de la rencontre qui fait que la joie fut tellement intense. Même s’il ne s’agissait que de la coupe de la Ligue, tout le monde était très, très heureux.

Sur le terrain, à quoi pensiez-vous lorsque vous étiez menés 1 but à 0 ?
Nous y croyons toujours. Nous avions déjà été menés avant de revenir au score. On savait donc qu’on pouvait revenir au score et même l’emporter. Au mental, nous n’avons rien lâché et une fois de plus, cela a fini par payer. Il fallait être sérieux et rigoureux pour l’emporter. Cela ne fut pas facile mais nous sommes encore une fois parvenus à nous qualifier de belle manière.

Vous donnez actuellement l’impression d’être sur un nuage.
Oui mais il faut faire attention. On savoure cette victoire tout en n’oubliant pas qu’une victoire ne tient pas à grand-chose, se joue sur des détails. Cela passe par le travail de tous les jours à l'entraînement. Il faudra faire très attention. Si on ne reste pas sérieux comme nous l’avons été jusqu’à présent, nous pouvons le payer très cher.

Êtes-vous surpris par le début de championnat de l’OL ?
Au regard de la qualité du groupe, je ne suis pas surpris. Certains matchs comme celui d’hier soir nous ont souri. On a alors eu un petit brin de chance mais il ne faut pas oublier que nous l’avons provoqué. On peut raisonnablement s’attendre à de tels résultats car on a un groupe de 25 joueurs dans lequel il y a énormément de qualité.

Pourquoi êtes-vous contraints de plus vous employer à domicile qu’à l’extérieur ?
On ne se pose pas trop de questions à ce sujet. On sait que c’est difficile à la maison, que les équipes viennent souvent ici pour défendre et « fermer la boutique ». Ce n’est donc souvent pas facile de trouver la faille mais on est préparés à cela. A nous de marquer rapidement pour nous faciliter la tâche et nous créer des espaces pour faire la différence.

Ne pourriez- vous pas tenter de laisser le ballon à vos adversaires ?
Lyon est une équipe qui aime jouer au ballon. Même contre des équipes regroupées en défense, grâce à nos talents individuels et notre force sur les coups de pied arrêtés, on peut faire la différence à tout moment. Cela peut parfois nous permettre de débloquer des situations délicates.

Sur un plan personnel, pensez-vous avoir marqué des points cette semaine ?
Je me sens bien dans ce groupe, que ce soit dans la vie du groupe ou sur le terrain. Je continue à travailler à l’entraînement pour essayer d’être performant lorsque l’on fait appel à moi. A l’OL, il y a de la concurrence comme dans tous les grands clubs européens. Cela fait partie du jeu. A nous d’être bons lorsqu’on fait appel à nous afin de compliquer les choix du coach. De mon côté, je ne me prends pas la tête. Je m’apprête à jouer tous les matchs tout en gardant à l’esprit qu’il y a de très bons joueurs à mon poste. Le plus important demeure le collectif, que l’équipe continue à engranger les points en championnat et se qualifier dans les différentes coupes.

Votre association avec Cris ne semble pas vous poser de problème.
Non. Cela se passe bien. Tout comme lorsque je joue avec Claudio (Caçapa) ou Pat (Müller). Je m’adapte. En défense centrale, il y a 4 bons joueurs. Cela facilite les choses. C’est toujours un plaisir de jouer avec Cris ou avec les 2 autres.

Quel regard portez-vous sur votre futur adversaire nancéen ?
Il s’agit d’une bonne équipe. Ils ont la meilleure défense du championnat mais également beaucoup de qualités offensives avec des joueurs comme Kim et bien d’autres. Il faudra aborder cette rencontre de la meilleure des façons, comme nous le faisons actuellement.
Sur le même thème