masculins / OL - LOSC

« Toujours la même envie… encore plus de plaisir »

Publié le 12 septembre 2015 à 08:01 par R.B

Flo Balmont vient d’attaquer sa 13ème saison au plus haut niveau… Il est l’un des cadres du LOSC avec qui il a prolongé son contrat de deux saisons…Tour d’horizon avec ce professionnel exemplaire…

C’est l’histoire d’un gone qui a tapé dans son premier ballon au CS Ozon avant de partir au CASCOL Oullins puis de signer à l’OL à 17 ans. Il remportera la coupe Gambardella en 1997. Le 26 octobre 2002, il débutait en pro à Ajaccio (succès 1 à 0). C’était l’époque des Diarra, Carrière, Juninho, Dhorasoo, Violeau… puis d’Essien. Difficile de se faire une place au milieu de terrain d’autant qu’il passera quelques mois à l’infirmerie pour soigner un genou (rupture des ligaments croisés). Un prêt gagnant à Toulouse, un retour express à l’OL avant de s’envoler définitivement ailleurs : 4 saisons à l’OGCN et depuis 2008, le LOSC où il est un des pions essentiels du milieu de terrain. « Flo » aura 36 ans le 2 février prochain. Il a dépassé la barre des 400 matches de L1 (11 avec OL, 35 avec le TFC, 139 avec l’OGCN et 229 avec le LOSC). Il a toujours le même comportement sur un terrain : c’est un combattant qui ne lâche jamais, un guerrier expérimenté qui a enrichi son bagage au fil des saisons. « Le Pitbull » est toujours là !

Florent comment se passe le début de saison du LOSC ?
« Ce n’est pas mal. On avait un calendrier difficile avec la réception du PSG, le déplacement à Monaco, puis la venue des Girondins. On avait pris deux points. Il fallait absolument l’emporter face au Gazelec Ajaccio. On l’a fait dans la difficulté (1 à 0), mais on l’a fait. Après la trêve, on se déplace deux fois de suite : à Lyon et à Rennes. On va donc dire que c’est un début correct, intéressant d’autant qu’il y a beaucoup de changements dans le groupe. On a montré de la solidarité, de la solidité en n’encaissant qu’un seul but. Il reste à progresser sur le plan offensif, notre plus gros chantier. Le groupe vit bien. Un nouvel entraîneur ? Chaque entraîneur apporte quelque chose. On fait par exemple beaucoup de jeu à l’entraînement »

Mon objectif, c’était de dépasser la barre des 400 rencontres en L1 et c’est fait. 500 matches ? C’est beaucoup de fierté. Je ne pensais pas arriver à ce stade dans ma carrière…Olivier Echouafni, un joueur que j’appréciais m’avait dit qu’une carrière se jugeait sur la durée…

Et pour toi ?
« Cela se passe bien. Je suis en bonne santé et je joue. J’ai eu une période de réflexion en fin de saison dernière pour savoir si je restais ou je partais. Il y avait eu des contacts avec des clubs… Mais j’ai prolongé de deux saisons. Je suis conscient d’être dans un grand club, plutôt ambitieux qui a envie de faire une bonne saison. Il y a un bon groupe. Oui, je suis bien ici ».

Comment il est le «Pittbull » à plus de 35 ans ?
« Il a la santé, la motivation. Tout est ok physiquement. Je prends encore plus de plaisir. J’ai encore deux ans à faire au haut niveau. A la fin de mon contrat, j’aurai 37 ans ½. Il faudra voir… mais je pense que j’arrêterai. Je n’ai pas envie de faire le match de trop. L’âge ? En France, c’est toujours un problème dès que tu as dépassé 30 ans. On croit que tu es cuit… »

Si tu avais à te définir à travers tes différents clubs ?
« A l’OL, c’était mes débuts en pro. J’étais d’abord dans la combativité. J’étais un chien fou. Au TFC ?  Ce prêt a été bénéfique. J’ai joué, fait une saison correcte. Il y a eu une mise en lumière qui m’a servi. L’OGCN ? J’ai bien fait de repartir. Cela a été quatre super saisons. Je me suis régalé ; ma famille aussi. J’ai acquis de l’expérience. Le LOSC ? J’ai débuté ma huitième saison. De belles années avec des titres, la ligue des Champions. On a toujours joué le haut du tableau. Ces saisons sont l’aboutissement de ma carrière, la cerise sur le gâteau. Ici, il y a eu aussi l’entrée dans le Grand Stade, les superbes conditions d’entraînement ».


Des regrets ?
« Pas de regrets. Juste un petit quelque chose de ne pas avoir été au moins une fois en Equipe de France. J’y pensais… Il y a juste eu plusieurs pré-convocations… mais c’est tout. Cela aurait été bien, un plus »

Est-ce-que tu sais que tu vas disputer ton 500ème match en pro en club face à l’OL ?
« Non. Tu me l’apprends… Mon objectif, c’était de dépasser la barre des 400 rencontres en L1 et c’est fait. 500 matches ? C’est beaucoup de fierté. Je ne pensais pas arriver à ce stade dans ma carrière… Olivier Echouafni, un joueur que j’appréciais m’avait dit qu’une carrière se jugeait sur la durée… »

As-tu un rêve sportif ?
« Il ne faut pas rêver pour le championnat… Mais comme je suis un compétiteur, si on peut gagner une coupe ce serait bien surtout que ces dernières saisons, on n’a pas spécialement brillé ».

Est-ce toujours différent de jouer à Gerland ?
« Forcément, c’est particulier. Il y a toute la famille qui est là. C’est dommage de ne pas jouer ce match dans le Grand Stade… »

Que penses-tu de l’OL 2015-2016 ?
« C’est une grosse écurie. On sent que le président a voulu monter une équipe pour l’entrée dans le Grand Stade. Il y a énormément de qualités offensives dans ce groupe (interview réalisée avant la blessure de Nabil Fekir). On sait que cela va être compliqué samedi. A nous de faire preuve de solidarité, de solidité comme on l’a fait jusque-là en ne prenant qu’un seul but par exemple. On souhaite faire un meilleur match et obtenir un autre résultat que la saison dernière (défaite 0 à 3). On était passés à côté mais à cette époque, il y a avait une dizaine de blessés et on jouait la coupe d’Europe ».

Si tu avais à citer un joueur qui t’impressionne à l’OL ?
« Fekir. Il est hors norme… Il ne fera pas long feu à l’OL… ».

Sur le même thème