masculins / OL - Bayern

Tour d’horizon de la presse au jour J

Publié le 27 avril 2010 à 11:02 par DC

A quelques heures de la demi-finale retour de Champions League historique, qui va opposer l’OL au Bayern Munich à Gerland, zoom sur la presse du jour…

Comme à son habitude, le Progrès met les grands moyens pour les grandes occasions. La une du journal local est consacrée à l’OL, avec un message d’espoir : « On y croit ! » Pour Jean-François Gomez, « le rêve n’est plus inaccessible, l’OL doit enflammer Gerland et terrasser le Bayern. » Il rappelle ensuite que Lyon marche sur les traces de Reims, Saint-Etienne, Marseille et Monaco. Tous les quatre sont déjà allés en finale de l’épreuve.

Tous à Lyon espèrent que l’équipe de Claude Puel saute le pas, à commencer par Bernard Lacombe : « Ce sera un match exceptionnel avec derrière une finale de Ligue des Champions. » Allali Maklouf, l’entraîneur de Feyzin, équipe de niveau régional, est lui aussi confiant : « Lyon a été dominé à l’aller mais le scénario sera différent. Lyon doit attaquer pour faire la différence. » Et de finir par le traditionnel pronostic « 3-1 pour Lyon. »
rdp

Ensuite le Progrès ne manque pas de rappeler l’un des duels de ce match, entre deux hommes d’expérience, Cris d’un côté et Van Bommel de l’autre. Pour le capitaine Lyonnais « c’est l’heure. » Le Brésilien ne doute pas de la force de l’OL, tout comme son entraîneur Claude Puel : « Il faudra jouer notre jeu tout simplement. » Anthony Réveillère lui est encore plus déterminé, il lâche : « On sera en finale ! Gerland devra être notre douzième homme. »

Avant de conclure sur Hugo Lloris, « l’assurance tous risques de l’OL ». Pour  Antoine Osanna, « il a maintenu l’OL en vie. » Espérons que cette remarque se révèle encore juste ce soir. Enfin, dans ses pages générales, le quotidien met en exergue l’enthousiasme des supporters « qui seront là. »

L’Equipe s’est également mobilisé, avec sa une aux couleurs de l’OL. « Tout le monde en rêve » rappelle le quotidien sportif. « C’est maintenant qu’il faut être renversant. » En rappelant que la menace côté Munich se nomme Arjen Robben. « On ne doit pas lui laisser prendre de la vitesse sur dix mètres » remarque Hugo Lloris.

rdp

Pour Bixente Lizarazu, « le danger c’est d’attendre. Le Bayern ne va pas prendre de risques. » Alors qu’on reparle ensuite des compositions d’équipes, véritables baromètre de la rencontre. Surtout pour la défense Munichoise, « qui sont les défenseurs de l’OL » pour l’Equipe, tant elle est menacée par les blessures.

Pour sa part, Michel Bastos « peut tout changer » d’après Regis Testelin. « Il a la possibilité de quitter le banc de touche, et de faire basculer cette demi-finale. » De l’autre côté du terrain, il y aura un mort de faim, Mark Van Bommel, « qui en a sous la semelle. » Enfin, le quotidien établit un « top 5 des plus beaux exploits de l’OL » avec entre autre le titre 2002 arraché à Lens, ou la victoire en huitièmes contre le grand Real.

Le Parisien ne lésine pas non plus sur les moyens, avec un message fort : « Tous derrière les Lyonnais. » en une du quotidien Francilien. « Pour eux c’est ce soir ou jamais. » Et la rage de vaincre est même présente dans les propos recueillis, Claude Puel annonce : « On est capables de renverser n’importe quelle équipe. » Et à Miralem Pjanic de surenchérir : « On a tous envie de les écraser. »

Pour le reste un mot d’ordre, le duel Lisandro - Robben, « les deux hommes qui peuvent faire basculer la rencontre. »

Dans les autres journaux, on peut lire « Lyon veut forcer le destin » dans la Tribune, « Lyon le match parfait ou la porte » dans le Figaro. Libération focalise de son côté sur Hugo Lloris « un gardien à bonne distance », tandis que Denis Chaumier dans son édito de France Football demande : « Et maintenant de la folie SVP ! » Pour le bihebdomadaire,  « la chance il faut la provoquer. »

Sur le web, le site de l’UEFA annonce « Cris, le capitaine au seuil de l’Histoire. » Sport 24 se fait l’écho du Brésilien : « C’est l’heure ». Côté Allemand, Bild prévient : « Un chaudron aux sorcières vous attend », tandis que Kicker s’inquiète « qu’il manque encore Klose ? »



 

 

 

 

 

Sur le même thème