masculins / #OLGFCA

Thierry Laurey (GFCA) : « Tout peut arriver... »

Publié le 29 avril 2016 à 08:01 par R.B

Le Gazelec possède un point d’avance sur le premier relégable... son programme à venir est très compliqué... Thierry Laurey, l’entraîneur ajaccien en a conscience tout en faisant confiance à son groupe qui s’est bonifié au fil des matches... Tout lui semble possible...

Le natif de Troyes a déjà eu plusieurs vies avec le Gazelec : une descente en National après avoir repris en février 2013, une équipe déjà quasiment condamnée, la remontée en L2 et dans la foulée l’accession en L1. Le tout en un peu plus de 3 saisons à peine ! Et cela s’est poursuivi depuis le mois d’août dernier : un départ catastrophique (3 points après 10 journées), 11 journées de rang sans défaite et une 12ème place, puis un retour dans la zone rouge lors de la 26ème journée dont il est sorti le week-end dernier pour un point de mieux que le Stade de Reims après un succès dans le derby corse. On comprend la volonté, l’enthousiasme, l’espoir de l’ancien joueur professionnel (défenseur ou milieu) aux 518 matches.


Dans quel état d’esprit êtes-vous dans ce sprint final ?
« On doit lutter jusqu’à la fin du championnat pour assurer le maintien. La victoire face à Bastia nous a fait du bien. On a l’espoir de se sauver ; c’est envisageable. L’essentiel, on le souhaitait, c’était de ne pas être lâché à cette époque de la saison. On voulait être encore dans le coup avant la 38ème journée. Cela devrait être le cas en sachant que l’on a deux très gros matches à disputer (à Lyon et en recevant le PSG) avant ce déplacement à Lorient. Tout peut arriver... Il y a des exploits à faire... On a la main, pas une grosse main, pour notre maintien. On a quelque chose dans notre jeu pour bluffer (sourire) en espérant que cela ne soit pas que du bluff... »

On a la main, pas une grosse main, pour notre maintien. On a quelque chose dans notre jeu pour bluffer (sourire) en espérant que cela ne soit pas que du bluff...

Quel regard portez-vous sur votre saison ?
« Il y a  eu trois périodes très différentes et complétement explicables. Notre départ a été très mauvais avec ces 3 points après 10 journées. Mais on n’était pas prêts à plusieurs niveaux. L’effectif n’était pas arrêté, insuffisant... On n’a pas eu le temps d’intégrer les nouveaux, de nous adapter à notre nouvel environnement. Il n’y avait pas d’homogénéité. Cela a été compliqué et on a mis du temps à trouver le bon rendement. Puis, il y a eu le déclic de notre première victoire (3 à 1 face à l’OGCN) suivie de 3 autres succès. Cela a remis tout le monde dans le bon sens, nous a libérés. On avait 24 points à la trêve et on était 12ème. C’était encourageant mais ne cela ne correspondait pas à notre vrai niveau final. Il y a eu un peu de relâchement défensif, des décisions arbitrales qui ne nous ont pas toujours servis... et on n’a pas pris les points que nous aurions pu prendre. Mais franchement, si on nous avait dit que nous en serions là à trois journées de la fin, on aurait signé de suite tout en se disant, aussi, que l’on pourrait être déjà sauvés ».

Un mot sur votre groupe ?
« Il y a des joueurs d’expérience (Bréchet, Ducourtioux, Mangane, Pujol, Le Moigne...) et d’autres qui ont découvert la L1. On a été obligé de « tirer » sur certains joueurs. La fatigue s’est installée. Il y a eu des blessures à l’image de celle notamment de Pujol, absent 3 mois, et quand on voit ce qu’il apporte depuis son retour... Il y a eu des suspensions. Il y avait un 2ème souffle à retrouver... Une saison, c’est aussi cela... On sait que l’on a moins de talent que d’autres équipes mais on est en passe de se sauver et on a fait un beau parcours en Coupe de France (éliminé en ¼ de finale par le FC Lorient). Un parcours pas si mauvais que cela au final ».

Est-ce-que il y a de la fierté chez l’entraîneur après ces 9 mois ?
« Je suis très fier de mon groupe. On a beaucoup bossé pour être au niveau. Nous n’avons pas été ridicules. L’équipe s’est toujours battue avec ses armes, s’est accrochée. Cela me plait. Cela a été une superbe expérience pour les joueurs, les dirigeants, le staff. Des joueurs se sont bonifiés. Certains avaient connu le National et sont aujourd’hui appelés dans leurs sélections nationales. Ce groupe me donne envie tous les jours d’aller à l’entraînement. Franchement, ce serait rageant de descendre après ce que l’on a vécu, fait».

Que pensez-vous de ce match face à l’OL ?
« On sait à qui l’on s’attaque et en plus c’est une équipe en forme... On n’a pas eu de chance ces dernières semaines en affrontant des équipes en forme comme l’ASSE, le LOSC... Nantes... et puis l’OL avant le PSG... Le calendrier joue aussi un rôle. On sait que ce sera compliqué, que cette équipe lyonnaise ne se relâchera pas. Mais chaque match a son histoire. On croit en nos chances. On veut faire un match cohérent, poser des problèmes... Sur un malentendu, on ne sait jamais (sourire). Avant chaque match, il y a de l’espoir. Et moi sur le banc, je n’ai pas envie de « m’emmer...»Je veux sentir que l’on peut toujours faire quelque chose . L’OL est impressionnant. C’est un gros morceau, un grand club avec des ambitions. L’OL ne nous fera pas de cadeaux. Pour en revenir au calendrier, on avait la chance au match aller de l’affronter alors qu’elle n’était pas au mieux. On avait fait le match qu’il fallait pour gagner... Actuellement, l’OL ne doute pas. On sait que l’on peut en prendre 5... On va lutter... et on verra... Le Moigne est suspendu, Bréchet, blessé... mais il y aura des choix à faire».

Source Tribune OL "OL - GFCA"


...
  • Carrière joueur
    82-86 : US Valenciennes Anzin
    86-87 : OM
    87-88 : Montpellier
    88-90 : Sochaux
    90 PSG
    91 ASSE
    91-98 : Montpellier
  • Carrière entraineur
    00-01 : Montpellier B
    07-08 : FC Sète
    08-09 : Amiens SC
    11-12 : Arles-Avignon
    depuis 2013 : GFCA
efefef



Sur le même thème