masculins / OL - Real Madrid J-2

Tradition respectée... et un groupe de 21 joueurs

Publié le 11 septembre 2005 à 14:22 par R.B

[IMG6403L]<b>La tradition</b> a été respectée : le président <b>Jean-Michel Aulas</b> est venu à Tola Vologe ce dimanche. Il le fait systématiquement avant un match européen. « Je n'ai rien à faire de spécial. <b>Cela se passe très bien sans moi</b>. Je félicite Gérard Houllier… il maîtrise son groupe. Je ne parle aux joueurs que si on me le demande. Passer, c'est symbolique »... Ensuite, ce fut le tour de <b>Gérard Houllier</b>, lui aussi très détendu et particulièrement affable...

La tradition a été respectée : le président Jean-Michel Aulas est venu à Tola Vologe ce dimanche. Il le fait systématiquement avant un match européen. « Je n'ai rien à faire de spécial. Cela se passe très bien sans moi. Je félicite Gérard Houllier… il maîtrise son groupe. Je ne parle aux joueurs que si on me le demande. Passer, c'est symbolique ». Comment ne pas aborder le sujet Real avec le président. « C'est un rêve de gosse qui se réalise et cela durait depuis longtemps. Ce match est formidable pour l'histoire du club. En plus nous allons l'affronter dans un contexte qui ne sera pas disproportionné. Je ne sais pas si nous verrons le vrai Real mardi soir avec les absences de Zidane, Ronaldo…mais je me dis que cette équipe sera suffisamment forte. Raul-Robinho, c'est quasiment ce qui se fait de mieux. Mardi, il y aura deux très grandes équipes ». Le président ajoute ensuite. « Nous n'avons pas rattrapé le Real ; nous avons simplement réduit l'écart. Le Real, c'est un passé, une histoire, des racines. Pour l'OL, ce n'est pas pareil. Il ne faut pas se prendre pour lui. On en est encore assez loin. Mais sur un match, tout est possible. Cela dépendra de la volonté des joueurs… et cela peut donner une surprise au final. Nous avons une obligation de résultat. Ce n'est pas un test. Débuter par un match nul ou un succès, c'est l'idéal en Champions League ».



La Champions League ? « C'est un objectif majeur avec cette possibilité de jouer la finale en France ; mais l'opportunité de remporter un 5ème titre de champion de France de rang est vraiment extraordinaire. Cela rentrerait dans le livre des records. Je sais que si on ne le fait pas cette saison, on ne le fera plus jamais. Imaginez que l'on gagne les 2… ». Les supporters, leur rôle ? « Je n'ai aucune inquiétude sur la qualité de notre public qui a grandi avec le club. On aurait pu servir 120 000 demandes. Ce public est devenu enthousiaste et positif. Nous sommes dans une phase à l'anglaise ». Un président détendu qui a été rassuré par les nouvelles du genou de Cris. « Je pense que c'est du 50/50 pour mardi. Il décidera car c'est un problème de douleur ».



Après le Président, Gérard Houllier s'est montré tout aussi affable et détendu. « Le Real ? Même quand je joue aux cartes, je veux gagner… Les absences de certains madrilènes vont peut-être pousser l'entraîneur à densifier le milieu de terrain. Leur défaite contre Celta Vigo n'est certainement pas une bonne chose pour nous, même si cela peut aussi les marquer mentalement. Quand je regarde le groupe du Real, je me dis que nous n'avons pas grand-chose à lui envier. Sur 90 minutes, nous pouvons niveler l'écart. Mais je ne fais pas d'obsession sur ce match. L'équipe espagnole fait partie des 7 cols à franchir pendant les 21 jours qui viennent. Et puis dans un grand match européen, les grands joueurs se transcendent. Une des clefs de la réussite, c'est aussi la solidarité affichée par le collectif ; qu'un joueur joue ou ne joue pas. C'est la raison pour laquelle j'emmène 21 joueurs au vert. C'est une aventure collective. Il faut arrêter de penser que le foot se joue à 11, voire 14. Il est nécessaire d'avoir entre 15 et 20 très bons joueurs pour avoir des résultats. Je me focalise sur cette notion de groupe. Je ne prévois pas plusieurs jours à l'avance qui va joueur ou non. Cela m'enlèverait de l'objectivité. Le schéma tactique ? Ce sont les joueurs qui font les systèmes et vous incitent à le choisir. Dans mon esprit, il y a plusieurs possibilités tactiques en me basant quasiment toujours sur une défense de zone à 4. C'est ma philosophie générale ; je ne suis pas partisan d'une défense à 3 axiaux. »



Les questions sont nombreuses… les réponses très claires. Cris ? «L'IRM nous a rassuré. Il n'y a rien de grave. Kapo ne l'a pas fait exprès, même s'il est en retard… C'est du 50/50. Vous savez, il y a des joueurs qui ont envie de jouer même avec des béquilles. La préparation ? C'est la préparation invisible qui va faire la différence. Je peux vous dire que les gars ont apprécié le fait de manger tous ensemble hier soir dans notre restaurant. Franchement, ce genre de chose est pensé pour leur faciliter la vie. Le début de saison ? « En riant » Je regrette les 2 points perdus à Marseille, même si je crois que c'est là bas qu'il y a eu un déclic. Il y a eu deux étapes. La première a été celle de la remise en question après les festivités du dernier titre. Il fallait enfiler le bleu de chauffe ; il a fallu faire avec les rumeurs… Je tire un coup de chapeau au groupe ; ce n'était pas facile. Et puis quand vous gagnez, comme c'est le cas de l'OL ces dernières saisons, cela génère des inquiétudes : peut-on continuer à gagner ? Maintenant le groupe est là. Il a montré de très belles choses par séquences et il y a les résultats. Ce que retiennent les gens, ce sont les résultats. Tiago ? Je l'avais vu jouer une quinzaine de fois ; il ne m'avait jamais déçu. Ce retour sur un banc ? Le métier d'entraîneur, c'est 20% de bonheur exceptionnel. Ben Arfa ? Il progresse. Il ne se dégonfle pas ; il a confiance en lui. La confiance pour un groupe est importante, mais il ne faut pas de suffisance. Carew-Fred ? Ils pourront jouer ensemble, mais je ne dis pas que je le ferais contre le Real. La clef du haut niveau dans le jeu ? C'est la récupération du ballon. Nous manquons encore d'agressivité dans ce secteur du jeu ».



Avant les interventions du président et de l'entraîneur, il y avait eu un entraînement pour ceux qui n'ont pas ou presque pas joué contre Monaco. Patrice Bergues a mis notamment en place un jeu sur espace réduit. Le reste du groupe avait rendez-vous un peu plus tard pour les soins.



Le groupe pour le Real Madrid :



Coupet, Vercoutre – Réveillère, Cris, Cacapa, Monsoreau, Berthod, Diatta, Clément, Juninho, Tiago, Pedretti, Diarra, Govou, Wiltord, Carew, Fred, Malouda, Benzema, Ben Arfa, Frau.



R.B

Sur le même thème