masculins / OL 2 - Istres 1

Trois points en cravachant

Publié le 12 mars 2005 à 20:06 par R.B

[IMG4957L]Les Lyonnais ont du batailler ferme pour venir à bout d'une équipe provençale souvent à la limite de la régularité. Un coup franc de Juninho; un missile de Govou ont gommer les approximations... la fatigue... l'absence de Diarra. Ce match ne rester pas dans les annales, mais le plus important était de prendre les trois points pour le champion de France qui reste plus que jamais en tête de la Ligue 1. Aux poursuivants de l'OL de faire maintenant le nécessaire pour que ce succès acquis dans la douleur ne soit pas bonifié un peu plus vers un quatrième sâcre...

A Lyon, stade de Gerland, OL 2 Istres 1 (mi-temps : 1 à 1) ; temps : frais ; pelouse : en moyen état ; spectateurs: 37 299; arbitre : M. Fredy Fautrel (Ligue Basse-Normandie).



OL : Coupet – Réveillère, Cris, Abidal, Berthod, Essien, Juninho, Govou (cap), Wiltord,

(puis Clément 80ème), Nilmar (puis Frau 73ème), Malouda (puis Bergougnoux 92ème)



Istres : Weber – Perez (puis Dumolin 66ème), Thiam, Saveljic (cap), Kacemi, Diagne-Faye, Chedli (pui Pelé 46ème), N'Diaye, Delaye, Courtois (puis Saïfi 46ème), Bakayoko.



Buts: pour l'OL, Juninho (19ème), Govou (80ème) ; pour Istres, N'Diaye (30ème)



Avertissements: pour Istres, Perez (48ème), Delaye (40ème), Thiam (61ème), N'Diaye (67ème), Saïfi (71ème)



14ème match de championnat à domicile… une première à Gerland avec la réception d'Istres en Ligue 1… une opposition des extrêmes… quelques jours après le feu d'artifice européen contre Brême… les Lyonnais sont de retour sur le rectangle vert. D'une scène à l'autre, le Champion de France enchaîne les rencontres, la 42ème de la saison ce samedi, et file à grande vitesse vers l'obtention de ses objectifs. Championnat, pain quotidien… ordinaire incontournable… pour exister ensuite sur l'échiquier du Vieux Continent. A 10 journées de la fin, aux prémices du printemps, les Olympiens entrevoient un 4ème titre de rang ; et sauf énorme coup de tabac, ils rejoindront fin mai l'OM et l'ASSE dans l'histoire du foot français. Alors on se dit que ce n'est pas un petit provençal qui peut contrarier les desseins de ce Grand.



4 jours après Brême, les Gônes remettent donc le couvert contre la lanterne rouge domestique. Ils ouvrent la 29ème journée de Ligue 1 et veulent passer une soir�e tranquille à siroter les petits bobos éventuels de leurs poursuivants. Vous l'aurez compris, cela passe par un 16ème succès attendu. Cela sera-t-il compliqué ? A priori non… mais ces diables de Violets sont plus à l'aise loin de chez eux et ont déjà enquiquiné dix équipes sur 14… en déplacement. Respect ; méfiance… en l'absence du Malien Diarra suspendu. Paul Le Guen, privé de sa « bête » du milieu peut compter sur le retour « d'Antho les yeux bleus » dans le couloir droit de la défense. Essien est aux côtés de Juninho et devant Nilmar a été préféré à Frau. Un Juninho honoré avant la rencontre par la remise du jour du mois de février du championnat pour l'ensemble de son œuvre dont ses coups fameux coups francs.



Bakayoko balancera la première frappe de la rencontre à côté de la cage de Coupet (2ème) ; Nilmar réplique en centrant de la gauche dans la surface de réparation sans maillot blanc à la réception. Il faut attendre la frappe de Wiltord (9ème) pour voir le gardien provençal en action. Ensuite, place à Juninho… sur coup franc bien évidemment. Son tir est dévié sur la base du montant droit de la cage adverse par l'excellent Weber (15ème), Malouda « croquera » la reprise. Nilmar y va d'une tentative lointaine qui fait briller Weber avant que Juninho ne s'avance pour tirer son second coup franc de la soirée. A l'angle de la surface de réparation, côté droit, le Brésilien scotche Weber et les siens en trouvant la lucarne. A la 19ème minute de jeu, l'OL ouvre le score et « Juni » a atteint le chiffre de 19 buts dans son exercice préféré.



On se dit alors que le plus dur est fait face à cette équipe violette pas très attrayante par son comportement. D'autant que Nilmar marque de la tête un but tout à fait valable que le corps arbitral refuse pour un hors jeu de position imaginaire (22ème). Il n'y a pas trop de rythme dans ce match et l'absence de Diarra pèse énormément sur le jeu des Olympiens. Essien est cependant � deux doigts de reprendre un centre fuyant de Govou en se jetant au deuxième poteau. Les visiteurs commencent à sortir les crampons et font un peu n'importe quoi à l'image du latéral gauche Kacemi ! Mais sur un corner anodin, Essien oublie le marquage de N'Diaye qui place un coup de tête dans la cage locale (30ème). Damned ! Cela devient crispant, parfois ennuyeux et franchement énervant quand les promus accumulent les actes d'anti-jeu. La mi-temps s'achève dans une atmosphère d'énervement aggravée par le comportement de Gravelaine qui, non content de fumer des clopes sur son banc pendant la rencontre, est venu brancher Juninho avant la rentrée aux vestiaires… Drôle d'attitude !



On ne le sent pas trop ce match… il ya sans doute de la fatigue accumulée... et pourtant en 2 minutes juste après la reprise, Nilmar et Malouda ont 2 occasions immanquables pour enfoncer la lanterne rouge. A chaque fois, à bout portant, Weber mettra les gants qu'il faut pour protéger sa cage. Les Lyonnais ont toujours du mal à se trouver… Perez prend un jaune logique pour avoir fait voltiger Wiltord (48ème)… il sera châtié quelques minutes plus tard sur un corner et cédera sa place à Dumolin. Entre temps, Juninho a cadré un autre coup franc ; Thiam, lui, récolte un carton… Les débats ne sont pas flamboyants aidés par un arbitrage manquant grandement de rigueur. La distribution des cartons continue ; c'est au tour de N'Diaye de prendre le sien (67ème), précédant de peu Saïfi (71ème). Pas de doute les Provençaux ont remporté ce match là et finissent par nous convaincre qu'ils sont certes admirables de vouloir s'en sortir... en étant assez antipathiques ! Ils peuvent s'estimer heureux d'être encore au complet sur la pelouse… Abidal est monté lui aux avants postes pour placer une belle tête à côté sur un �nième corner de Juninho.



On commence à désespérer. Paul Le Guen remplace Nilmar par Frau (73ème) et après une nouvelle période sans intérêt, les visiteurs perdent un ballon dans le coin gauche de leur partie de terrain à une 20 de mètres de leur but ; Berthod bonifie sa récupération en servant Govou. Ce dernier enchaîne sa conduite de balle ; il entre dans la surface, en ressort et envoie un missile, façon Bayern de Munich du match que vous savez, dans la lucarne de l'impuissant Weber (80ème). Gerland libère ses angoisses sur ce coup de canon de son capitaine. Paul Le Guen renforce alors son milieu de terrain avec Clément. Rien n'est définitivement joué, malgré la montée rageuse d'Essien, une série de frappes dont une contrée par un pied violet qui oblige Weber à une nouvelle prouesse au ras de son poteau droit. Weber le meilleur de son équipe. C'est quasiment fini… quand Essien rend un ballon à l'adversaire ; le centre délivré de la gauche crée la panique dans les 5 mètres olympiens et Bakayoko se demande encore comment il a pu mettre cette offrande au dessus (94ème). Sur ce coup de chaud, M. Fautrel siffle la fin de la rencontre qui ne restera pas dans les annales. Ce n'est pas tous les jours soirée de gala, mais, à la sortie, cela fait 3 points importants pour les copains de Cris. L'essentiel !







Statistiques:



Corners pour l'OL: 10

Corners pour Istres: 7

Hors jeu pour l'OL: 6

Hors jeu pour Istres : 2

Coups francs pour l'OL : 22

Coups francs pour Istres : 15

Tirs cadrés pour l'OL : 9

Tirs cadrés pour Istres : 3

Tirs non cadrés pour l'OL : 7

Tirs non cadrés pour Istres : 7

Coupet arrêts : 2



Fautes commises : Govou, Cris, Clément, Juninho et Nilmar 2 ; Malouda, Essien, Réveillère, Abidal et Berthod 1.



Fautes subies : Govou 6 ; Juninho et Nilmar 4 ; Cris, Réveillère et Wiltord 2 ; Abidal et Essien 1.



Malouda à la loupe : 24 passes à destination ; 23 ballons perdus ; 3 tirs ; 1 faute subie et 1 faute commise ; 3 récupérations ; 26 ballons joués devant ; 9, derrière et 12 latéralement.



R.B

Sur le même thème