masculins / Bilan

Un arrêt, un but, un chiffre

Publié le 03 mars 2015 à 10:30 par SC

6 points pris en 5 échéances, 4 petits buts marqués et autant d’encaissés…février a été moins prolifique que les mois précédents. La place de leader est tout de même sauve.

Un arrêt

Sans lui, la note aurait pu être salée. Tant bien même le courage, la solidarité et la générosité des joueurs lyonnais, Anthony Lopes a été le plus grand artisan du point arraché contre l’ogre parisien. Il n’a cédé qu’une seule fois. Sur un penalty d’Ibrahimovic. Sur un penalty à retirer alors qu’il avait sorti le premier essai. Avant cela, il avait multiplié les exploits. Celui pour repousser la tête piquée du géant suédois à l’heure de jeu est même un petit miracle. Le gardien lyonnais et ses jambes de feu s’emploient pour ne pas être dépassé par la proximité du tir, ni être trompé par le rebond.


Un but

40 secondes d’une grande pureté technique…Le but lyonnais face au Paris Saint-Germain est la conclusion d’une superbe séquence. Le ballon a navigué entre les pieds de sept joueurs, est passé au centre du terrain, sur le côté gauche puis celui de droite. Jusqu’à arriver dans la surface de réparation adverse où Clinton Njie le dévie de la tête dans les pieds de Fekir au point de penalty. Nabil le contrôle du plat du pied, le pose à terre et dos à la cage, le réexpédie d’une habile pichenette vers son partenaire d’attaque, qui n’a plus qu’à fusiller le gardien parisien. Magnifique !

Téléchargez le fond d'écran de Clinton Njie


Un chiffre

5, comme le nombre de défenses différentes durant ce mois de février. La défense olympienne y a en effet connu de nombreux bouleversements, tels que la grave blessure de Milan Bisevac, le forfait de Christophe Jallet, le retour de la CAN de Henri Bedimo ou encore les titularisations de Lindsay Rose et de Mouhamadou Dabo. Samuel Umtiti est le seul défenseur à avoir disputé les cinq échéances de février. L’arrière-garde lyonnaise a été la même seulement contre Paris et à Lorient.