masculins / Rétro

Un but, un arrêt, un match, un fait de jeu important …

Publié le 30 août 2011 à 16:32 par MG

Retour sur ce qui a marqué ce mois d’aout.

  UN BUT
Celui de Jérémy Pied contre Montpellier. Il permet à l’OL de mener deux buts à zéro face à la formation de René Girard.  Ce but incarne à lui seul la nouvelle philosophie de jeu des joueurs lyonnais en ce début de saison. Il faut tout d’abord être présent à la retombée du ballon ce que Lisandro a su faire sur cette action à la suite d’un coup franc de Kim Kallström repoussé par la défense héraultaise. Ensuite il y a une volonté de changer rapidement le jeu d’un côté à l’autre lorsque les espaces sont réduits. C’est ainsi qu’en deux passes, le ballon s’est retrouvé pratiquement du poteau de corner gauche à l’angle de la surface côté droit. Enfin il faut être capable d’enchainer rapidement à l’approche du but. Et c’est ce qui s’est passé lorsque Michel Bastos, le long de la ligne de touche, sert en première intention Miralem Pjanic après un contrôle de la poitrine. Le milieu de terrain bosnien centre à une touche de balle pour Jérémy Pied qui trompe d’une reprise de volée le gardien montpelliérain.  Ce but illustre donc à merveille la nouvelle philosophie de jeu lyonnaise. Il met également en avant le coaching de Rémi Garde puisque le passeur Miré Pjanic et le buteur Jérémy Pied étaient tout les deux entrés en jeu en seconde mi temps.

  UN MATCH
Rubin Kazan-Olympique Lyonnais. C’était clairement le match le plus important du mois d’août, celui qui devait permettre aux Lyonnais de rejoindre la phase de poules de la Ligue des Champions pour la 12e fois d’affilée. Ce fut celui où les Lyonnais ont le plus tremblé. Après avoir contenu les assauts Russes en première période, les Lyonnais reculèrent en deuxième mi temps et c’est presque logiquement qu’ils encaissèrent un but par l’intermédiaire de Natcho (77e). Il restait alors un gros quart d’heure à jouer et l’avantage acquis au match aller n’était plus qu’un lointain souvenir puisqu’un but seulement suffisait aux Russes pour envoyer l’OL en Europa Ligue. Mais ce but n’arriva pas grâce une nouvelle fois à Hugo Lloris qui écœura littéralement les joueurs du Rubin Kazan par ses parades. Et c’est même la toute nouvelle recrue, Bakary Koné fraichement débarqué de Guingamp, qui égalisa sur un coup de tête (88e) et donna du même coup le droit à l’OL de disputer la phase de poules de la Ligue des Champions.   


  UN ARRET
Hugo Lloris est à n’en pas douter l’un des meilleur joueurs Lyonnais du mois d’août. Si ses nombreuses  parades ont à chaque match permis à l’OL d’obtenir un résultat positif, celle qu’il réalisa lors du barrage aller à Gerland conditionna à coup sur l’avenir européen de l’OL. On jouait en effet la 84e minute de ce match lorsque Karadeniz se présenta seul devant le portier tricolore qui eut l’intelligence de ne pas se jeter tout en fermant bien son angle. L’attaquant Russe fut obligé de frapper dans l’angle fermé, une frappe qu’Hugo Lloris réussit à détourner. Le score était alors de 3 buts à 1 pour l’OL. Les hommes de Rémi Garde venaient juste de rater l’occasion du 4-1 et un deuxième but encaissé aurait sans doute assombri leur chance de qualification pour le match retour en Russie.

  UN FAIT DE JEU
Malgré la victoire de l’OL contre Montpellier qui est venu clore de fort belle manière ce mois d’août, tous les Lyonnais avaient le regard sombre. Et pour cause, leur capitaine, l’Argentin Lisandro Lopez est sorti sur civière à la suite d’un contact avec Vitorino Hilton. Et le verdict tomba, un mois minimum d’indisponibilité. L’OL devra donc se passer de son capitaine pour les deux premiers matches de Ligue des Champions ainsi que pour les chocs face à Marseille et Bordeaux. Un coup dur pour celui qui s’imposait naturellement comme le patron de l’équipe lyonnaise

Sur le même thème