masculins / OL - FCGB

Un but, un geste, un arrêt, une décision...

Publié le 03 février 2011 à 10:39 par CB

A l’heure du bilan du mois de Janvier pour les lyonnais, retour sur les faits de matchs qui ont marqué le mois écoulé…

  Un but
Boudé voire chahuté par les supporters lyonnais, Bafé Gomis a su inverser la tendance en s’affirmant au poste d’avant centre de l’Olympique Lyonnais au fil des rencontres cette saison. Si ce joueur a su enchaîner les performances lors des 13 dernières journées de championnat disputées par l’OL, son but face à Lorient, lors du match retour du 15 janvier dernier, s’impose comme la performance du mois écoulé. Bien servi par Anthony Reveillère, de la tête ? Bafé Gomis signe à la 41e minute de jeu, une frappe du pied gauche foudroyante pour le gardien Lorientais Audard. Une belle ouverture du score qui a sans aucun doute donné l’impulsion à ce match et permis au Lyonnais de séduire Gerland avec un score final de 3 à 0.



  Un geste
Une rencontre piège à Caen pour les 32e de final de la Coupe de France. Premier match de l’année 2011 et une rencontre enlevée où les Lyonnais n’arrivent pas à s’imposer au terme de la première mi-temps. Avec pour enjeu une qualification en 16e de finale, c’est un but inattendu de Pape Diakhaté à la 74e minute de jeu qui vient délivrer l’OL. Sur un corner, Michel Bastos effectue un centre devant le but Normand que Pape Diakhaté vient astucieusement talonner au fond du filet. Un geste surprise qui a confirmé les qualités du défenseur sénégalais.



  Un arrêt
Malgré l’élimination des Lyonnais de Coupe de France en 16e de final face à Nice, le portier lyonnais fut comme toujours, irréprochable. Face à la hargne niçoise, Hugo Lloris trop souvent sollicité, a, une fois de plus, été l’auteur de belles parades. Sa plus belle sortie du match...celle qui a contrée la frappe de Mounier. Vigilant au moment du coup franc, fort sur ses appuis, le gardien de but lyonnais, formé à Nice, a su anticiper en 2 temps le dribble du milieu offensif niçois et sauver son équipe.



  Une décision
L’enjeu d’une qualification en huitième de finale de la Coupe de France a poussé l’agressivité dans le jeu niçois, comme dans le jeu lyonnais. Averti d’un carton jaune à la 55e minute de jeu pour une faute commise à l’égard de Mouloungi, Dejan Lovren en reçoit un second à la 99e, suite à un geste d’anti jeu. Premier avertissement discutable ? Exaspération du défenseur au terme du temps réglementaire et d’un match stérile ? Toujours est-il que l’expulsion de Dejan Lovren a certainement fragilisé son équipe, handicapée d’un joueur durant les prolongations.



  Une déception
Le match retour contre Valenciennes où la fin d’une belle série...Invaincu en 13 matchs de championnat disputés, et au sortir d’une élimination de Coupe de France, les espoirs d’un Olympique Lyonnais investi dans le championnat étaient grands...Aussi grand que l’ampleur de la déception suite à la défaite 2-1 contre Valenciennes. Si l’on pensait que l’élimination à Nice servirait de leçon,  la perspective d’un OL leader du championnat a pris du plomb dans l’aile...Des joueurs qui passent au travers de leur rencontre, un jeu amorphe en première mi-temps, une rencontre qui pose de nombreuses interrogations et qui fait vaciller les certitudes que l’on croyait acquises...


Un adversaire
Le centre de formation niçois peut se féliciter de former des gardiens de but exemplaires...Hugo Lloris désormais Lyonnais et Lionel Letizi. Déterminant lors des prolongations à Nice, le portier azuréen fut déterminant en seconde mi-temps, capable de calmer l’offensive de Michel Bastos à la 55e minute, ou encore le tir à bout portant de Bafé Gomis à la 68e. Une performance remarquable pour le gardien de 37 ans qui a réussi a regagner sa place de titulaire après sa blessure de 2009 qui avait vu David Ospina débauché à son poste.
Autre homme décisif, mais du côté de Valenciennes : Nicolas Penneteau. Porté par le jeu de son équipe, le portier Valenciennois a livré contre l’OL une parade de réflexes. Blessé l’an passé, Nicolas Penneteau a retrouvé son meilleur niveau. Contre Lyon, il a été un « mur » et un élément essentiel du VAFC, capable de repousser toutes les offensives lyonnaises.




Sur le même thème