masculins / OM - OL J-1

Un choc olympien en forme d'interrogations?

Publié le 13 août 2005 à 14:29 par R.B

[IMG5674L]Le <b>Champion de France</b> ne tourne pas encore à plein régime... mais il a remporté ses 3 premiers matchs officiels de la saison dont 2 à l'extérieur. <b>Peguy Luyindula </b>en avait marre du club phocéen... l'attaque n'a pas trouvé le chemin des filets adverses… l'<b>OM</b> a perdu ses deux premiers matchs de championnat et semble mal engagé pour se qualifier en Uefa. Ce choc olympien se présente donc sous forme de grand point d'interrogation... dans un <b>Vélodrome </b>... lyonnais... ces dernières saisons...

[IMG35431#W]Le Champion de France ne tourne pas encore à plein régime ; le cas Essien n'est pas réglé ; le recrutement, peut-être pas terminé… mais l'OL a remporté ses 3 premiers matchs officiels de la saison dont 2 à l'extérieur. Peguy Luyindula en avait marre du club phocéen, il est parti en cure de régénération à Auxerre ; l'effectif ne semble pas définitif ; l'attaque n'a pas trouvé le chemin des filets adverses… et l'OM a perdu ses deux premiers matchs de championnat et semble mal engagé pour se qualifier en Uefa. Ce choc olympien se présente donc sous forme de grand point d'interrogation tout en préférant largement la situation des Lyonnais à celle des Marseillais.



En reprenant les propos des uns et des autres… personne n'est inquiet. «Nous ne sommes pas à 100% dans notre jeu et dans notre condition physique. C'est normal à cette période de la saison avec les objectifs que nous avons. Mais, nous gagnons… ce qui n'a pas toujours été le cas les saisons précédentes. Ce serait bien d'enfoncer le clou dimanche… ». Grégory Coupet a toujours sa lucidité de gros compétiteur et déjà l'idée de mettre à 9 points les partenaires de Dehu !



« Je ne suis pas inquiet sans être touché de cécité. Il ne faut pas exclure une défaite contre l'OL. Notre mois d'août a été démoniaque avec la répétition des matchs. Je reste cependant persuadé que notre équipe a une valeur proche de celle affichée contre la Lazio de Rome. Ce soi là, comme par hasard, nous étions au complet… ». Le président Pape Diouf a mis en avant, en quelques phrases, des raisons honnêtes pouvant expliquer le départ poussif de son club. La fatigue, les absences (Ribéry, Oruma, Dehu, Niang… sans oublier Barthez) et aussi la reconstruction du collectif sont en effet des éléments perturbants pour une famille en mal « endémique » de stabilité. Le « on craint degun », très brancheur, affiché dans la pub d'un célèbre annonceur a perdu, pour l'instant, de sa puissance de feu…



La planète OL fait désormais de l'ombre à celle de l'OM qui en a marre de tourner exclusivement autour de son passé pour parler de trophées. Cela commence à faire sérieusement radio nostalgie pour ses bouillants supporters plus portés à l'évidence vers des musiques actuelles. D'autant que ces Gones, depuis la saison 98-99, se retrouvent comme un poisson dans l'eau chaque fois qu'ils foulent la pelouse de leur cratère du Boulevard Michelet. Alors stop ou encore ? Pour en rester au match de cette 3ème journée, tout semble évidemment possible. Le foot n'est pas une science exacte. Jean Fernandez, le nouvel entraîneur marseillais parle avant tout de son secteur défensif. Il entend stopper la perméabilité de son équipe, et choisira peut-être, une nouvelle fois, un système à 5 éléments devant Carrasso, son gardien intérimaire en attendant le retour de qui vous savez. Il demandera ensuite à Lamouchi, Oruma, Ribéry… de récupérer, créer pour mettre en position de feu les puissants Mendoza et Niang.



Ribéry se souviendra certainement qu'il avait martyrisé la saison dernière, avec le maillot messin sur le dos, le flanc droit lyonnais. Un véritable diablotin. Quant à Niang, il débutera en championnat sous ses nouvelles couleurs. Le Sénégalais n'est pas du genre à se poser de questions. Rapide, puissant… pas question d'entrebâiller les portes de sa demeure… il emporterait tout sur son passage ! Son tandem strasbourgeois avec Pagis étant de l'avis de tous le plus fort de la L1 2004-2005.



La planète OL ne tourne pas tout à fait rond en cette période de rodage inéluctable. Cet été la préparation a été différente avec la Peace Cup. Essien ne joue pas et ne jouera peut-être plus chez le quadruple champion de France. Abidal est blessé. Juninho, dont l'avenir reste flou, revient juste sur le pré. Carew est arrivé avec ses qualités spécifiques… Enfin, Gérard Houllier a remplacé Paul Le Guen sur le banc. Le système de jeu, lors des 3 premiers matchs, a changé par rapport à celui de la saison dernière : milieu à 2 au lieu du trio infernal Essien-Diarra-Juninho. La méthode générale sur le terrain, aussi. Il faut donc s'adapter notamment à la volonté de patience souhaitée par l'ancien manager de Liverpool qui entend faire progresser son groupe en s'appuyant notamment sur la règle des 4C. « Nous aurons l'occasion d'en reparler mais je veux plus de concentration, de communication, de réflexion (cerveau), de contrôle… ».



Reste, en attendant le décollage définitif vers les astres lumineux, cette capacité de ne jamais renoncer et cette soif inextinguible de succès. Coupet, le numéro un…. Carew et son numéro neuf sont là pour en témoigner. Les mecs vous pouvez compter sur eux. « On ne passe pas… » semble dire Greg avec son sourire carnassier et son arrêt décisif dominical. «Filez moi, deux ballons dans le match… j'en claquerais un… » ajoute le grand norvégien réaliste et bosseur. Le funambule Govou peut se joindre à eux du haut de ses arabesques imprévisibles. Les Gones ont effectivement des ressources pour s'en sortir au Mans… ou ailleurs avec un milieu à 2 ou 3… Une des interrogations du jour si Juninho est titularisé. Faisons confiance à cet OL, rarement décevant au fil du temps de sa domination.



A Marseille, les hommes du président Jean-Michel Aulas vont attirer une fois encore la grande foule. 56 207 et 57 041 spectateurs lors de leurs deux dernières visites, soit le record du championnat de France. Il pourrait battre le record du Stade vélodrome qui date du 8 avril 98 pour la venue du PSG avec un chiffre de 57 603. Ils ont déjà battu le record de supporters avec 2 000 lyonnais qui prendront place, pour l'essentiel, dans l'angle nord de la Tribune Victor Ganay. Et même si l'ambiance est moins volcanique que par le passé -dommage cette tribune à ciel ouvert- il va faire chaud dimanche à Marseille. Ce duel des Olympiens reste un choc intéressant. Il pourrait répondre aux nombreuses interrogations... même s'il ne faut pas oublier que la saison ne fait que débuter!



R.B

Sur le même thème