masculins / OM - OL J-1

Un classique un peu spécial!

Publié le 21 octobre 2006 à 18:00 par R.B

Pour une multitude de raisons, cet OM – OL est certainement la plus alléchante des affiches du championnat de ces dernières saisons. Entre le dauphin et son leader, il devrait donc y avoir du « spectacle »…

Ce match là a débuté depuis bien longtemps. Inutile d’en faire le descriptif… tout le monde le connaît. Il pourrait durer, durer au-delà des rendez-vous sur le pré. En revanche peu de monde imaginait il y a quelques mois que cette rencontre de la 10ème journée opposerait les 2 premiers du classement. La faute à qui ? Plus aux Marseillais qu’aux Lyonnais. Et oui, l’OM surprend par son début de saison en championnat. Sans bouleversements notoires pendant l’été, pour une fois, les Phocéens s’accrochent aux crampons du quintuple champion de France. Défaits à Lens, ils se retrouvent certes à 5 points des coéquipiers de Juninho, mais ils savent qu’un succès dimanche soir relancer l’intérêt de la compétition hexagonale… et beaucoup les débats. Eliminé prématurément en coupe Uefa et pas spécialement riche en terme d’effectif, l’OM a les moyens, sauf pépins, de taquiner l’ogre français.

Les Lyonnais rentrent d’Ukraine où ils ont fourni une nouvelle démonstration de leur savoir faire 3 jours après avoir remporté aux forceps un derby. Une machine à gagner pour les médias. Sans Coupet, Müller, Cacapa, Carew, Berthod… quel club en France peut se permettre ce genre de « fantaisie » ? Aucun. L’OM est tributaire de Ribéry, Niang, Cana, Nasri… et croise les doigts pour que son infirmerie soit vide. 16 joueurs, en incluant Lamouchi parti depuis au Qatar, ont participé sérieusement aux 9 premières rencontres. Certes, Cissé va bientôt jouer, mais cela semble un peu court pour succéder au Roi.

Les Lyonnais se déplacent au Vélodrome invaincus avec 5 points d’avance; avec la meilleure attaque du championnat (22 buts). Au fait les visiteurs français n'ont inscrit qu'un seul but cette saison (Bordeaux) au Vélodrome... les copains de Fred en ont déjà planté 13 loin de Gerland et ont toujours marqué au moins une fois en 13 rencontres officielles. Les Lyonnais se déplacent avec de nombreuses certitudes dont celle de toujours devoir se remettre en cause pour continuer d'avancer. Ils seront attendus par la meilleure défense (5 buts encaissés dont 3 sur penalty). Des Lyonnais qui apprécient aussi particulièrement l’enceinte du Boulevard Michelet. Depuis la saison 98-99, ils y ont toujours pris des points (5 nuls et 3 victoires) ! Si jamais, ils venaient à s’imposer, ils signeraient ainsi un 8ème succès de rang en championnat. Un record. « Ce match va se jouer avec la tête et les nerfs ; intelligence et maturité. Nous serons très forts dans nos têtes et nos muscles. Nous ne comptons que sur nous ». Gérard Houllier a résumé ainsi sa vision des débats en reconnaissant une nouvelle fois les progrès de cet OM par rapport à celui de la saison passée. Mais pas question de lui faire dire qu’une victoire sur les Phocéens plierait la compétition. « Comment peut-on avancer cela. Surtout pas à l’OL. Il restera 28 journées après… ». Un rappel : les Lyonnais comptaient 4 points d’avance en 2005-2006 au soir de la 10ème journée, puis 7 après 11 matchs et 9 à la 13ème marche… Ils peuvent donc faire mieux dimanche soir (8 points) et ne sembleraient pas « sincèrement rattrapables » avec une telle avance.

Le Vélodrome sera plein, débordant de vie, En souhaitant qu’il n’y ait simplement que des débordements de talents et de joie sur la pelouse et dans les tribunes. Les envies de victoires seront présentes dans les 2 camps. Si l'OM n'a pas trop le choix quant à son 11 de départ, l'OL a plusieurs solutions, malgré les absences, notamment au milieu et devant. Que le meilleur gagne et si c’est l’OL tant pis de plonger ce championnat dans un hiver glacial avant l’heure ! Juninho et ses frères ne vont quand même pas faire exprès de perdre pour relancer l'intérêt du championnat... Au fait l'OM est invaincu (14 victoires et 8 nuls) chez lui en championnat depuis le 31 juillet 2005 (défaite 2 à 0 contre Bordeaux), soit 22 matchs...
Sur le même thème