masculins / OL - Auxerre J-1

Un coup de collier... face aux Icaunais

Publié le 25 novembre 2004 à 19:16 par R.B

[IMG3942L]Samedi, les Lyonnais en seront à leur <b>8ème match </b>depuis le 30 octobre. Ils vont en finir avec un cycle infernal. Ils ont perdu pendant cette succession de rencontres leur virginité 2004-2005. Une élimination en Coupe de la Ligue et une défaite, sans conséquence irrémédiable, à <b>Manchester</b>. En s'y filant contre la bande à « Fifi » <b>Violeau</b>, ils pourraient apprécier tranquillement leur dimanche...

Franchement, cette équipe d'Auxerre est surprenante. On pouvait imaginer l'après Mexes, Boumsong, Kapo, Cissé assez délicat à maîtriser sans préjuger des qualités de leurs remplaçants. Pour « compliquer » un peu les choses, Radet, Jaures, Tainio fréquentent ou ont fréquenté longuement l'infirmerie que vient de rejoindre Kaboul. Sans oublier le retour de Benjani après une saison blanche. Et bien, ces diables d'Icaunais sont 4ème du championnat après 15 journées à 8 points des Lyonnais, en possédant la meilleure attaque. Sagna, Kaboul sont les derniers minots en vue issus du Centre de Formation. Il y a évidemment la recette Guy Roux pour maintenir ce niveau d'excellence. Ce grand chef a non seulement au fil du temps renouveler les ingrédients de sa recette, mais il a su l'adapter au goût du jour en passant par exemple du marquage individuelle à la zone… tout en gardant son penchant pour le plus grand fair play. Très peu de jaune et de rouge chez les enfants de l'Abbé Deschamps !



Certes, de temps en temps, ces Auxerrois ont un coup de mou ; étrangement sur des pelouses à priori pas trop compliquées : St-Etienne, Strasbourg soit 2 défaites 3 à 1. Certes, ils n'ont marqué que 5 points lors des 6 dernières journées, sans jamais perdre 2 fois de suite. Restant sur une défaite en Alsace ; en tenant compte de leur faible rendement depuis la 10ème journée, on imagine cependant la motivation de l'AJA lors de ce déplacement à Gerland ! Engagés en Coupe Uefa, les coéquipiers de Lachuer étaient au repos en ce milieu de semaine. Ce samedi, Guy Roux devra se passer de Kaboul et peut-être du remarquable Kalou. "A Strasbourg, nous avons été trop passifs et ma défense avait des joueurs en mauvais état... cela ne signifie pas que nous ne serons pas à la hauteur contre l'OL...". Le doyen des entraîneurs français en activité n'a pas envie de se plaindre (article de ce vendredi dans France Football).



Samedi, les Lyonnais, eux, en seront à leur 8ème match depuis le 30 octobre. Ils vont en finir avec un cycle infernal. Ils ont perdu pendant cette succession de rencontres leur virginité 2004-2005. Une élimination en Coupe de la Ligue et une défaite, sans conséquence irrémédiable, à Manchester. En s'y "filant" contre la bande à « Fifi » Violeau, ils pourraient apprécier tranquillement leur dimanche, garder cette invincibilité et qui sait s'échapper un peu plus.



Ces Gones ont beau être costauds, la question se pose : fatigue ou pas ? Avec leur jeu généreux pour faire la différence, la présence de lourdeur dans les jambes, voire de lassitude dans les têtes, serait presque plus inquiétante que la valeur de l'opposition. Les internationaux Malouda et Wiltord, ménagés à Old Trafford, devraient apporter leur gnac à l'ensemble. Et si « Nino » inscrivait son premier but en championnat sous le maillot lyonnais, son 70ème en Ligue 1 ? Ou encore un joli coup franc du maestro Juninho qui a déjà usé 2 fois, dans le même match, de son arme préféré pour envoyer Fabien Cool aux pâquerettes. Sincèrement, nous ne serons pas trop regardant sur la manière légale employée pour battre les Icaunais.



Enfin comment ne pas parler de Philippe Violeau avec la venue à Lyon de l'AJA. A 34 ans, ce milieu de terrain a entamé sa 12ème saison de rang au plus haut niveau français. Il a remporté tous les titres hexagonaux ; il a disputé à ce jour 309 rencontres de Ligue 1 dont 185 avec l'OL. Il est avec Cool et Bolf, le seul auxerrois à ne pas avoir manqué une seule minute des 15 premiers matches. Avec le succès attendu des Champions de France, revoir « Fifi» sera un autre bon moment de ce 27 novembre 2004. En continuant aussi de garder leur cage inviolée...



R.B

Sur le même thème