masculins / OL - FCSM

Un coup de mou… Mais on est encore là

Publié le 30 mars 2013 à 09:02 par R.B

Rémy Vercoutre est lucide sur les récents résultats de l’équipe et sur ses performances… Mais pas question pour autant de verser dans le pessimisme…

  Dimanche soir face au FCSM, l’OL retrouve le championnat après la trêve internationale et cette cuisante défaite à Bastia. « Pas très simple à vivre cette trêve. On est moins nombreux à l’entraînement. Ce n’est jamais évident surtout après une défaite comme celle que l’on a enregistrée à Bastia. Oui, pas terrible. Mais, on a bien bossé ». Les internationaux lyonnais ont joué ou non avec leurs sélections pendant que les autres ont travaillé à Tola Vologe pour préparer la fin de saison au rythme d’un match par semaine. « Personnellement, je préfère jouer tous les trois jours. Jouer, c’est l’essence de notre métier. Il faut se dire que dans deux mois, le championnat sera terminé. Il faut en prendre bien conscience pour atteindre notre objectif ».

Cet objectif de terminer sur le podium a semblé ces dernières semaines pas tout à fait en adéquation avec les résultats et l’expression collective. « Ce que l’on a fait n’est effectivement pas  conforme à ce que l’on avait réalisé avant la trêve hivernale et à nos objectifs. Et je comprends que cela puisse questionner nos supporters. On n’aime pas se retrouver dans une telle situation. Après, j’ai envie de dire qu’un coup de mou cela arrive à toutes les équipes dans une saison. Ce que l’on avait fait était tellement inattendu et fort que tout le monde s’attendait à nous voir repartir aussi bien en janvier… Malgré ce coup de mou, on est encore là… ».

Je suis à l’image du collectif. Cela m’embête… Sans chercher d’excuses, cela est arrivé aussi à d’autres gardiens au cours de la saison. Actuellement, on n’agit pas, on réagit. Mais, il faut garder le cap, faire le dos rond. Je suis confiant

 Les résultats lyonnais sont explicites pour parler de cette baisse de régime collective. Et personnellement ? « Je suis à la mesure de l’équipe… Les attaquants sont moins remuants, les défenseurs, moins tranchants et le gardien, moins décisif. Je suis à l’image du collectif. Cela m’embête… Sans chercher d’excuses, cela est arrivé aussi à d’autres gardiens au cours de la saison. Actuellement, on n’agit pas, on réagit. Mais, il faut garder le cap, faire le dos rond. Je suis confiant ». Le Nordiste a quand même sorti son habit de sauveur depuis janvier. « J’ai bien aimé Troyes et Valenciennes… ». Deux rencontres où il a été décisif à des moments importants de la rencontre. « Etre décisif… c’est la nourriture d’un gardien ».  

Rémy a changé de statut après le départ d’Hugo Lloris. Il a enchaîné les matchs en ayant disputé 35 des 40 rencontres officielles pour 3 180 minutes. « Ce n’est plus tout à fait le même métier que quand tu es remplaçant. Tu as plus  de choses à gérer mentalement, physiquement. Jouer, cela demande tellement de concentration, d’investissement… Je continue d’apprendre avec notamment l’enchaînement les matchs ». Un métier différent qui ne le pousse pas cependant à s’attarder sur ce qu’il a fait. « A la fin du match, je sais ce que j’ai fait. Pas besoin de vidéo… Je ne regarde pas mes matchs. Et Jo (Bats) me débriefe sur les choses importantes »

 La venue du FCSM ce dimanche le rend méfiant. « Un match compliqué. Je me souviens du match aller où cette équipe nous avait fait très mal pendant un quart d’heure. Elle est capable de tout et puis, elle  joue pour se sauver. On a vu à Bastia ce que cela pouvait donner…». Sochaux, Rémy n’a pas oublié. « J’étais tout en bleu. C’était là-bas à Bonal sous la pluie (3 mars 2004). Edmilson avait marqué sur coup franc avec une frappe détournée… Un très bon souvenir… ». Il remplaçait « Greg » Coupet et avait sorti une partition majuscule avec 4 arrêts décisifs.

Le FCSM, le premier match dans cette longue dernière ligne droite avant de boucler sa première saison lyonnaise comme titulaire. « Je n’ai pas envie pour l’instant d’analyser en détail ma saison, de savoir si elle est positive ou non, alors que la haute montagne arrive. A la fin du championnat, je prendrai le temps de la réflexion. Pas avant ».


Source : La Tribune OL spéciale "OL - FCSM"

Sur le même thème