masculins / CDL Finale

Un duel dans le match : Mandanda et Lloris

Publié le 14 avril 2012 à 23:42 par R.B

Le numéro français, côté lyonnais, et le numéro deux tricolore, dans les rangs marseillais, gardaient les cages de cette finale de Coupe de la Ligue…

Le capitaine de l’Equipe de France ne porte pas le brassard de l’OL. Mandanda, son remplaçant sous le maillot bleu, est comme d’habitude  le capitaine de son équipe. Le premier de rouge vêtu ; le second habillé de noir. Deux gardiens quasi spectateurs en première période du néant proposé par leurs coéquipiers. Deux gardiens attentifs sur les passes en retrait ou quelques balles à capter sans pression adverse. Notons une faute sur Lloris dans une sortie aérienne. Notons que Mandanda s’est troué sur une sortie dans les airs en voulant dégager un corner de de Källström. Pas de quoi se mettre en évidence… déjà en l’absence de tirs ou de situations dangereuses.



En seconde période, Lloris aura plus de travail que son homologue notamment à la 58ème en sortant dans les pieds d’André Ayew. Il suivra ensuite des yeux une tentative de Valbuena avant d’effectuer une sortie plus que hasardeuse hors de sa surface de réparation (62ème). Mais la véritable frayeur pour le gardien lyonnais va se situer à la 64ème en mettant avec un peu de chance une tête à bout portant d’Amalfitano sur le poteau. Ouf… Côté Mandanda, rien ou presque si ce n’est un dégagement au poing sur un corner de Grenier (73ème). Direction la prolongation pour les deux gardiens et pourquoi pas la séance de tirs au but… l’occasion de se mettre en évidence.



La première période de la prolongation allait inquiéter Mandanda sans qu’il fasse un arrêt. Deux frayeurs provoquées par Gomis avant celle de Briand (102ème)… Et puis, Brandao, le bulldozer brésilien, prenait le dessus sur Umtiti pour placer le ballon entre les jambes de Lloris qui n’avait rien eu à faire pendant ces 15 minutes. La joie de Mandanda…

Les dernières quinze minutes débutent par un exploit de Lloris sur une tête d’André Ayew… Et puis le temps défile sans que rien ne change. Au final, Lloris aura eu du travail en étant décisif sur deux ou trois coups. Quant à Mandanda, il aura vécu une soirée tranquille… Malheureusement.

Sur le même thème