masculins / OM 3 - OL 1

Un Lyon blessé

Publié le 06 avril 2008 à 23:09 par SR

Un doublé de Niang et un but de Cissé ont permis au Phocéen de l’emporter au stade Vélodrôme. L’OM prend cette saison 6 points à l’OL et pointe désormais à 3 unités de Nancy. Les Gones devancent toujours Bordeaux, 6 longueurs plus haut.

Face à une vague Azuréenne toujours en chasse pour la troisième place, l’entame de match des Lyonnais reste regrettable. Trop timorés, trop approximatifs dans une rencontre engagée (trop?), dure, avec bleus et blessures. Nuageuse même dans ce Vél, dans cette douce température où les coups pleuvaient.
Toulalan et Fred en payaient les pots cassés. Le Doc Amprino n’avait pas le temps de se refroidir et intervenait successivement à la 6ème et 22ème minute de jeu… accompagné de la civière. Kim Källström et Hatem Ben Arfa prenaient part à la rencontre. Quant à Alain Perrin, il voyait sa marge de manœuvre se réduire considérablement et se retrouvait- en l’absence de Karim Benzema, toujours en convalescence - sans buteur.
Naturellement, malgré les quelques avertissements (Cana et Cheyrou), les Azuréens en profitaient. Mahamadou Niang, devancé par Sébastien Squillaci (11’) et Samir Nasri, qui ne parvenait pas à redresser le cuir devant le but vide (14’), ne permettaient pas aux Minots de se mettre à l’abri... Alors que l’OL pensait avoir laissé passer l’orage, Cissé, bien servit par Samir Nasri, filait un grand coup de froid aux Gones d’un enchaînement armorti-frappe aussi rapide qu’efficace (26’ ; 1-0). Coup de tonnerre pour les Lyonnais lorsqu’une poignée de seconde plus tard, Niang ajustait Greg Coupet à bout portant sur un ballon de Cissé (28’ ; 2-0).

Côté Mandanda, seul Juninho parvenait s'approcher du but… sur coups franc (35’; 37’). Sidney Govou avait bien tenté d’y apporter son grain de sel mais il fut trop court pour reprendre de la tête le centre de Fabio Grosso (42’).
Avant de retrouver les vestiaires, une erreur de Lorik Cana apparaissait comme une éclaircie au dessus de la tête des Lyonnais. Sur un nouveau coup de patte de Juninho la tête du capitaine phocéen, pressé par Jean-Alain Boumsong, plaçait le cuir hors de porté de Steve Mandanda (45’ ; 2-1). Quant à celle de Bodmer sur corner, juste avant le coup de sifflet, elle, manquait de punch pour recoller au score (46’).

La seconde période reprenait sur les mêmes bases que la première. Kanga Akalé tombait sur Greg Coupet et Hatem Ben Arfa sur Steve Mandanda à l’issu d’un superbe une-deux avec Juninho (47’). Le festival de fautes signé Laurent Bonnart sur Jean-Alain Boumsong, puis sur Hatem Ben Arfa, finissait par lui couter un petit carton jaune (49’).
L’équipe olympienne, par ses exploits individuels ou collectifs, à tours de rôle, n’étaient pas parvenu à recoller au score. L’affaire se compliquait d’autant plus lorsque Mahamadou Niang, qui avait attendu 53 minutes pour confirmer son retour en forme, donnait de l’air aux siens sur un corner de Benoît Cheyrou. Sa reprise de la tête venait se nicher dans le petit filet de Coupet et rapprochait son équipe de Nancy (53’). Quant aux Gones, ils voyaient leurs points repoussé par les gants de Steve Mandanda. De la frappe de Kim Källström (58’) à l’infiltration de Sidney Govou dans la surface (88’) ; en passant par le tir de Bodmer et la reprise à bout portant de Keita (63’) : les « rouge et bleu » auront vu toutes leurs tentatives échouer sur le portier marseillais.

Les belles percées de Ben Arfa ou les coups de pattes de Juninho n’auront pu empêcher la première défaite des Gones au Vélodrôme depuis 1997.
Les Girondins, vainqueurs la veille à Rennes reviennent à 6 longueurs des Lyonnais. Le matelas est toujours honorable et pourrait être conforté dès le week-end prochain où les lyonnais retrouveront Gerland après 2 déplacements consécutifs.
Sur le même thème