masculins / Rétro

Un match… Un arrêt… Un but… Des barres… Un geste…

Publié le 03 mai 2011 à 08:03 par EC

L’OL est passé par tous les états en ce mois d’avril… De la remontée de Nice qui arrache le match nul, à la victoire dans les dernières secondes face à Montpellier, en passant par le geste de Licha pour Ederson…

  Un match
Il y a des matches qui font couler beaucoup d’encre, qui font beaucoup parler les observateurs… Le Nice-Lyon du 3 avril dernier, comptant pour la 29ème journée de Ligue 1, est de ceux-là. Et pour cause : le scenario fut digne des meilleurs films à suspense. Les Lyonnais semblent avoir le match en main en menant 2 à 0 après un coup-franc de Kim Källstrom et un but de Lisandro. Mais, à la 48ème minute, Pape Diakhaté commet une faute dans la surface qui aurait dû lui valoir un second avertissement, quelques instants après voir écopé du premier. Mais Hugo Lloris stoppe le penalty de Ljuboja. Pourtant, ce n’était que partie remise. A la 91ème minute, le défenseur lyonnais commet une nouvelle faute dans la surface de réparation et, cette fois-ci, reçoit un second avertissement et est expulsé. Mouloungui se charge du penalty, et le transforme. Entre-temps, Ederson avait fait son retour sur les terrains après huit mois d’absence sur le terrain du club qui l’a révélé en France.

Trois minutes plus tard, au bout du temps additionnel, l’OGC Nice obtient un corner. Après une remise, Civelli parvient à marquer. Un but entaché d’une main, que M. Bré ne voit pas.

2-2, score final. En guise de conclusion de cet épisode rocambolesque, on peut noter l’attitude d’Hugo Lloris dans les vestiaires lyonnais, frustré qu’il était de perdre de nouveaux points dans les dernières minutes, une semaine après avoir perdu deux points à Gerland face à Rennes en fin de match…

    Un arrêt
Une frustration exacerbée par le fait que le gardien de l’OL et de l’Equipe de France avait réussi à retarder l’échéance en stoppant un premier penalty. C’est la 48ème minute du match à Nice. L’OL mène 2-0, mais débute mal la seconde période. Pape Diakhaté fauche Daniel Ljuboja dans la surface. L’attaquant serbe de l’OGCN veut se faire justice lui-même. Il s’élance et frappe sur la droite d’Hugo Lloris. Mais le gardien lyonnais part du bon côté et parvient à capter la frappe de Ljuboja. Il permet ainsi à l’OL de conserver son avantage de deux buts.

  Un but
90ème minute du match contre Montpellier, à Gerland. L’OL vient, quelques minutes plus tôt, de se faire égaliser, une nouvelle fois dans les dernières minutes d’une rencontre. Alors que se profile un match nul 2-2, Lisandro est à la tombée, dans la surface, d’un long ballon. A la lutte avec un défenseur montpelliérain, il choisit de remettre ce ballon dans la surface. Yoann Gourcuff, remplaçant en début de match et entré en jeu  trois minutes auparavant, se précipite. Etrangement seul dans la surface, il parvient en bout de course à reprendre cette offrande de Licha et à marquer le troisième but lyonnais, dans les arrêts de jeu du match. Le n°29 délivre ainsi ses coéquipiers et les supporters en offrant trois points précieux à l’OL.

  Des barres
Contre Montpellier, Lyon a donc su inverser la tendance en emportant le match dans les derniers instants d’une rencontre. Mais, lors de ce match, il y eut également une autre différence par rapport à d’habitude. Alors que l’OL est l’équipe de Ligue 1 qui tire le plus souvent sur les poteaux, cette fois-ci, ce sont bien les joueurs de Claude Puel qui sont sauvés, et à deux reprises, par les montants. A chaque fois, c’est Geoffrey Dernis, milieu de terrain montpelliérain, qui touche du bois. Une reprise de volée sur la barre en première mi-temps, puis une frappe des trente mètres pour le même résultat, ont soulagé un Hugo Lloris battu sur ces deux éclairs de l’ancien stéphanois.

  Un geste
Gerland, le 10 avril dernier. L’OL mène 3 à 0 contre Lens. A la 92ème minute, Ederson entre dans la surface et provoque Bedimo, à tel point que ce dernier commet une faute sur le Brésilien. Lisandro s’approche du ballon pour tirer ce penalty. Mais, pour le retour d’Ederson à Gerland après huit mois d’absence, l’attaquant argentin décide d’offrir le penalty à son coéquipier. Malheureusement pour Ederson, Runje stoppe son penalty, ce qui n’empêche pas de saluer ce très beau geste de Licha.