masculins / TFC 1 - OL 0

Un monument à l'arrêt

Publié le 13 août 2007 à 16:10 par R.B

En l’espace d’une semaine, l’OL a perdu pour plusieurs mois 2 de ses pièces maîtresses. Cris vient de rejoindre en effet à l’infirmerie Grégory Coupet…

Cris Marques Gomes avait disputé 102 matchs de L1, et 39 autres matchs officiels avec l’OL. Soit 141 sur les 158 possibles depuis son arrivée en Rhône et Saône ! S’il lui est arrivé de quitter la pelouse 2 fois avant la fin sur blessures, contre Monaco à Gerland le 10 septembre 2005 et au PSV à la mi-temps le 21 février, cela n’avait jamais été grave. Ses autres absences ? Des suspensions, une reprise tardive après la Coupe du Monde, un peu de repos sur des matchs sans enjeu.

A Toulouse pour son 142ème rendez-vous, il est resté au sol. Nous étions loin alors de ce nez fracassé et saignant du Philips Stadion. Son genou venait de craquer en rencontrant malencontreusement la jambe d’Elmander sur une action de jeu qui n’aurait jamais du se produire. Décidemment les Suédois ont joué les premiers rôles dans cette rencontre TFC-OL…

Cette fois ci, il n’y aura pas possibilité de masque protecteur pour le Policier qui avait rejoué 4 jours plus tard contre Rennes après « l’incident batave ». Le roc a quitté le Stadium sur une civière en sachant au fond de lui que le diagnostic serait implacable. Avec tout le respect porté aux autres joueurs du groupe, voire à une recrue, nous pouvons nous demander comment le sextuple champion de France va s’en sortir avec l’absence de son capitaine qui a inscrit aussi 16 buts, dont 8 de la tête.

Cris a toujours été titulaire… 142 fois. Il a disputé 135 rencontres dans leur intégralité ! Il a joué côté droit et côté gauche dans l’axe central. Il a eu 8 partenaires différents : Müller (24 fois), Cacapa (58 fois), Squillaci (30 fois), Abidal (8 fois), Diatta (13 fois), Essien (12 fois), Monsoreau (2 fois) et Bodmer (1 fois). Ce mec est tout simplement un Monument comme «Greg » Coupet. Il faudra vivre sans lui pendant de très nombreux mois. « Nous étions heureux… et nous ne le savions pas… ». Cette phrase, le Brésilien l’avait prononcée le matin de l’accident de « Greg »… Nous pouvons malheureusement la reprendre... Courage Cris.