masculins / Lens 1 - OL 1

Un nul au goût de victoire

Publié le 11 février 2006 à 20:30 par SR

Stop ou encore ? Les Lensois n’ont pas encore retrouvé le rythme de croisière adopté durant leur première partie de saison. Une série de matchs sans…pour des « Sang et Or » qui n’ont pas encore brillé en 2006.

Leur mois de janvier présente le bilan pathétique de 2 nuls et 3 défaites… leur faisant perdre 5 places au classement. La CAN aurait-elle coûté cher aux coéquipiers de Hilton. Visiblement non puisque seuls Issam Jemaa (Tunisie) et Aruna Dindane (Côte d’Ivoire ; blessé) en étaient concernés. Cette saison, les dirigeants lensois ont dit stop ! Stop au pillage de leurs éléments clefs en tirant des leçons des années « paires » précédentes.
Encore ? Ce joli dauphin d’automne 2005 avait retrouvé quelques couleurs contre Strasbourg la semaine passée. Malmené et mené au score, les hommes de Francis Gillot s’étaient sortis d’une bien mauvaise posture via un sursaut d’orgueil amorcé par l’entrée en jeu du jeune Khiter. Cette victoire, bien que dans la douleur, venait comme un grand bol d’air avant de recevoir l’armada lyonnaise.

Entre Rhône et Saône, l’infirmerie était en pleine activité à Tola Vologe. Bien que la défense ait été remaniée, il n’est pas bon d’affronter Clerc sur la droite. De l’autre côté, Malouda a déjà démontré sa polyvalence et ses capacités de latéral gauche contre Bordeaux.

Il y avait de quoi se méfier. Et même si 6 places ou 18 points séparaient les 2 équipes au classement avant le coup d’envoi, sur le terrain, en 90 minutes, il fallait rester sur ses gardes face à des « Sang et Or » tumultueux.

Le policier Cris rentrait immédiatement dans la rencontre tandis que Carew, qui récupérait un cadeau de Coulibaly frappait instantanément à quelques centimètres de la cage d’Itandje.
Un quart d’heure plus tard, Alou Diarra prenait sa chance à 25 mètres du but mais ne trouvait pas le cadre (15’). Thomert, envoyé en profondeur, dévissait sa frappe et n’avait pas plus de réussite que son coéquipier (16’).
Les positions de hors-jeu lyonnaises les empêchaient d’inquiéter Itandje. De l’autre côté du terrain, dans la surface de Coupet, Jussié et Thomert parvenaient à trouver des ballons sans pour autant les exploiter jusqu’à ce qu’un corner lensois envoyait Greg surgir dans les pieds d’Hilton. Après une demi-heure de jeu, les Gones avaient laissé passer la tempête et pris le jeu à leur compte. Tiago, à quelques mètres de la surface envoyait un pétard... Nino récupérait un ballon de Diarra et enchaînait un contrôle-frappe… Juninho s’infiltrait dans la défense et frappait du gauche (38’)… en vain. Toutes ces occasions se sont soldées par un 6 mètre du portier local.
Diarra, efficace à la récupération, retrouvait son compatriote Malien Keita au milieu de terrain et quand Cris touchait le ballon derrière, que le foot devenait facile !

« Ce match va se jouer à des petites choses » affirmait Patrice Bergues à la mi-temps.

Des petites fautes par exemple. A la reprise, Nino en était victime mais le coup franc de Juninho était bien accueilli par les bras d’Itandje. Sur un contre lensois, Jussié devançait Cris de quelques petits centimètres et ouvrait bien son pied à l’entrée de la surface lyonnaise pour tromper Coupet (56’ : 1-0). Le 5ème but du Brésilien fêtait de la meilleure des manières le centenaire du club Nordiste.

Coulibaly prenait le premier jaune de la partie pour avoir fauché Carew. Fred suppléait le Norvégien, Benzema remplaçait Clerc… Tiago prenait la place du bon samaritain à droite de la défense. On comprenait tout de suite les intentions des Gones.
Un une deux combiné entre Wiltord et Fred mettait « Nino » en position de tir. L’international trouvait le petit filet extérieur.
Le temps filait vitesse grand V… Et les contres lensois à 100 à l’heure. Tiago échappait au rouge pour un tacle en retard sur Assou-Ekotto.

A 10 minutes de la fin du temps règlementaire, les Olympiens obtenaient leur premier corner de la partie, sans réussite. Cris écopait d’un jaune au passage. Sur un centre travaillé de Benzema, Wiltord cadrait une magnifique reprise de volée repoussée par les poings d’Itandje.
Le match s’emballait. C’était au tour de Jussié de revenir à la charge. Servit par Thomert, l’attaquant nordiste inquiétait de nouveau Coupet mais ne parvenait pas à cadrer.

Alors que l’on n’y croyait plus, alors que l’arbitre ne laissait que 2 minutes de temps additionnel. Il ne restait alors plus qu'une poignée de secondes de jeu dans cette opposition et Govou déviait un ballon à l’entrée de la surface lyonnaise pour Wiltord. Après une frappe dans le petit filet puis une violente reprise de volée envoyée dans les poings d’Itandje, Nino s’appliquait et croisait un magnifique ballon qu’il envoyait au fond des filets (91').

Un match nul qui finissait bien... A l’image des Auxerrois contre les Gones lors de la 24ème journée, on ressentait ce goût de victoire suite à un match nul. A l’inverse des joueurs et supporters locaux, qui flairaient certainement cette saveur de défaite. La rencontre s’était effectivement jouée à « de petites choses » puisque 50 secondes de moins auraient permis au club de Gervais Martel d’empocher 2 points de plus.
Sur le même thème