masculins / Olympiacos 1 - OL 4

Un Olympique Héroïque

Publié le 02 novembre 2005 à 00:35 par SR

Place aux affaires européennes, à la <b>Champions League</b>, à l'Olympiacos, à cette 4ème journée de la 1ère phase. Et pourquoi ne pas classer cette affaire dès ce soir et convertir les 2 matches restant en « gué-guerre » pour la première place.

Une sorte de caprice d'enfant gâté. Un luxe si vous préférez.
Ce soir, l'Olympiacos s'apprête à jeter ses dernières cartes dans la bataille alors que l'OL, prudent, tâchera de ne pas griller un joker.
Les « Rouge et Blanc » avaient donné du fil à retordre aux Gones au match aller. Thank you' Govou, bravo Juninho. Les Lyonnais s'en sont sortis sur le fil.

Depuis le début de la compétition, les coéquipiers de Rivaldo ont enchaîné les bonnes prestations sans les résultats et abordent leur quatrième journée sans le moindre point. Comme on dit, tant qu'il y a de la vie... Trond Sollied prend Arsenal et Newcastle comme exemple, comme inspiration, pour un avenir meilleur. En effet, si ces 2 clubs sont parvenus à se qualifier par le passé après un départ aussi catastrophique, alors pourquoi pas... Tels ont été ses mots avant la rencontre. Ses maux ? Ils viennent de Nikopolidis (virus), Kapsis (cheville) et Konstantinou (cuisse) ! L'équipe perd là trois joueurs majeurs et retrouve les 2 grands absents du match aller : Georgatos et Rivaldo.

L'OL ne connaît pas les mêmes inquiétudes. L'infirmerie a été désertée. Coach Houllier n'a que l'embarras du choix.
Le Suédois Peter Fröjdfeldt donne le coup d'envoi au stade Karaiskakis sur cette pelouse qui n'a pas connu crampon qui vive' depuis le 16 octobre dernier et la rencontre Olympiacos - PAOK.

Les Grecs démarrent la rencontre tambour battant et Babangida met le feu après seulement 3 minutes de jeu. Lancé en profondeur par Kafes, le Nigérian, sous la surveillance de Caçapa, parvient à s'en échapper et trompe Coupet sur son premier ballon (3' ; 1-0).
Il faudra un certain temps aux Lyonnais pour se remettre sur de bons rails. Le jeu est haché par des petites fautes par-ci par-là et l'arbitre calme le jeu en se servant de sa biscotte jaune. Il averti Coupet, sorti hors de sa surface freiner Djordevic (15'), Kostoulas en retard sur Carew (16'). Idem pour Tiago sur Rivaldo (17').
Malouda sur son mauvais pied, tombe sur Giannou, intérimaire en l'absence de Nikopolidis, grippé (23').
Lors de cette première mi-temps, Juninho aura obtenu 2 chances sur coup franc. Son premier a été repoussé par le mur (27'). Son second, à égale distance, a contourné le mur pour passer dans un trou de souris avant de finir sa course dans les filets de Giannou (41' ; 1-1). Après avoir battu Casillas et Nikopolidis, la gâchette Brésilienne fusille Giannou pour son troisième but en Champions League cette saison, toujours sur coup franc.
Le match a changé de visage et cela donne logiquement un deuxième but signé Carew qui trompe le gardien grec après avoir échappé à Kostoulas et Anatolakis (44'). Les Lyonnais viennent de prendre les devants et créent l'embarras dans le vestiaire de Trond Sollied.

Les choses ne s'arrangent pas à leur retour sur la pelouse.
Govou à deux reprises manque le coup de grâce. D'une, en s'infiltrant dans la défense avant de balancer un missile au dessus de la cage. De deux, après un bon travail de Carew le long de la ligne de corner, il manque le ballon devant le but vide, mais annonçe la couleur. Babangida fait encore quelques misères à Claudio Caçapa, se joue du capitaine mais ne trouve pas le cadre devant la sortie de Coupet (54')

Le KO, qui se fait de plus en plus sentir, est finalement venu par le pied gauche de Diarra. Carew dans l'intervalle échoue sur Giannou, le ballon revient dans les pieds du Malien, qui n'a plus qu'à le pousser dans le but vide (56' ; 1-3)
Le match tourne à la démonstration quant Juninho envoie le ballon sur la tête du grand Norvégien qui propulse le cuir dans le petit filet (57' ; 1-4).
Malouda peut souffler, Wiltord entre en jeu (66'). Le ballon tourne encore dans les pieds « Rouge et Blanc » mais Greg se voit peu inquiété. Stoltidis, entré en jeu un peu avant « Nino » prend sa chance de loin, faute de pouvoir passer la ligne défensive lyonnaise. Coupet se couche impeccablement. Les Olympiens gérent le rythme de la rencontre et donnent des coups d'accélérateur pour déstabiliser l'équipe grecque. Clément (75') puis Pedretti (78') entrent en jeu pour succéder à Tiago et Juninho. Les espaces s'ouvrent, Govou insiste sur son côté mais sa frappe (80') et sa tête (82') trouvent encore le gardien « Rouge et Blanc » sur leurs chemins.

4-1. Voila une bonne chose de faite pour les Lyonnais. On ne peut pas faire plus vite pour avoir la certitude mathématique d'être qualifié. Et c'est fait. Le seul enjeu désormais consiste à terminer premier du groupe. Ce qui permettrait aux Gones de recevoir au match retour des 1/8ème de finale.
Lyon file à toute vapeur et balaye tout sur son passage. Avec 38 buts inscrits en l'espace de 19 rencontres, soit une moyenne de 2 buts par rencontre... impressionnant.

La feuille de match
Ligue des Champions - Olympiacos - Lyon 1-4
mardi 1er novembre - 1re phase - Groupe F - 4e journée

Au Pirée, (stade Georgios Karaiskakis), Lyon (FRA) bat Olympiakos Le Pirée (GRE) 4 à 1 (2-1).

Temps: beau ; Terrain: bon ; Spectateurs: 33.500 ; Arbitre: M. Fröjdfeldt (SUE)

Buts: Olympiacos: Babangida (3)
Lyon: Juninho (41), Carew (44, 57), Diarra (55)

Avertissements:
Olympiacos : Kostoulas (17), Anatolakis (57)
Lyon: Coupet (15), Tiago (17)

Les équipes:
Olympiacos : Giannou - Pantos, Kostoulas (Bulut, 66), Anatolakis, Georgatos - Kafes, Touré, Rivaldo - Babangida, Okkas (D'Acol, 81), Djordjevic (Stoltidis, 66)
Lyon: Coupet - Réveillère, Cris, Caçapa, Abidal - Govou, Tiago (Clément, 75), Diarra, Juninho (Pedretti, 78), Malouda (Wiltord, 68) - Carew
Sur le même thème