masculins / Le coin des filles

Un parfum d’Europe au féminin...

Publié le 09 octobre 2008 à 09:33 par OT

L’équipe féminine de l’Olympique Lyonnais accueille le champion d’Autriche Neulengbach ce soir à 19h au stade de Gerland. Les Lyonnaises devront justifier leur statut de favori pour lancer une campagne européenne à enjeux multiples.

Les maillots jaune fluo seront de nouveau de sortie ce soir sur la pelouse de Gerland. Le stade ne sera pas plein, les vendeurs de Kebabs ne seront pas débordés, et l’on n’entendra pas résonner le célèbre hymne de la Champion’s League à l’entrée des joueurs. Car ce soir il n’y aura pas de joueurs, mais des joueuses de football sur le terrain. Les exploits de Juninho et Karim Benzema cèderont ainsi leur place à ceux de Sonia Bompastor et Louisa Necib. Le football féminin était encore une véritable curiosité à Lyon la saison dernière, au moment de voir des Lyonnaises défendre les couleurs de l’OL en Coupe d’Europe pour la première fois de son histoire. Une épopée plus loin, qui vit les joueuses de Farid Benstiti atteindre une inespérée demi-finale après avoir sorti le tenant du titre Arsenal en quarts, et voilà qu’on s’intéresse un peu plus à ce football exotique. Certes la partie de ce soir ne fait pas les gros titres de la presse ce matin, mais on se surprend à découvrir de nouveaux aficionados. Ainsi a-t-on appris hier en conférence de presse que Claude Puel viendrait assister au troisième match du groupe entre l’OL et Arsenal, en tant qu’admirateur d’un « football moins physique mais étonnamment technique », selon lui. Dans une rencontre avec Louisa Necib organisée par « Foot Mag », magazine de la FFF, Karim Benzema a lui aussi révélé son intérêt pour le football pratiqué par des filles, invitant les novices à suivre son exemple.

Pour poursuivre sa médiatisation et son développement, et peut-être un jour permettre à ses joueuses d’obtenir le statut professionnel, le football féminin doit encore séduire. Après l’équipe de France qui a brillamment obtenu sa qualification pour l’Euro 2009, Lyon fait aujourd’hui figure d’ambassadeur, et ses débuts dans la compétition suscitent de l’attente et de l’espérance. Le premier test se nomme Neulengbach, expérimenté champion d’Autriche qui ne possède certes pas le standing de Lyon ou d’Arsenal, mais apparaît comme le véritable outsider du groupe. L’entraîneur Olga Hutter ne s’y trompe d’ailleurs pas : « Pour la première fois, nous n’avons pas de blessées, c’est un énorme avantage comparé à la saison dernière. Lyon et Arsenal sont favoris pour passer, mais tout est faisable si on est dans un bon jour. » Chez les doubles championnes de France, le début de saison a été parfaitement réussi mais le premier match nul 0-0 concédé face à Juvisy le week-end dernier a laissé des traces. La gardienne internationale Norvégienne Bente Nordby s’est blessée au mollet droit et sera absente au moins un mois. Sa remplaçante Véronique Pons découvrira ainsi une compétition qu’elle avait justement manquée la saison dernière pour cause de blessure. Pons possède l’entière confiance du staff et de ses coéquipières, mais la défense lyonnaise devra redoubler de vigilance pour combler le manque d’automatisme. A part ça, on a très hâte de suivre les premiers pas de la nouvelle attaquante Suédoise Lotta Schelin, véritable star dans son pays, et déjà aussi indispensable dans l’animation offensive lyonnaise qu’une qualification pour les quarts de finale.

C’est dans un mélange d’engouement et d’intimité que l’OL Féminin s’apprête à vivre sa deuxième aventure européenne. La démarginalisation du football féminin français est en route et pourrait s’accélérer en cas d’exploit lyonnais. Mais avant d’être illuminées par une victoire finale espérée, les filles doivent commencer par allumer la première flamme ce soir au stade de Gerland.