masculins / OL 0 - Monaco 0

Un partage pour conclure

Publié le 23 décembre 2006 à 19:23 par BV

Comme lors des 5 dernières saisons, l’Olympique Lyonnais n’est pas parvenu à remporter son dernier match avant la trêve. Devant une équipe monégasque timide et bien regroupée, les hommes de Gérard Houllier ont concédé leur second match nul de la saison à domicile en championnat.

On ne change pas une équipe qui gagne. Après la victoire 1 but à 0 contre Nancy, Gérard Houllier alignait un trident offensif identique à celui titularisé lors du succès en quarts de finale de la Coupe de la Ligue. Hatem Ben Arfa prenant place à gauche, accompagné de Sidney Govou et Florent Malouda, une nouvelle fois en position d’avant centre.

Largement dominés l’an passé par les Lillois de Claude Puel, les hommes de Gérard Houllier entamèrent la rencontre timidement, laissant leurs visiteurs se procurer les premières occasions. Bolivar (11e) puis Monsoreau (13e), ne purent cadrer leur coup de tête. La sortie de Jan Köhler dès la 10e minute priva le onze de Laurent Banide de son indispensable point d’appui. Dès lors, les Monégasques reculèrent, ne se créant plus aucune occasion de but jusqu’à la 56e minute lorsque la passe en retrait de Toto Squillaci fut toute proche de tromper Grégory Coupet. La faute à un rebond capricieux, le portier de l’équipe de France dut pousser un ouf de soulagement devant ce versatile ballon s’en allant mourir à droite de son poteau (56e).

Entretemps, les Lyonnais se montrèrent volontaires mais bien trop imprécis pour tromper Flavio Roma. Cris en contre d’une frappe à 25 mètres (14e), Florent Malouda, à deux reprises de la tête sur des centres de Ben Arfa (16e et 47e) et Tiago d’une tête non cadrée (27e) puis d’une frappe trop écrasée (40e) mirent à contribution le portier italien. Face à une formation monégasque peu entreprenante, les Lyonnais peinaient à franchir le double rideau défensif adverse, s’en remettant le plus souvent à leur maître à jouer Juninho. La reprise acrobatique du Brésilien s’enfuit à droite du poteau (26e). Son coup franc lointain fut claqué en corner par le dernier rempart azuréen (33e). Sa frappe à 20 mètres n’attrapa pas le cadre (35e).

L’entame de seconde période n’infléchit guère la tendance entrevue en première mi-temps. Toulalan ne put cadrer (52e). Navigant sur le front de l’attaque, pour son 200e match en Ligue 1, Sidney Govou faisait feu de tout bois. Après une frappe dévissée (49e), un face à face manqué devant Roma (58e) et une astucieuse remise pour Hatem Ben Arfa dont la tentative s’envola dans le ciel de Gerland (57e), le natif du Puy en Velay crut bien délivrer les siens d’un coup de tête victorieux mais une position de hors jeu le priva de son second but de la semaine (61e).

Les Monégasques ne s’aventuraient dès lors plus au-delà de la ligne médiane, semblant amplement se satisfaire du partage des points sur la pelouse du leader de la Ligue 1. Devant un mur rouge compact, Juninho sur coup franc indirect (71e) puis Malouda (79e et 88e) frappèrent de loin sans réussite. Au bout du temps additionnel, la frappe de Kim Källström trouva les gants de Roma (90e).

Malgré leur traditionnelle pression de fin de rencontre, les Olympiens ne parvinrent pas à faire la différence. Ce match nul n’entache pourtant en rien le formidable bilan des quintuples champions de France. Reconnaissant des émotions nées d’un début de saison 2006/2007 exceptionnel, Gerland pouvait bien chanter « Merci l’OL ». Vivement 2007.
Sur le même thème