masculins / OL 1 - Toulouse 1

Un petit pas en avant...

Publié le 25 mars 2006 à 20:09 par SR

Avec un matelas de points confortable devant les Girondins de Bordeaux, valeureux dauphins, les Lyonnais comptent désormais les points qui les mèneront au cinquième titre. Quant aux Toulousains, ils tachent d’assurer leur maintien pour en finir avec cette saison amère.

40 ans… cela fait quarante ans que le Téfécé n’est pas sorti vainqueur du stade de Gerland. Pas brillant à domicile (2 nuls face à Nancy et Lens), encore moins à l’extérieur (2 fois 2-0 à Auxerre et à Bordeaux), les hommes d’Eric Mombaerts n’ont pas goûté au succès depuis la venue de Nantes, le 4 février dernier pour le compte de la 25ème journée sur une inspiration d’Arribage.
A Lyon pour ramener un point puisqu’il est difficile de songer au fait de repartir les poches pleines, Cardy (cheville droite), Congré (fracture pied gauche), Sirieix (péroné) et Revault (genou) devaient déclarer forfait.

Lyon faisait preuve de fraîcheur. Wiltord, Carew, Clerc, Abidal et Diarra, absents contre Bastia en Coupe de France, revenaient frais comme des gardons. A l’heure actuelle, Berthod est le seul pensionnaire de l’infirmerie. Monsoreau et Réveillère restaient avec la CFA.

Au coup d’envoi donné par le sifflet de Mr Garibian, Lyon se chargeait de la construction avec un chef de chantier Brésilien nommé Juninho.
Un premier coup franc de l’artificier lyonnais côté gauche mettait Gerland en appétit (8’). Il revenait à la charge sur un centre de Wiltord mais sa tête en pleine course passait au dessus de la cage toulousaine (9’). Sa troisième tentative était contrée par le pied d’Emana sorti du mur (11’) et la 4ème revenait dans les bras de Douchez…
Carew y mettait son grain de sel et trouvait un espace dans la surface en s’appuyant sur Arribage. Sa frappe ne trouvait pas le cadre tout comme celle de François Clerc, servi par Nino, balançant un pétard à quelques centimètres du poteau de Douchez (20’).
Les violets avaient du mal à se sortir du rouleau compresseur et Coupet n’était que peu inquiété, à l’image de cette tentative de Moreira, trop timoré (25’).
Malouda prenait du jaune pour avoir crocheté Battles, en réponse au coup reçu juste auparavant…
Les Gones trouvaient des espaces, mais pas le but. Tiago profitait d’un jeu de passes terriblement efficace entre Wiltord et Juninho pour frapper… dans les bras de Douchez. Les occasions ne manquaient pas.

Et une occasion supplémentaire manquée d’un côté… en l’occurrence un coup franc de Juninho repoussé par le mur, donnait une belle opportunité de but à l’adversaire. Bergougnoux profitait de l’absence de défenseur pour contrer et offrir un joli ballon en profondeur à Moreira, qui bonifiait cette première situation avantageuse au profit des Toulousains (44’ ; 0-1).

Après cet incident en fin de première période, c’est dans la seconde que les Gones remettaient les pendules à l’heure, sur un centre en retrait de François Clerc pour Sylvain Wiltord. L’international Français connaissait trop bien cette position pour ne pas l’exploiter. Ce centre en retrait, il en avait déjà profité avec son compère Réveillère contre le Real Madrid et contre Ajaccio au match aller… il le reprend de la même manière, d’une frappe croisée, instantanée, mais Douchez, dans un grand soir, repoussait le tir de l’attaquant lyonnais devant son but. Carew en profitait en s’y prenant à deux reprises, pour inscrire le but de l’égalisation (49’).
Juninho et Djila combinaient comme à l’entraînement jusqu'à ce que le Malien se retrouve devant Douchez, qui réalisait un nouvel exploit pour stopper le tir croisé du milieu de terrain lyonnais (52’).
Bergougnoux prenait du jaune pour avoir enquiquiné Juninho. Et pendant que l’arbitre distribuait, Fred et Govou remplaçaient Carew et Wiltord (64’)
Tout juste entré en jeu, Govou, dos à la défense, se retournait et envoyait un pétard repoussé par les gants de Douchez.
Juninho, sur un énième coup franc, manquait le coche sur une nouvelle parade du remplaçant de luxe de Revault, blessé au genou. Mr Mombaerts devait une fière chandelle à son gardien, brillant tout au long de la rencontre et impérial devant le festival de Sidney Govou qui se débarrassait de deux défenseurs (81’), et la frappe de Malouda plein axe (84’).
La patate de Fred suite au travail de dribble de « Flo » (88’) Sur les 31 tirs lyonnais, il n’est allé qu’une seule fois chercher le ballon au fond de ses filets. La 32ème frappe, un dernier coup franc de Juninho, ne retombait pas assez vite et passait juste au dessus de sa transversale.

Le score restait indemne. Toulouse repartait avec le point qu’il espérait. Les Lyonnais, eux, ne l’emportaient pas, pour la première fois avant un match de Champions League. Ce n’est pas faute d’avoir essayé dans ce match dominé de la tête et des épaules. De bonne augure avant le choc de ce mercredi, face au Milan AC.

Retrouvez le résumé vidéo de la rencontre sur OLWEBPremium.
Sur le même thème