masculins / Valenciennes - OL J-1

Un peu plus près des Etoiles...

Publié le 29 mars 2008 à 19:57 par R.B

S’envoler un peu plus vers sa 7ème étoile… tel sera le but de l’OL au stade Nungesser face à des Nordistes en bonne santé comme le prouve leur net succès contre Bordeaux…

Pied au plancher depuis 5 rencontres, l’OL file vers un nouveau sacre que Bordeaux aura bien du mal désormais à lui contester. Certes, les Lyonnais ne jouent pas pour autant les fanfarons avant d’avoir endossé définitivement le beau paletot de champion. « Occupons nous de notre parcours et non de l’écart qui nous sépare de notre dauphin. Tout peut aller très vite… Nous jouons 2 matchs de rang à l’extérieur, nous y verrons plus clair après… ».

Alain Perrin raisonne en sage malgré les 9 points d’avance et l’avalanche de buts dans les filets adverses ; 14 en 5 rencontres. Il devra pour la première fois de la saison, en championnat, se passer de Super Karim, touché au genou face au PSG. Avec les retours en forme de Fred, Keita, Juninho, Govou…, la montée en puissance de Coupet, Cris, Bodmer, la Benzema dépendance semble moins vive.

S’il manque à priori entre 9 et 12 points aux Olympiens pour faire leur fête traditionnelle de fin de saison, les Nordistes ont 5 points de mieux qu’en 2006-2007 à la même époque. Ils peuvent savourer normalement la dernière ligne droite en étant déjà quasiment assurés du maintien. C’est à domicile, avec 33 de leurs 41 points, qu’ils ont fait l’essentiel de leur butin. Bordeaux et Marseille sont d’ailleurs repartis à vide du stade Nungesser ; un stade où "Savigoal" a inscrit l’intégralité de ses buts (10) ; un stade où cette équipe a encaissé seulement 8 buts. Un stade où le VAFC brille au point d’avoir réalisé le 3ème parcours de L1 de la saison à domicile.

En quelques retouches bien senties depuis son époque du National, où évoluaient déjà Savidan, Chelle, Mater, Saez, Traoré, la formation d’Antoine Kombouaré progresse. Une formation qui a toujours débuté avec 2 attaquants inscrivant près de la moitié de ses buts à la réception de centres dans le jeu (16) et qui possède une remarquable efficacité dans le domaine aérien offensif (10 buts).

Charles Nungesser fut un as de la Première Guerre mondiale. L’enfant de Valenciennes disparaitra quelques années plus tard à bord de son Oiseau Blanc en tentant la traversée de l’Atlantique Nord. Cet aviateur zélé a donné son nom à l’enceinte valenciennoise. L'équipe qui "survolera" sans encombre ces 90 minutes dominicales dans ce stade qui vit ces derniers mois, fera une belle opération. Une victoire lyonnaise, la sixième de rang (le record de la saison) propulserait un peu plus l’OL vers sa 7ème couronne en maintenant Bordeaux, vainqueur de Nancy, à 9 points.
Sur le même thème