masculins / Troph�des Champions

Un quatrième trophée... pour le Champion?

Publié le 26 juillet 2005 à 11:47 par R.B

[IMG2589L]Pas le temps de souffler. D'un continent à l'autre ; d'une mégalopole à une petite ville de province, les Lyonnais retrouvent l'hexagone et le <b>Trophée des Champions</b> pour la quatrième fois de rang. C'est donc dans l'Yonne, à Auxerre, que les Champions de France 2005 vont affronter les vainqueurs de la Coupe de France, Auxerre. <b>Le 25 juillet 2003</b>, cette opposition avait déjà eu lieu à Gerland ; succès des Gones 2 à 1 (buts de Diarra et d'Essien pour l'OL et un de Kapo pour les Icaunais). Le Trophée des Champions lancent la saison française...

Pas le temps de souffler. D'un continent à l'autre ; d'une mégalopole à une petite ville de province, les Lyonnais retrouvent l'hexagone et le Trophée des Champions pour la quatrième fois de rang. C'est donc dans l'Yonne, à Auxerre, que les Champions de France 2005 vont affronter les vainqueurs de la Coupe de France, Auxerre. Le 25 juillet 2003, cette opposition avait déjà eu lieu à Gerland ; succès des Gones 2 à 1 (buts de Diarra et d'Essien pour l'OL et un de Kapo pour les Icaunais). Le Trophée des Champions lancent la saison française depuis 1995 ; les Lyonnais étant les Champions des Champions avec 3 Trophées de rang (2002, 2003 et 2004)… Monaco et Nantes suivent avec 2 titres. Coupet a remporté les 3 trophées. Il est le seul olympien dans ce cas.



Ce match lance donc la saison et il est toujours agréable, rassurant de commencer par une victoire, un Trophée. 5 à 1 contre Lorient, 2 à 1 contre Auxerre et aux tirs au but face au PSG… l'OL a fait chaque fois ce qu'il fallait pour débuter un nouvel exercice avec le sourire, tout en garnissant sa vitrine des récompenses. 11 trophées à ce jour.



A ce niveau de la saison, la forme du moment joue un rôle primordial. Stages, matchs amicaux pour les 2 formations, sans oublier la Peace Cup pour l'OL et la fatigue inhérente à ce genre de déplacement. Après, il y a les changements opérés à l'intersaison, les blessures, les absences. A Auxerre, Benjani, Tainio, Kallou, Lachuer, Kaboul, Grichting seront absents. Chez les Olympiens, il manquera Juninho et Abidal. Quant aux nouveaux, ils auront, selon les choix des entraîneurs, l'occasion de se montrer. Kaalabane et Kahlenberg chez les locaux… Monsoreau, Pedretti et Carew pour les Gones. Et puis, n'oublions pas le banc des entraîneurs. A Auxerre, Guy Roux a laissé sa place à Jacques Santini. 890 matchs de 1980 à 2005… un record pour l'homme au bonnet! A Lyon, Paul Le Guen est parti… Gérard Houllier est arrivé. Il y aura donc un match entre un des anciens entraîneurs des Gones et le nouveau, sans oublier qu'ils furent tous deux sélectionneurs nationaux.



Après Cannes, 2 fois et Gerland, les coéquipiers de Coupet vont jouer sur la pelouse du stade de l'Abbé Deschamps. Un stade qui les inspire ! N'ont-ils pas ramené 5 victoires lors de leurs cinq dernières visites en championnat. La dernière défaite (2 à 0) remonte à la saison 99-2000. Il y aura aussi les retrouvailles avec « Fifi » Violeau, 330 matchs de Ligue 1 dont 185 à l'OL et le reste à Auxerre ; 12 (10 avec l'OL). Le natif de Challans aura 35 ans le 19 août prochain ; il possède l'un des plus beaux palmarès du football français avec 2 Coupes de France, 1 Coupe de la Ligue, 1 Trophée des Champions et 3 titres de champion dont un doublé en 96. Ce 27 juillet, soit un mois après la reprise, ce sera aussi le jour des 26 ans de « Sid » Govou. Il y aura aussi un petit événement chez les Olympiens puisque nous reverrons un maillot numéro 9 dans leurs rangs avec la présence de John Carew. Depuis le départ de Giovane Elber, ce numéro mythique manqué. Carew ? Le 4ème étranger de rang à enfiler cette tunique après Marco Grassi, Sonny Anderson et Giovane Elber.



Autre événement ? La remise avant le match du Trophée du Fair Play à l'équipe du président Jean-Michel Aulas sur la pelouse de son dauphin. Ces 2 équipes se « disputent » depuis plusieurs saisons ce Challenge du bon goût. Reste le match. Toutes les suppositions sont permises. L'OL de Gérard Houllier est encore en rodage comme l'ont montré les 6 rencontres disputées à ce jour. Il y a du bon et du moins bon ; des temps forts et des périodes mollassonnes, un besoin d'adaptation… Les joueurs, physiquement, n'en sont pas tous au même point. Il y a le cas Essien dont la tristesse fait peine à voir et rejaillit forcément sur son jeu.



Mais pas sûr que le président Jean-Michel Aulas est envie de chercher d'entrée des excuses à sa formation. Irrité par les 30 premières minutes des siens à Séoul contre Tottenham en finale de la Peace Cup, il a déjà prévenu son groupe : « il faut retrouver les valeurs qui sont les nôtres et qui nous ont permis ces dernières saisons de remporter nos titres… pas question d'avoir un orgueil mal placé… ». Pour lui, il y a état d'urgence en concluant par cette affirmation qui ne suscitait pas de remise en cause : « je n'aime pas la défaite ». Avouons aussi, qu'en ayant remporté les 3 derniers trophées des champions sous l'ère de Paul Le Guen, il serait dommage, pour Gérard Houllier de débuter officiellement sa carrière lyonnaise en perdant ce Trophée que les Gones avaient gagner avec les tripes de la jeunesse la saison dernière dans un séance de tirs au but parfaitement maîtrisée



R.B.