masculins / Real - OL J-1

Un rendez-vous historique

Publié le 22 novembre 2005 à 16:42 par R.B

A quelques heures d'affronter le Real Madrid, nous avons plus le sentiment que l'OL a rendez vous avec un club légendaire, un palmarès hors norme qu'avec une très grande formation européenne du moment. Pourquoi ?

En raison du nombre de blessés, de joueurs à peine remis de leurs pépins physiques ou encore diminués par certaines douleurs. Du coup Raul, Gravesen, Woodgate seront absents ; Ronaldo, pourrait l'être ; Beckham, Guti, Baptista ne sont pas au mieux. Quant à Zidane, il revient tout juste après avoir soigné son adducteur. Reste le jeu d'une façon générale. Tourné vers l'offensive, celui des Merengue suscite toujours des interrogations en ce qui concerne la rigueur nécessaire pour prétendre régner. Comme s'il suffisait d'empiler des Galactiques pour l'emporter ! Les arrivées de Sergio Ramos, de Pablo Garcia n'ont pas apporté a priori ce plus de sérieux attendu. Et devant, la jeune star brésilienne Robinho a du mal à faire, pour l'instant, le poids. Du coup, les résultats sont moyens. 6 défaites en 16 matchs officiels ; quelques revers cuisants à Lyon par exemple en Champions League et à domicile en Liga. 3 défaites à Santiago Bernabeu dont le tout récent 3 à 0 face au Barca. Du coup, les supporters grondent logiquement et se demandent si ce n'est pas la fin d'une époque.

Battus par leur grand rival national ? Dominés au tableau d'affichage par les Lyonnais au match aller ? Ceci pourrait bien piquer l'orgueil des Madrilènes. Comment imaginer les Roberto Carlos, Beckham, Helguera, Zidane, Salgado, Casillas et consorts se laisser aller vers d'autres infortunes. Ce match est pour eux l'occasion de relever la tête, de prendre une revanche sur une formation de plus en plus médiatisée sur la scène européenne, de chiper la première place du groupe F, de remporter un match de prestige puisque les 2 équipes sont déjà qualifiées. Il y a là de nombreuses sources de motivation, même pour des sportifs comblés!

Les partenaires de Claudio Cacapa n'ont pas les mêmes soucis. En ont-ils seulement ? Mise à part la blessure d'Abidal, ils seront en effet au complet mercredi soir. Ils dominent leur championnat ; ils sont en tête de ce fameux groupe F en étant la seule formation de cette Champions League, avec Arsenal, à compter 4 succès en 4 rencontres. Au fil du temps, l'OL a appris à ne plus avoir peur en affrontant les grosses écuries. Au fil du temps, l'OL a rattrapé son retard. Au fil du temps, l'OL est devenu ambitieux, très ambitieux. Alors certes le quadruple champion de France a rendez vous avec l'Histoire mercredi soir, une forme de consécration, mais il n'en fera pas tout un plat. Pas question d'être le valet d'un roi dans cette somptueuse cour castillane!

Le match ? Tout le monde l'attend spectaculaire, plein de rebondissements, plein de buts. Il devrait y avoir des passages délicieusement sucrés, d'autres salés. Les duels seront souffle contre souffle avec Cris, Cacapa d'un côté ; Ronaldo ( ?), Robinho, Baptista de l'autre. Les duels seront à distance notamment dans l'exercice des coups francs ; place alors aux magiciens Juninho, en noir, Beckham, en blanc. Il y aura le face à face des gardiens entre Coupet le magnifique et Casillas, le quasi irréprochable. Il y aura encore ces couloirs où les uns voudront enrhumer les autres par leurs montées incessantes au risque, eux, de prendre des courants d'air. Il y aura tant de choses à déguster. La différence ? Elle pourrait venir de l'esprit collectif des Lyonnais opposé aux envies individuelles des locaux. De la forme physique, en général, des coéquipiers de Carew ; de la fraîcheur, aussi, des Olympiens qui récupéreront Tiago et Juninho, suspendus face à Troyes.

Franchement, cela fait beaucoup d'atouts dans les mains de Gérard Houllier pour signer une performance positive à Madrid. « Ce match n'est pas un aboutissement ; nous avons la responsabilité de bien jouer. Quant à Madrid, cette équipe a peut-être des soucis mais tous les joueurs sont des grands joueurs. Pas question de calculer, ce serait la meilleure des façons de perdre ». L'entraîneur olympien aura le choix. Il va retrouver son triangle magique du milieu de terrain ; en défense, il devra choisir entre Monsoreau et Berthod. Et devant, Carew devrait débuter, comme Malouda. Après, ce sera soit Govou, remplaçant au match aller, soit Wiltord ». Si ce n'est pas un aboutissement pour le coach, les nombreux supporters qui ont accompagné ce matin les joueurs, et ceux qui feront le déplacement le jour du match, y voient eux une forme de consécration en cas de victoire.

Tout est serein dans les rangs de cet Olympique à l'appétit de Lyon. Cette sérénité n'étant pas cependant une forme de suffisance ou encore de sentiment de supériorité. Ce match, tout le monde l'attend pour montrer un peu plus au Vieux Continent les indéniables progrès d'un club en pleine forme. Les partenaires de Cacapa ont les moyens d'atteindre leur objectif.
Sur le même thème