masculins / Nice - OL J-1

Un scénario archi connu d'avance?

Publié le 25 novembre 2005 à 18:16 par R.B

<b>72 heures</b> après la soirée castillane, place au Sud de la France.

Du Real Madrid à Nice ; d'un grand stade européen mythique à la petite enceinte niçoise délicieusement désuète ; de la Champions League au championnat, les Lyonnais vont remettre les crampons avec les mêmes objectifs : jouer pour l'emporter. Pas question de se relâcher sous prétexte qu'ils possèdent 12 points d'avance sur leur dauphin. Pas question de fatigue avec la qualité de leur effectif. Et pas question de manquer d'humilité face à un adversaire comptant 21 points de moins après 15 journées, même si les partenaires de Cacapa ont coutume de dire qu'ils ne s'en préoccupent pas. Certes, il pourrait y avoir des tendances à un optimisme, presque béat, au-delà de la différence de standing. Ce rendez-vous azuréen a en effet souri, dans la difficulté, aux Olympiens lors des 3 dernières saisons: 3 succès sur le score de 1 à 0, avec un but à chaque fois d'un Brésilien (Juninho, Elber x 2). Et puis, les Niçois ne sont pas spécialement à l'aise dans leur maison du Ray : 2 victoires, 2 nuls et 4 défaites ; 5 buts marqués !

Tous ces constats ne font pas gagner un match avant de le jouer. Le gardien de but niçois Damien Grégorini le sait et l'a dit : « sur un match, l'OL n'est pas intouchable. Nous avons notre chance ». Et s'il fallait un joueur plus déterminé que les autres pour « raisonner » le quadruple champion de France, Florent Balmont semble tout indiqué. Encore Lyonnais la saison dernière lors de la première journée, puis suspendu pour le match retour, il n'a jamais porté le maillot azuréen face à son club formateur. « Le Pitbull » sera cette fois ci de sortie. Gare à lui. En plus, ce groupe niçois a incontestablement des arguments dans tous les secteurs du jeu. A domicile, il est, par exemple, très performant défensivement. Antonetti a retenu 17 joueurs dont les 5 attaquants (Bagayko, Roudet, Vahirua, Camara et Koné) qui ont inscrit 8 des 11 buts. Bakari Koné, l'ancien merlu, peut être un vilain petit diable du haut de ses 163cm ! Bakari, l'ivoirien, étant au passage le plus petit joueur de L1. Quant au Tahitien Vahirua, il doit avoir envie de pagayer autrement qu'après avoir marqué sur coups francs (2).

Depuis le nul madrilène, les copains de Coupet ne se sont revus que ce vendredi après-midi pour la traditionnelle mise en place. Il y a fort à parier, pour ce troisième match en 7 jours, que Gérard Houllier apportera un peu de fraîcheur. Berthod, Wiltord, Fred pourraient ainsi débuter la rencontre. Avec le seul Abidal à l'infirmerie, l'entraîneur olympien a donc le choix pour signer… une 8ème victoire de rang en championnat ; une 5ème à l'extérieur. « Ce n'est pas ma priorité. Je ne pense pas aux chiffres. En revanche, je peux vous dire que nous irons à Nice avec l'idée de faire un résultat. Il va y avoir du combat ; Nice est armé; nous aussi. Ce sera physique, mental ; la concentration devra être permanente. On connaît les qualités de notre groupe. Nous sommes sur une dynamique positive qu'il faut conserver».

Il n'y pas grand-chose à rajouter. Nice voudra réaliser un exploit, parce que cela est devenu un exploit, en battant les Olympiens. Et puis un succès ne serait pas un luxe dans leur capital points. L'OL a les moyens d'enfoncer un peu plus le clou au niveau de sa supériorité hexagonale. Désormais, le scénario est archi connu et les supporters lyonnais n'ont pas envie que cela change ! C'est trop bien ainsi.
Sur le même thème